Cameroun: arrestation de 13 chefs traditionnels pour complicité présumée avec Boko Haram

Cameroun: arrestation de 13 chefs traditionnels pour complicité présumée avec Boko Haram

L'armée camerounaise| Ph DR

L’armée camerounaise| Ph DR

Treize dignitaires traditionnels originaires du département du Mayo Tsanaga, situé dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord frontalière avec le Nigeria, soupçonnés d’être des complices de la secte islamiste Boko Haram, sont gardés à vue depuis quelques jours à la brigade de gendarmerie de Mokolo sur ordre du préfet, a appris APA mardi de sources concordantes.

Cette série d’arrestations, précise APA, est survenue sur dénonciations d’informateurs et au lendemain de l’attaque par le mouvement djihadiste de la caserne d’Achigachia qui avait coûté la vie à 3 soldats camerounais.

Le 26 septembre dernier en effet, c’est le maire de Fotokol, Mahamat Moussa ainsi que 8 autres personnes, qui étaient interpellés

Un fils du député Abba Malla réputé être le principal négociateur du Cameroun pour la libération des otages avec Boko Haram, était arrêté à Mora, le 28 novembre dernier, avec un proche par des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR).

Comme eux, des dizaines de complices présumés de Boko Haram, arrêtés dans l’Extrême-Nord, sont actuellement derrière les barreaux.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
Boko HaramCameroun

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

RDC : Fatou Bensouda discute la question El-Bechir avec le ministre des affaires étrangères

[GARD align= »center »] Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) est en visite officielle en République Démocratique du

Référendum au Congo : le collectif « Tournons la Page » dénonce le « silence » de la France

Le collectif d’associations européennes et africaines « Tournons la Page » a dénoncé mardi, dans une lettre ouverte à François Hollande, « le

Tchad: une dizaine de policiers arrêtés après la répression d’une manifestation

Une dizaine de policiers ont été arrêtés à N’Djamena dans le cadre d’une enquête ouverte après la mort d’au moins

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*