Burkina: le Président Kafando nomme Sidi Paré au ministère de la Sécurité

Burkina: le Président Kafando nomme Sidi Paré au ministère de la Sécurité
Michel Kafando

Le président par intérim du Burkina Faso, Michel Kafando

Le colonel Sidi Paré a été nommé ministre délégué à la Sécurité en début de semaine par le président de transition du Burkina Faso, Michel Kafando dans le cadre d’un léger réaménagement du gouvernement. Le décret a été pris lundi à la présidence de la République.

Le décret pris par Michel Kafando indique que le colonel Paré (52 ans), magistrat militaire de première classe, l’équivalent au grade de colonel, occupera désormais le portefeuille de la sécurité resté non pourvu le 19 juillet à la suite du remaniement.

En effet, M. Kafando avait récemment démis l’ex-ministre Auguste-Denise Barry, un proche du Premier ministre, Isaac Zida pour satisfaire l’Armée qui réclame le départ des militaires du gouvernement. Le poste sera désormais occupé par un autre militaire qui fait l’unanimité.

Jusqu’à sa nomination, le colonel Sidi Paré était le directeur de la Justice militaire. Il avait à sa charge, les dossiers de plusieurs centaines de soldats burkinabè poursuivis pour leur implication présumée dans les mutineries qui ont touché la quasi-totalité des garnisons du Burkina Faso au printemps 2011.

Le ministère de la Défense reste attaché à la Présidence de la République. Le président de la transition le conserve pour régler les questions de dysfonctionnement et surtout de frustrations au niveau de l’Armée dont une partie réclame la démission du lieutenant-colonel Zida à trois mois d’une élection présidentielle cruciale.

Il y a quelques jours, Michel Kafando a qualifié l’Armée d’élément perturbateur à la suite de la crise politique provoqué par la guéguerre entre Isaac Zida et ses anciens camarades du Régiment de la Sécurité Présidentielle (RSP).

Isaac Zida est maintenu en poste dans le but de favoriser l’organisation des élections générales qui s’annoncent.

Depuis la chute de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, à la suite du soulèvement populaire qui a fait échec à sa volonté de s’éterniser au pouvoir après 27 ans de règne, le Burkina Faso est dirigé par des autorités intérimaires.

De nouvelles autorités devront prendre les rênes du pays à l’issue des élections présidentielle et législatives qui se dérouleront en 11 octobre.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Burkina

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Bénin: Boni Yayi ne briguera pas un 3e mandat

Le président béninois Boni Yayi|Wilson Dias/ABr Le président béninois Thomas Boni Yayi a une nouvelle fois promis mardi qu’il ne

Le Ghana a demandé l’aide du FMI pour freiner la dépréciation de sa monnaie

[GARD align= »center »] Le Ghana a demandé l’aide du Fonds Monétaire International (FMI) pour freiner la dépréciation de sa monnaie, le

Sénégal : une grève des greffiers fait perdre près de 46 millions d’euros au trésor public

[GARD align= »center »] Les tribunaux sénégalais fonctionnent au ralenti depuis presque une semaine. Cette paralysie est due à la grève du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*