Burundi : Pierre Nkurunziza contesté au sein de son parti

Burundi : Pierre Nkurunziza contesté au sein de son parti
Pierre Nkurunziza

Le président du Burundi Pierre Nkurunziza

A quelques mois de l’élection présidentielle au Burundi, devenue un enjeu majeur avec l’envie du président sortant, Pierre Nkurunziza de briguer un autre mandat alors que la constitution ne le lui permet pas, le parti au pouvoir vient de connaître une fissure. Un groupe de membres influents du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), le parti au pouvoir au Burundi, ont demandé à Nkurunziza de ne plus se présenter.

Dans une correspondance adressée au Président burundais, Pierre Nkurunziza le groupe de membres influents du CNDD-FDD a explicitement demandé de ne plus chercher à briguer un autre mandat à la tête du pays.

Les 17 dignitaires du parti ont appelé M. Nkurunziza à écouter les avis des militants de son parti et à renoncer à se présenter aux prochaines élections.

Parmi ces 17 membres influents, on peut citer le porte-parole du président burundais, Leonidas Hatungimana, l’ancien porte-parole du parti, qui vient d’être limogé, Onésime Nduwimana, la présidente de la ligue des femmes, kanyange Geneviève ou encore Bucumi Moise, membre du comité consultatif du parti.

Cette sortie met au grand jour, les dissensions au sein du parti au pouvoir sur la candidature de Pierre Nkurunziza.

En février dernier, le président Nkurunziza avait limogé son chef du service national de renseignement, trois mois après sa nomination à ce poste, parce que celui-ci lui a conseillé de ne pas se porter candidat à la prochaine présidentielle.

Cette contestation interne de l’idée de candidature de Pierre Nkurunziza vient s’ajouter à celle des organisations de la société civile, qui ont engagé depuis janvier une campagne contre un troisième mandat du président en exercice.

L’église catholique et la communauté internationale ont aussi conseillé vivement au président Nkurunziza de respecter la constitution et les accords d’Arusha, qui limitent les mandats présidentiels à deux. L’opposition n’est pas du reste. La partie s’annonce difficile pour Pierre Nkurunziza.

© OEIL D’AFRIQUE

 



[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Thierry Hot: Rebranding Africa Forum est « Un levier pour le nouvel envol du continent »

 [GARD align= »center »] Directeur de publication du magazine panafricain Notre Afrik, Thierry Hot est aussi le CEO de Rebranding Africa Forum,

Bénin: le président de l’Assemblée national passe dans l’opposition et lance son mouvement l’alliance FDU

C’était, au palais des congrès de Cotonou le samedi 14 mars 2015, qu’a eu lieu cette cérémonie de lancement officiel

Le chef de l’ONU « préoccupé » par la grave situation en République centrafricaine

[GARD align= »center »] Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est « très préoccupé » par la situation en République centrafricaine, qui « reste

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Anicet Olad
    Anicet Olad 25 mars, 2015, 10:12

    Je salue le courage des dignitaires du parti au pouvoir qui se sont démarqués de cette dangereuse ambition de Nkurunziza.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*