Cameroun : une trentaine « d’églises réveillées » fermées à Douala

Cameroun : une trentaine « d’églises réveillées » fermées à Douala

Une trentaine « d’églises réveillées » constituées essentiellement de mouvements pentecôtistes, ont été scellées par les autorités conformément à la décision du gouvernement qui a récemment publié la liste des églises et confessions religieuses autorisées à fonctionner au Cameroun.

L’opération qui a commencé lundi par l’arrondissement de Douala 1er devrait se poursuivre dans les autres arrondissements de Douala, l’objectif étant de mettre de l’ordre dans un contexte où les Camerounais se plaignent de plus en plus de la prolifération des nouvelles églises.

La liste publiée par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation chargé des cultes reconnaît 47 églises et confessions religieuses dans tous le pays, avec en grande place, l’Eglise catholique, les protestants et l’Islam.

Dans l’arrondissement de Douala 1er où le sous-préfet Ekoa Mballa conduit personnellement les opérations, on entend mettre de l’ordre dans ce secteur, en rappelant que « la loi sera appliquée dans toute sa rigueur », une mise en garde contre « ceux qui se donneront la liberté d’enlever les scellées ».

A en croire les autorités, « le temps de la tolérance administrative est révolue », d’autant que ces « églises produisent des bruits sonores de jour comme de nuit, un désordre inacceptable dans un Etat de droit », affirmé l’autorité administrative.

« Nous recevons des plaintes de nos populations à cause des bruits sonores distillés par ces églises, surtout que la plupart de ces lieux sont généralement des habitations, où le premier venu qui s’autoproclame prophète se sert des éléments amplificateurs pour faire passer son message », a relevé le sous-préfet.

D’après des témoignages concordants, la plupart des nouveaux « messies » s’illustrent par l’arnaque et l’affabulation, ce qui provoque parfois la dislocation des familles, sans oublier que ceux-ci disparaissent parfois dans la nature après avoir fait fortune sur le dos de la population.

En attendant la fin de l’opération en cours, des sources concordantes font état de l’existence de plus deux cent églises non reconnues, ce qui démontre l’immensité de la tâche.

 

Avec APA

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Camerounégliseinsécurité

Related Articles

Congo: le gouvernement réclame l’accélération de la procédure judiciaire contre le général Mokoko

[GARD align= »center »] Le ministre congolais de la Justice a demandé jeudi au procureur de la République d’accélérer la procédure engagée

Révision constitutionnelle au Rwanda: Kagame dénonce l’immixtion de la communauté internationale

[GARD align= »center »] Le président rwandais Paul Kagame a reproché dimanche à Kigali à la communauté internationale de s’immiscer dans les

Kenya, le pays où les morts peuvent voter

[GARD align= »center »] « Au Kenya, on raconte que les morts reviennent pour voter, puis s’en retournent dans leurs tombes », explique amèrement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*