CAN-2019: « le Cameroun sera prêt », assure le président du Cameroun

[GARD align= »center »]

Le président camerounais Paul Biya

Le président camerounais Paul Biya | Archives

Le président camerounais Paul Biya a déclaré jeudi que son pays « sera prêt » pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, en réponse aux doutes émis samedi par la Confédération africaine (CAF).

« Le Cameroun sera prêt le jour dit (celui de la CAN 2019, NDLR). J’en prends l’engagement », a affirmé M. Biya lors de la réception au Palais présidentiel à Yaoundé des athlètes camerounais ayant pris part aux derniers jeux de la Francophonie, qui se sont tenus fin juillet à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Cette déclaration intervient en pleine polémique sur la capacité du Cameroun à organiser la CAN 2019.

Samedi, le président de la CAF Ahmad Ahmad a indiqué que des experts mais aussi un cabinet d’audit spécialisé allaient effectuer une visite d’inspection. Ils seront chargés d’évaluer « si nous pouvons organiser cette CAN au Cameroun ».

M. Ahmad avait émis l’hypothèse d’un « plan B », une « ouverture des procédures d’appels d’offres pour qu’il y ait d’autres (pays) qui participent (à l’organisation de la prochaine CAN) ».

« La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a pris connaissance avec une profonde consternation des récentes déclarations du président de la CAF selon lesquelles, en l’état actuel des choses, aucun site au Cameroun n’est en mesure d’accueillir la CAN », avait réagi la Fédération dans un communiqué de presse lundi.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
CamerounCAN 2019foot

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Congo: le gouvernement réclame l’accélération de la procédure judiciaire contre le général Mokoko

[GARD align= »center »] Le ministre congolais de la Justice a demandé jeudi au procureur de la République d’accélérer la procédure engagée

RDC : Il n’y aura pas de modification de constitution en vue d’un troisième mandat de Kabila

[GARD align= »center »] Il n’y aura pas de modification constitutionnelle en République Démocratique du Congo (RDC). Le ministre de l’intérieur congolais

RDC: polémique sur l’interprétation de l’article 70 de la Constitution

[GARD align= »center »] A l’approche de la fin du second et dernier mandat de Joseph Kabila comme président élu de la

1 commentaire

Espace commentaire
  1. prezident
    prezident 11 août, 2017, 12:58

    allez les lions indomptables!!!!!! Quand on veut ,on peut

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*