Alerte Infos

Burkina: Zida lève la suspension de la Constitution

Burkina: Zida lève la suspension de la Constitution

 [GARD align= »center »]

Le lieutenant-colonel Isaac Zida nouvel homme fort du Burkina Faso.

Le lieutenant-colonel Isaac Zida nouvel homme fort du Burkina Faso.

L’homme fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida, a annoncé samedi le rétablissement de la Constitution qu’il avait lui-même suspendue à la chute du président Blaise Compaoré, marquant une nouvelle étape importante dans la résolution de la crise.

La suspension de la Constitution du 2 juin 1991 est levée à compter de samedi afin de permettre d’engager le processus de mise en place d’une transition civile et d’envisager le retour à une vie constitutionnelle normale, a déclaré le lt-colonel Zida dans un communiqué lu en conférence de presse par un autre militaire, le colonel David Kabré.

M. Zida assume les responsabilités de chef de l’Etat pour assurer la continuité du pouvoir jusqu’à la mise en place de l’institution de la transition, poursuit ce texte.

L’actuel homme fort du Burkina Faso a par ailleurs invité les différents groupes civils impliqués dans la transition à communiquer leurs candidats à la présidence intérimaire au plus tard dimanche 16 à 12H00 locales et GMT.

Le rétablissement de la Loi fondamentale est une étape cruciale pour le Burkina Faso, car il ouvre la porte à un examen par le Conseil constitutionnel de la charte de la transition, qui doit être signée officiellement dimanche. Ce document, une fois avalisé par le Conseil, servira de base institutionnelle à l’Etat burkinabè intérimaire.

Le lt-colonel Zida avait déclaré la suspension de la Constitution burkinabè le 31 octobre, jour de la chute du président Blaise Compaoré, déchu après 27 années de règne.

Cette décision était obligatoire du point de vue militaire car la vacance du pouvoir prononcée par l’ancien chef de l’Etat lors de sa démission devait aboutir constitutionnellement à son remplacement par le président de l’Assemblée nationale, ce que refusait l’armée.

De délicates tractations sont également à l’oeuvre entre civils et militaires à Ouagadougou pour déterminer qui sera le futur président de la transition, une période qui doit durer un an et qui sera ponctuée par des élections en novembre 2015.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
BurkinaZida

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Et le nouveau CEO d'Apple est… Tim Cook

C’est officiel, Tim Cook prend la place laissé libre par Steve Jobs et devient PDG d’Apple, la preuve en est avec cette page officielle du

Cap-Vert: le suspect-clé de la fusillade aux mains de la Police

[GARD align= »center »] La traque de Manuel Antonio Silva Ribeira, auteur présumé de la fusillade de mardi soir qui a fait

Mali: des jihadistes présumés prennent le contrôle d’une ville proche de la Côte d’Ivoire

Des hommes armés soupçonnés d’être des jihadistes ont pris dimanche le contrôle d’une partie de la ville malienne de Fakola,

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Yanick Toutain
    Yanick Toutain 15 novembre, 2014, 13:35

    La constitution de 1991 est pleine du sang de Thomas Sankara
    Quand Napoléon tombe, la monarchie reprend sa place
    Quand Hitler tombe, la « démocratie » reprend sa place
    QUAND COMPAORE TOMBE c’est le CNR de 1987 et les CDR qui REPRENNENT LA PLACE !
    Le pouvoir au Burkina Faso n’appartient ni à Zida l' »assassin et bras droit de Diendéré le principal complice de Compaoré ni aux électoralistes collabos depuis 27 ans et 15 jours
    Le pouvoir appartient au PEUPLE !
    Le pouvoir appartient au CNR !

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*