Capitaine Sanogo : Attention à ne pas trop tirer la corde !

Capitaine Sanogo : Attention à ne pas trop tirer la corde !

Capitaine Sanogo

Vendredi 11 mai 2012 à Bamako, il fait une chaleur suffocante, et le ciel est couvert de gros nuages. Les habitants ont les nerfs à fleur de peau, car, en plus de la canicule, depuis le 22 mars, jour du coup d’Etat du capitaine Amadou Haya Sanogo et de ses « gars », la situation socio-politique est corsée. Dans un hôtel de la capitale malienne, où Djibril Bassolet et Adama Bictoogo, les émissaires burkinabè et malien ont leur quartier, on fait les paquetages pour l’aéroport de Bamako-Séno.

Malgré le calme olympien de ces 2 personnalités, elles sont à bout, excédées par une junte qui, en dépit de l’accord-cadre du 6 avril, régente en réalité le Mali, du moins Bamako et ses environs, et, pire, exige de diriger la transition après l’échéance constitutionnelle du 22 mai.

Subitement, la température, le 11 mai, se fait plus clémente, un crachin tombe, qui sera suivi le soir par une grosse pluie. Est-ce cette baisse du mercure qui a tempéré les ardeurs des uns et des autres ? En tout cas, au moment où les deux médiateurs s’apprêtaient à s’ébranler vers l’aéroport, le Premier ministre intérimaire, Modibo Diarra, déboule en catastrophe et parvient à annuler leur départ.

La médiation recommence, mais jusqu’à l’heure ou nous tracions ces lignes, on ne savait pas à quoi elle a abouti. La CEDEAO est face à un grave problème : le président du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE) veut demeurer tout simplement le président de la transition après les 40 jours dévolus à Diocounda Traoré et même, pourquoi pas, se faire légitimer après, par les urnes (?).

Au camp de la 3e région militaire de Kati (15 km de Bamako), où le capitaine Sanogo a son poste de commandement, c’est le défilé permanent d’hommes politiques, de commerçants de la confrérie des griots, de simples citoyens… preuve que le pouvoir est bien à Kati et non à l’hôtel où le président intérimaire Diocounda Traoré a posé ses pénates. Les patrouilles militaires, la nuit à Bamako, prouvent d’ailleurs que le pouvoir est bien kaki et non civil.

On avait pourtant, dès la signature de l’accord-cadre, espéré que ce capitaine de l’infanterie originaire de Ségou allait allonger la short liste des « militaires putschistes-démocrates » même si, au Mali, on ne pouvait pas parler d’absence de démocratie ; enfin, beaucoup s’étaient laissé convaincre que Sanogo endosserait les habits des ATT, Ely Ould Vall ou autre Salou Djibo, même s’il est vrai que les contextes sont différents.

En effet, pourquoi un militaire qui, au péril de sa vie, s’est emparé du pouvoir suprême le remettrait-il à quelqu’un d’autre ? Ne dit-on pas que la tête du roi appartient à celui qui n’a pas peur de perdre la sienne ? Les militaires qui restituent le pouvoir méritent reconnaissance et respect. Apparemment Sanogo n’est pas de ceux-là.

Surfant sur une vague de soutiens intéressés et de ceux de Maliens sincères qui en avaient marre de l’ATTcratie (1), Sanogo aurait pu rejoindre le cercle très sélect de ces militaires vertueux ci-dessus cités.

Hélas, engoncé dans ses certitudes messianiques, qui ont d’ailleurs fait flop, puisque le Nord reste occupé, Sanogo glisse petit à petit vers le clan des Robert Guéi et Moussa Dadis Camara, et mène dangereusement le Mali vers un précipice. Attention, mon encore capitaine, à ne pas trop tirer la corde !

La solution consiste à lui faire accepter qu’il n’est pas indiqué qu’il conduise cette transition, quitte à ce que la CEDEAO accède à cette contrepartie qui ne dit pas son nom : le bombarder général pour qu’il s’éclipse.

En effet, le capitaine de 39 ans exige, pas moins, de porter 3 étoiles, requête rejetée par la CEDEAO, qui devrait pourtant, si c’est le prix à payer pour que le Mali sorte de l’impasse, y donner une suite favorable. Trois étoiles de général pour un retrait de Sanogo, c’est jouable !

Le Mali vaut bien un grade de général, et sous d’autres cieux, comme en Côte d’Ivoire, on a résolu ainsi des cas similaires pour tempérer des velléités guerrières.

Le seul problème reste le sort de ses « gars », les sans-grade qui ont cru à l’aventure du 22 mars 2012, lesquels n’entendent pas laisser « filer » Sanogo sans que leur sort à eux soit réglé. On vous l’avait dit, l’accord-cadre doit être retoqué pour solutionner définitivement la question du rôle et de la place de la junte malienne dans la transition, ou, plutôt, de la dyarchie au niveau de l’Exécutif.

 

L’Observateur Paalga

 

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.



Related Articles

Mali : Karim, le fils d’IBK se lance dans la carrière politique avec en ligne de mire un siège à l’Assemblée

Les élections législatives du 24 novembre prochain au Mali verront en lice un candidat du nom de Karim Keïta, le

Obama fera tout pour briser la Syrie

Le dernier rapport sur les violations des droits humains a été rédigé avec l’aide des gens liés aux services secrets

L’Afrique de l’Ouest fait plier l’ex-junte au Mali, accord sur la transition

L’Afrique de l’Ouest a fait plier samedi l’ex-junte au pouvoir au Mali, qui a dû accepter le maintien du président

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*