Cameroun: 34 disparus après le naufrage d’un navire de l’armée

[GARD align= »center »]

Image d’archives |AFP

Trente-quatre militaires camerounais sont portés disparus après le naufrage d’un navire de l’armée dimanche, a indiqué le ministre camerounais de la Défense Joseph Beti Assomo, dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi.

« Trente-quatre personnels sont jusqu’à présent portés disparus » après le naufrage d’un « bateau logistique du Bataillon d’intervention rapide (BIR) », explique le communiqué.

Le navire avait à son bord 37 personnes, y compris l’équipage, et se rendait à Bakassi « pour un ravitaillement ».

Les recherches ont été lancées et « trois soldats ont pu être secourus, mais le bateau semble avoir coulé au fond des eaux », indique le ministre.

Il « a chaviré en mer au large de Debumsha (sud-ouest) le 16 juillet 2017 vers 6h00 », continue le texte : « les circonstances de cet accident ne sont pas encore élucidées, mais les premières informations font état d’une mer qui s’est brusquement agitée ».

Une commission d’enquête a été créée et une cellule de crise a été mise en place.

Le BIR, unité d’élite de l’armée camerounaise, est en première ligne dans la lutte contre le groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord.

Le Bataillon d’intervention rapide a notamment contribué à sécuriser la péninsule de Bakassi, théâtre par le passé de prises d’otages.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
arméeCamerounnaufrage

Related Articles

Le FMI accorde un crédit 666,2 millions de dollars au Cameroun

Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé lundi un crédit de 666,2 millions de dollars au Cameroun, en échange d’un

Attentat en Côte d’Ivoire: un jihadiste aurait averti le détenu Blé Goudé

[GARD align= »center »] L’ex-chef des « Jeunes patriotes » ivoiriens, Charles Blé Goudé jugé pour crime contre l’humanité devant la CPI, affirme dans

Référendum au Rwanda: tournée d’explication de la nouvelle Constitution

[GARD align= »center »] Officiellement, « ce n’est pas une campagne » électorale, explique le sénateur Tito Rutaremara, venu « expliquer » à la population rwandaise

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*