Burkina: l’UA et la Cédéao saluent la désignation d’un civil comme président intérimaire

Burkina: l’UA et la Cédéao saluent la désignation d’un civil comme président intérimaire

[GARD align= »center »]

 Michel Kafando

Michel Kafando, nouveau président intérimaire du Burkina Faso

L’Union africaine et l’organisation régionale d’Afrique de l’Ouest, la Cédéao, ont salué lundi la désignation d’une personnalité civile, le diplomate Michel Kafando, au poste de président intérimaire du Burkina Faso.

La Présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, se réjouit du rétablissement de la Constitution et prend note avec satisfaction de la désignation d’une personnalité civile, M. Michel Kafando, comme président de la transition, a déclaré l’institution dans un communiqué.

Mme Dlamini-Zuma a également salué l’ensemble des parties prenantes et (le) peuple burkinabé pour leur maturité politique et leur sens des responsabilités, qui ont permis de franchir cette étape cruciale.

Le président ghanéen John Dramani Mahama, président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) s’est aussi félicité de cette nomination.

Ces actes démontrent une fois encore, la volonté du Peuple burkinabè, de ses Forces vives et de ses Forces de défense et de sécurité de privilégier l’intérêt supérieur de la nation, a-t-il estimé dans un communiqué.

Figure de la diplomatie burkinabè, Michel Kafando, 72 ans, est un ancien ambassadeur de son pays auprès des Nations unies. Il a également occupé le poste de ministre des Affaires étrangères dans plusieurs gouvernements.

L’armée burkinabè avait pris le pouvoir le 1er novembre, après la chute, la veille, du président Blaise Compaoré, chassé par la rue parce qu’il souhaitait modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir après 27 années de règne.

Le 3 novembre, l’Union africaine avait donné deux semaines – soit jusqu’à ce lundi – aux militaires pour rendre les commandes du pays aux civils, brandissant la menace de sanctions.

La Cédéao s’était quant à elle opposée à des sanctions internationales.

Son président, M. Mahama, a encouragé toutes les parties prenantes à respecter l’esprit et la lettre de la Charte de la Transition qui ouvre la voie à la mise en place d’une transition civile devant permettre le retour à une vie constitutionnelle normale.

Au cours de cette période de transition, la Cédéao exhorte les autorités à garantir la sécurité de tous les burkinabè sans exception ainsi que, la protection des personnes et des biens, a-t-il ajouté.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Burkina

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Présidentielle en Guinée : à Dakar, des premières tendances favorables à Dalein Diallo

Quelque six millions de Guinéens étaient appelés aux urnes dimanche 11 octobre pour désigner leur président parmi huit candidats en

Burkina Faso: Lassina Sawadogo affrontera l’armée les mains nues, «si c’était à refaire»

[GARD align= »center »] Au Burkina Faso, si la révolution qui a fait partir Blaise Compaoré a pu aboutir, c’est grâce à

Burkina: dissolution du Régiment de sécurité présidentielle

Le Régiment de Sécurité présidentielle (RSP), l’unité militaire qui a réalisé le coup d’Etat, finalement avorté, du 17 septembre, a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*