Burundi : l’ancienne ministre Hafsa Mossi assassinée à Bujumbura

[GARD align= »center »]

L’ancienne ministre Hafsa Mossi, assassinée le 13 juillet 2016.

L’ancienne ministre Hafsa Mossi, assassinée le 13 juillet 2016.

Proche du président Pierre Nkurunziza, l’ancienne ministre burundaise Hafsa Mossi a été assassinée mercredi 13 juillet à Bujumbura, a annoncé le porte-parole de la police Pierre Nkurikiye.

Députée au Parlement de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC), Mme Mossi a été « assassinée à 10 h 30 » (heure locale) dans le quartier de Gihosha, dans l’est de la capitale, par« deux criminels dans un véhicule », a indiqué M. Nkurikiye sur son compte Twitter.

Membre du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, Mme Mossi avait été successivement ministre de la communication et porte-parole du gouvernement (2005-2007), puis ministre aux affaires de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (2009-2011).

Ancienne journaliste, passée par la télévision nationale (RTNB) et la BBC, Mme Mossi avait aussi été la conseillère en communication du président Nkurunziza.

Plusieurs membres du gouvernement ont exprimé leur émotion après ce meurtre. « Attristé par l’assassinat aujourd’hui à Bujumbura d’Hafsa Mossi (…) Une grande perte pour la nation et pour l’EAC », a tweeté le ministre des affaires étrangères Alain-Aimé Nyamitwe.

Sur les lieux de l'assassinat d'Hafsa Mossi, dans le quartier de Gihosha, dans l'est de Bujumbura, ce 13 juillet 2016. © ONESPHORE NIBIGIRA / AFP

Sur les lieux de l’assassinat d’Hafsa Mossi, dans le quartier de Gihosha, dans l’est de Bujumbura, ce 13 juillet 2016. © ONESPHORE NIBIGIRA / AFP

Plusieurs militaires de haut rang proches du pouvoir ont été tués depuis le début de la crise au Burundi, en avril 2015. Mais Mme Mossi est la première responsable politique de premier plan àêtre assassinée.

Elle s’était montrée très discrète depuis le début de la crise et les motifs de son assassinat n’étaient pas connus mercredi midi.

Bien qu’elle fût proche du pouvoir, Mme Mossi n’était pas perçue comme une dure du régime. En juin 2015, elle avait visité avec d’autres parlementaires de l’EAC le camp de réfugiés burundais de Mahama au Rwanda, et n’avait pas pu retenir quelques larmes devant la misère des déplacés.

Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des affaires étrangères du Rwanda, un pays qui entretient des relations très difficiles avec le pouvoir burundais, s’est aussi déclarée sur son compteTwitter « en deuil pour mon amie burundaise, Hafsa Mossi, juste assassinée à Bujumbura ! Une femme bonne et une politique dévouée. Repose en paix ma sœur ! »

Le Burundi a plongé dans une grave crise émaillée de violences lorsque le président Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature pour un troisième mandat, avant d’être réélu en juillet. Les violences ont déjà fait plus de 500 morts et poussé plus de 270 000 personnes à quitter le pays.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.



[fbcomments]

Related Articles

Les artistes africains contemporains prêts à conquérir le monde

Des expositions à succès comme « Beauté Congo » à la Fondation Cartier, des noms connus tel Chéri Samba: les artistes africains

Denis Sassou N’guesso: «L’actuelle Constitution du Congo a atteint ses limites»

[GARD align= »center »] Le président du Congo-Brazzaville fait dans le clair-obscur dans une volonté de se représenter pour un troisième mandat

« Biens mal acquis » : mise en examen du neveu et de l’ex-belle-sœur du président

Depuis 2010, les magistrats cherchent à savoir si les fortunes de plusieurs familles présidentielles africaines ont pu être bâties en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*