Cacao: La Côte d’Ivoire veut passer d’un taux de transformation de « 33% à 50% d’ici à 2020 »

[GARD align= »center »]

© Reuters | Archives

© Reuters | Archives

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, veut atteindre un taux de transformation de 50% d’ici à 2020 contre 33% actuellement, a indiqué lundi à Abidjan le Premier ministre ivoirien Kablan Duncan, lors d’une conférence de presse dont le thème était «En route pour l’émergence ».

« Le gouvernement s’est fixé pour objectif de faire passer le taux de transformation du cacao de 33% à ce jour à 50% d’ici 2020 », a dit M. Duncan, face aux médias nationaux et internationaux.

La Côte d’Ivoire envisage faire de la transformation de ses matières premières un moteur de la croissance économique du pays. A cet effet, les autorités ivoiriennes mettent l’accent sur l’investissement dans le secteur, afin que les acteurs dépassent le cap de l’exportation des fèves.

Cette année, la production devrait être réduite en raison de la sécheresse qu’a connu le pays, selon un chercheur économiste, qui conseille aux paysans de diversifier leur production pour faire face à leurs charges familiales.

La part des investissements dans le PIB est passée de 9% en 2011, au lendemain de la crise postélectorale, à 20% en 2015. Les prévisions affichent un taux de 21% en 2016, dans ce pays où le taux de pauvreté est estimé à 46,3%.

Le pays transforme aujourd’hui « 550.000 tonnes de cacao sur 1,8 million de tonnes », l’objectif étant d’arriver en 2020 à une transformation d’au moins 50 % de la production nationale.

Depuis octobre 2015, le prix « bord champ » du kilogramme de cacao est à 1 000 CCFA (1,5 euro), une aubaine pour les paysans. Le rendement moyen par hectare est quant à lui estimé à 500 kilogrammes.

La Côte d’Ivoire ambitionne être un pays émergent à l’horizon 2020 grâce à la dynamique du secteur secondaire et un partenariat public-privé fort.

Erick de Baru

Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »] 


Tags assigned to this article:
cacaocote d'ivoire

[fbcomments]

Related Articles

Transfert de fonds: Afrimarket, une autre opportunité pour la diaspora africaine

[GARD align= »center »] Permettre à la diaspora africaine d’envoyer aux parentes restés au bercail, de l’argent que ceux-ci vont recueillir sous

Port de Conakry: Bolloré condamné à payer deux millions d'euros

Le groupe français Bolloré a été condamné jeudi par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) à payer plus de

Alcool: les dangers de « Lotoko », «Su pu na Tolo », « Koutoukou », « Changa’a »

Le marché de la bière en Afrique est très concurrentiel. Certains marchés tentent de se démarquer, comme au Kenya où

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*