Le Burundi boycotte les discussions de sortie de crise à Arusha

[GARD align= »center »]

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Le gouvernement du Burundi va boycotter les discussions de sortie de crise qui doivent s’ouvrir jeudi à Arusha (Tanzanie), selon un communiqué rendu public mercredi soir.

Cette nouvelle session du dialogue interburundais, organisée par le facilitateur régional et ancien président Tanzanien Benjamin Mkapa, vise à sortir le Burundi d’une crise déclenchée il y a près de deux ans par la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un 3e mandat.

Le gouvernement de M. Nkurunziza dénonce la présence parmi les invités de la nouvelle session « de certains acteurs violents, notamment des putschistes recherchés par la justice (…), ce qui empiète sur la souveraineté du Burundi », selon ce texte signé par le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba.

Le texte s’insurge également face à la présence de Jamal Benomar, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies, « qui a été récusé par le gouvernement du Burundi ».

« Par conséquent, le gouvernement du Burundi a décidé de ne pas envoyer de délégués à Arusha dans (cette) session », poursuit Bujumbura.

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis avril 2015 et la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé puis son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays.

Les précédentes tentatives de faire s’asseoir à la même table le gouvernement et son opposition avaient échoué.

AFP

[GARD align= »center »]



[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC: l’armée prépare un nouvel assaut contre le M23

L’armée congolaise préparait mercredi une importante offensive dans la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo (RDCongo) contre

RDC: La satisfaction des envoyés spéciaux pour le Grand Lacs suite à l’adoption de la loi d’amnistie

[GARD align= »center »] Dans le cadre de la réconciliation nationale en République démocratique du Congo, une loi d’amnistie a été votée

Congo : Le pouvoir veut changer la Constitution mais exclut un «après Sassou en 2016»

 [GARD align= »center »] Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) a manifesté le 31 décembre 2014 son intention de changer

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*