Alerte Infos

Burundi: Museveni a obtenu l’engagement des protagonistes à négocier

Le président ougandais et médiateur, Yoweri Museveni (à gauche), accueilli par le président burundais, Pierre Nkurunziza (à droite), à Bujumbura, le 14 juillet 2015. © Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

Le président ougandais et médiateur, Yoweri Museveni (à gauche), accueilli par le président burundais, Pierre Nkurunziza (à droite), à Bujumbura, le 14 juillet 2015. © Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

Médiateur dans la crise burundaise, Yoweri Museveni a passé mercredi le flambeau à son ministre de la Défense, après un séjour express à Bujumbura. Avant de quitter la capitale burundaise, le président ougandais a obtenu l’engagement des protagonistes à dialoguer.

« Ce dont nous avons parlé entre nous n’est pas pour les journaux », a-t-il déclaré à l’issue des travaux en indiquant que « le parti au pouvoir au Burundi (CNDD-FDD), les partis d’opposition et la société civile s’étaient mis d’accord pour négocier intensément, sans interruption et promptement pour trouver un accord ». Crispus Kiyonga, son ministre de la Défense, prendra le relais de la médiation le 16 juillet pour tenter de dénouer la crise.

Une grande question demeure toutefois en suspens : la date de l’élection présidentielle. Déjà reportée au 21 juillet, sera-t-elle encore repoussée ? L’opposition réclame un report mais le pouvoir s’y refuse, arguant d’un risque de vide institutionnel à l’expiration du mandat du président Pierre Nkurunziza le 26 août.

« Nous en avons fini avec la question du troisième mandat »

Pour le président du CNDD-FDD, ni la date de la présidentielle ni la candidature du président Nkurunziza ne sont négociables. « Nous sommes ouverts au dialogue mais cela doit se faire parallèlement au processus électoral. Un décret (…) fixe la date des élections et cela devra être respecté », a jugé Pascal Nyabenda.  « Nous en avons fini avec la question du troisième mandat », a-t-il ajouté.

Yoweri Museveni a été mandaté le 6 juillet par les chefs d’État des pays d’Afrique de l’Est pour tenter de dénouer la crise burundaise, née fin avril de l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza.

Un report « insuffisant »

Un groupe de 17 ONG burundaises et étrangères ont jugé « insuffisant » mercredi le report de la présidentielle au mardi 21 juillet, disant craindre que la tenue du scrutin ne « déclenche des violences majeures et conduise au déplacement de dizaines de milliers de civils supplémentaires ». Depuis le début de la crise, plus de 80 personnes ont été tuées dans les violences et 150 000 Burundais sont fui vers les pays voisins.

Signe du climat de tension qui règne au Burundi, des tirs et détonations ont résonné dans la nuit de mardi à mercredi à Bujumbura. Selon Pierre Nkurikiye, le porte-parole adjoint de la police, au moins cinq grenades ont explosé dans la capitale et ses environs.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.



[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

VIDÉO – Idriss Déby accuse la France d’être intervenue au Tchad pour changer la Constitution

[GARD align= »center »] “J’aurais souhaité m’arrêter en 2006 après mon second mandat. J’aurais alors cédé le pouvoir. Mais la guerre a

Burkina : deux proches de Blaise Compaoré, candidats à la présidentielle

Deux ministres du dernier gouvernement de l’ex-président Blaise Compaoré, ont déposé leur dossier de candidature au Conseil constitutionnel (CC) pour

Burkina Faso : L’église Catholique accable Blaise Compaoré

[dropcap font= »times »]D[/dropcap]écidément, toutes les forces vives du Burkina Faso ne sont elles pas entrain de se liguer contré le « Pépé »

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*