Burkina: militaires et civils approuvent les institutions de transition

Burkina: militaires et civils approuvent les institutions de transition

 [GARD align= »center »]

Des chefs de l'opposition burkinabè, Zephirin Diabre (g) et Rock Marc Kabore, lors des négociations sur la charte de la transition", le 8 novembre 2014 à Ouagadougou|AFP

Des chefs de l’opposition burkinabè, Zephirin Diabre (g) et Rock Marc Kabore, lors des négociations sur la charte de la transition », le 8 novembre 2014 à Ouagadougou|AFP

Armée et civils ont approuvé jeudi soir à l’unanimité une charte fixant les institutions de transition du Burkina Faso, étape importante vers une remise du pouvoir aux civils par les militaires, qui le détiennent depuis le 31 octobre, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Le présent projet de charte est voté à l’unanimité », a affirmé Henry Yé, président d’une commission qui rassemblait opposition, autorités religieuses et traditionnelles, société civile et armée.

L’adoption de cette « charte de la transition », a eu lieu sous les applaudissements des quelque 80 délégués présents, qui ont ensuite chanté l’hymne national.

Le président de la transition, un civil, sera nommé par un collège électoral, a-t-on appris auprès de délégués.

Le président de l’assemblée, nommée Conseil national de transition (CNT), une chambre de 90 membres, sera également un civil, selon la même source. L’armée, qui avait des prétentions sur ce poste, a « cédé » face aux civils, avait reconnu en début d’après-midi le lieutenant-colonel Isaac Zida, l’actuel homme fort du pays.

Le Premier ministre, désigné par le président, pourra être un civil ou un militaire, selon les délégués. Il sera à la tête d’un gouvernement de 25 membres.

Mis sous pression par l’Union africaine et les partenaires occidentaux du Burkina Faso pour qu’ils rendent le pouvoir, les militaires ont dû faire des concessions.

L’Union africaine a posé le 3 novembre un ultimatum à l’armée pour qu’elle passe le flambeau aux civils dans les quinze jours, sous peine d’éventuelles sanctions. Ce délai expire lundi.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Burkina FasotransitionZida

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Sénégal: pour les experts, l’avion abimé volait plus haut que prévu

[GARD align= »center »] Cinq mois après la disparition au large des côtes sénégalaises du bimoteur, un HS-125 d’évacuation médicale qui transportait

Guinée: le gouvernement prône le dialogue après l’appel à manifester

Le gouvernement guinéen a invité mercredi la classe politique au dialogue, jugeant « excessif » l’appel des trois principaux partis de l’opposition

Les Nigérians demandent plus de transparence sur la santé du président

[GARD align= »center »] Les Nigérians s’interrogeaient sur l’état de santé du président nigérian Muhammadu Buhari, qui a repoussé son retour de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*