Burkina: Remaniement Ministériel, Kafando récupère les ministères de la Sécurité et de la défense

Burkina: Remaniement Ministériel, Kafando récupère les ministères de la Sécurité et de la défense
Michel Kafando

Le président par intérim du Burkina Faso, Michel Kafando

Le président burkinabé Michel Kafando a effectué ce dimanche un léger remaniement de son gouvernement, pour satisfaire aux exigences de l’armée qui réclamait depuis quelque temps le départ des militaires du gouvernement.

Ce dimanche selon un communiqué lu à la télévision nationale le président avait procédé à un aménagement technique du gouvernement et cumulait désormais les portefeuilles de ministre de la Défense et de la sécurité.

Vendredi le chef de l’État Burkinabé avait déjà récupéré celui de la défense, jusqu’alors exercé par son Premier ministre Isaac Zida. Cette décision prise était pour mettre fin aux questions de dysfonctionnement et de frustrations au niveau de la grande muette qui se faisait de plus en plus bruyante.

Le Colonel Auguste-Denise Barry, ministre de la sécurité a été à son tour déchu ce dimanche de son poste. Le Chef de l’État Burkinabé cumule désormais les portefeuilles de ministre de la Défense et de ministre de la Sécurité.

Avec le départ du colonel Barry, considéré comme le bras droit du Premier ministre Zida, c’est à une exigence de l’armée que vient de satisfaire le chef de l’État, car celui-ci est accusé de manipuler la société civile pour obtenir une réforme de l’armée et surtout la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

Le portefeuille des affaires étrangères que détenait jusque-là le chef de l’État lui-même a été confié à son actuel ministre délégué à la coopération régionale Moussa Nébié, qui devient ainsi le numéro 3 du gouvernement.

Le ministère de l’administration territoriale échoie à Issouf Ouattara, jusque-là secrétaire général du ministère de l’Environnement.

Le chef de l’État Burkinabè Michel Kafando, a annoncé jeudi lors d’une adresse solennelle à la nation de maintenir Isaac Zida à son poste de premier ministre malgré sa démission réclamée par une partie de l’armée.

Si certains voient la main obscure de l’ancien président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 pour toujours garder la main sur le pays, le régime de transition dirigé par Michel Kafando garde tout de même la tête froide pour passer le cap des prochaines élections présidentielles et législatives qui devait permettre un retour à la normalité politique dans le pays.

Fulbert KOFFI

© OEIL D’AFRIQUE

 

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
BurkinaMichel Kafando

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Sénégal: les avocats de Habré dénoncent le renvoi de leur client devant un tribunal spécial

L’ordonnance de renvoi de l’ex-président tchadien devant une cour d’assises spéciale pour «crime contre l’humanité et crimes de guerre» n’est

Mali : Le Conseil de Sécurité de l’ONU demande la reprise des négociations politiques

[GARD align= »center »] Après les violences à Kidal qui ont poussé quelques centaines de civils à fuir et fait des morts

Côte d’ivoire: Guillaume Soro règle son compte à Pascal Affi Nguessan

Le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori SORO répond aux récentes accusations portées contre lui par le président du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*