Candidat à la tête de la Francophonie: Le Congolais Tharcisse Loseke est-il mal barré ?

Candidat à la tête de la Francophonie: Le Congolais Tharcisse Loseke est-il mal barré ?

 [GARD align= »center »]

Tharcisse Loseke

Candidat à la tête de la Francophonie: Le Congolais Tharcisse Loseke est-il mal barré ?

La Course à la succession d’Abdou Diouf est très disputée et le profil des différents candidats compliquera encore plus le choix à ceux qui seront chargés d’élire le futur secrétaire général de la Francophonie.  Au rang des candidats, on note la présence du médecin congolais Tharcisse Loseke qui veut tenter sa chance et espère parvenir à la direction de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

C’est le 15 août dernier que la candidature de Tharcisse Loseke a été transmise au ministère congolais des Affaires étrangères, en perspective du 15è Sommet de cette organisation, prévu en novembre prochain à Dakar (Sénégal).

Mais qui est Tharcisse Loseke ? C’est la question que certains se posent. Tharcisse Loseke est un Médecin neurologue et professeur d’université. Mais les mauvaises langues avancent que l’opposant membre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi ne va pas bénéficier du soutien du gouvernement de Joseph Kabila.

Tharcisse Loseke, ancien ministre de l’Environnement du gouvernement Tshisekedi ne veut pas croire à ces supputations et estime que son appartenance ne peut pas empêcher le gouvernement congolais de soutenir sa candidature.

«L’objectif de cette candidature est de redonner une grande visibilité à la RDC qui est absente au sein des organisations internationales. J’espère que j’aurai le soutien du pays qui m’a vu naître. Toutes les chances et tous les candidats sont les mêmes», a-t-il expliqué.

M. Loseke indique  que le poste de secrétaire général à l’OIF ne doit pas constituer un lieu de recyclage des chefs d’Etat ou de certaines personnalités qui ont eu des problèmes dans leurs pays ou dans certaines fonctions qu’elles ont occupées.

«La tendance générale est qu’il y ait une rotation même si elle n’est pas écrite. Avant, il y a eu Boutros Boutros Ghali de l’Afrique maghrébine, ensuite Abdou Diouf de l’Afrique Occidentale et nous pensons que c’est le tour de l’Afrique Centrale puisque notre pays est le deuxième sur le plan de la Francophonie au monde», a-t-il poursuivi.

Abdou Diouf, le secrétaire général sortant a lui renoncé au droit de se représenter à son poste, après trois mandats. Ainsi, de passage à Kinshasa en avril dernier, M. Diouf avait annoncé son départ de ce poste.

«J’ai fini mon mandat et ma mission à la tête de la Francophonie et ma vie publique, donc retrait total. Le président en exercice aura des conversations avec ses différents collègues pour arriver à trouver une solution satisfaisante à l’occasion du sommet de Dakar», a-t-il déclaré.

A 78 ans, Abdou Diouf renonce ainsi au droit de se représenter à son poste dont le nombre de mandat n’est pourtant pas limité par la charte de l’OIF. Il a travaillé ces deux dernières années avec les autorités congolaises dont le pays occupe la présidence de la Francophonie depuis 2012.

A part Tharcisse Loseke, plusieurs autres candidats se bousculent au portillon du Secrétariat général de l’OIF. Il s’agit notamment de l’ancienne gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, Jean-Claude de l’Estrac, porté par l’Ile Maurice, secrétaire général de la Commission de l’océan indien, Pierre Buyoya, l’Equato-Guinéen Agustin Nze Nfumu et l’écrivain congolais Henri Lopes pour qui son président Denis Sassou Nguesso mène une véritable campagne d’influence, l’ancien Président Malien de la transition, Dioncounda Traoré.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_3]


Tags assigned to this article:
FrancophonieTharcisse Loseke

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Kinshasa : retour au calme après une infiltration dans un camp militaire

[GARD align= »center »] Les autorités de la République démocratique du Congo ont affirmé mardi avoir déjoué une attaque d’un groupe d’inconnus

Burundi : l’UA envoie quatre chefs d’Etat «en disgrâce» chez Nkurunziza

[GARD align= »center »] Après le secrétaire général de l’ONU, Ban-Ki-Moon, cinq chefs d’Etats africains dont le Président Macky Sall séjournent à

RDC : les députés veulent faire de la Francophonie une vitrine des violences de l’Est de la RDC

Les députés ont recommandé jeudi 7 juin au ministre des Affaires étrangères de saisir l’occasion du XIVe sommet de la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*