Cameroun: 10 ans de prison ferme pour le journaliste de RFI Ahmed Abba

[GARD align= »center »]

Le journaliste de RFI Ahmed Abba à Maroua au Cameroun, le 30 juillet 2016 afp.com – Handout

Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné à 10 ans de prison ferme pour « non-dénonciation d’actes de terrorisme et blanchiment d’actes de terrorisme » par le tribunal militaire de Yaoundé.

Le journaliste est condamné à « 10 ans de prison ferme avec mandat d’arrêt à l’audience (…) et à verser 55.726.325 francs CFA » (environ 85.000 euros), a déclaré le président du tribunal, précisant qu’il pourrait faire cinq ans de prison supplémentaires en cas de non-paiement de l’amende.

« Ahmed Abba est déclaré non coupable d’apologie du terrorisme, coupable des faits de non-dénonciation d’actes de terrorisme, et blanchiment d’actes de terrorisme », a-t-il dit.

Le verdict a été annoncé lundi à 17H30 GMT après avoir été reporté de quatre jours à la suite du dernier procès du correspondant de RFI en langue haoussa. Le commissaire du gouvernement (procureur) avait requis la perpétuité.

Les avocats du journaliste, qui clame son innocence, ont décidé de faire appel dès mardi matin.

« RFI est consternée par le verdict du tribunal militaire de Yaoundé », a indiqué dans un communiqué la radio très écoutée en Afrique, ajoutant qu' »aucune preuve n’a été apportée au dossier » et que « cette condamnation est celle d’un journaliste qui n’a fait qu’exercer son métier » ».

Cette condamnation après un « procès injuste » est « un travestissement de la justice », estime pour sa part dans un communiqué l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International.

Correspondant de Radio France Internationale (RFI) dans le nord du Cameroun, qui est la cible des attentats de Boko Haram, Ahmed Abba avait été arrêté fin juillet 2015 à Maroua, dans l’extrême-nord du pays.

Le journaliste de RFI, qui risquait même la peine de mort début avril, est soupçonné par les autorités camerounaises d’avoir collaboré avec le groupe extrémiste Boko Haram et de ne pas avoir partagé les informations qu’il détenait.

Il a d’abord été incarcéré par les services de renseignements camerounais pendant trois mois et affirme avoir subi des actes de torture. Ahmed Abba a finalement été transféré à la prison de Yaoundé où il est détenu depuis 636 jours.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Ahmed AbbaCamerounpresseprocès

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Tchad: face à la menace Boko Haram, N’Djamena en état d’alerte

Multiplication des patrouilles, contrôles d’identité, fouilles: alors que le Tchad a ouvertement déclaré la guerre au groupe islamiste nigérian Boko

Une manifestation contre la grâce d’un pédophile dispersée au Maroc

Plusieurs milliers de personnes ont tenté de se rassembler devant le Parlement marocain à Rabat pour dénoncer la grâce accordée à un

Emission Droit de Cité: Réactions des congolais après les actions des combattants

L’émission Droit de Citer vous présente les réactions des congolais de Paris après les actions des combattants suite à la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*