Est-ce le corps de l’ancien président, Thomas Sankara dans la tombe érigée à son nom?

Est-ce le corps de l’ancien président, Thomas Sankara dans la tombe érigée à son nom?
Thomas sanlara

Thomas sanlara

La disparition de Thomas Sankara reste un sujet difficile pour les burkinabés et tout les panafricains. La peine est encore plus grande du côté de la famille de l’homme qui déclara: “On peut tuer un homme mais pas ses idées”. 15 octobre 1987 – 15 octobre 2013 : voici 26 ans que Thomas Sankara, président du Burkina Faso a été assassiné. Cette douleur fait aujourd’hui la une du Courrier Confidentiel qui pose la question sensible de la dépouille de l’ancien président. Est-ce bien le corps de Thomas Sankara qui se trouve dans la tombe érigée, à son nom, par l’Etat burkinabé, au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou ?

Cette question, lourde de sens, est à la recherche d’une réponse pour le moment introuvable. Le gouvernement burkinabé affirme pourtant que c’est bien la tombe de Sankara. Mais la famille de ce dernier n’en est pas sûre. Les enfants de l’ex-président du Faso, Philippe et Auguste, âgés aujourd’hui de 32 et 30 ans, n’ont jamais vu le corps de leur père après le coup d’Etat du 15 octobre 1987. La veuve Sankara non plus. Ni aucun parent du défunt. Difficile, dans ces conditions, de faire leur deuil. C’est pourquoi, le 15 octobre 2010, ils ont adressé au président…


Lire la suite sur Courrier Confidentiel


 

Roger Musandji
Oeildafrique.com

Related Articles

Côté d’Ivoire: Laurent Gbagbo sera jugé par la CPI pour crimes contre l’humanité

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo sera bel et bien jugé par la Cour pénale internationale qui a annoncé jeudi avoir décidé de juger l’ancien homme fort de la Côte d’ivoire pour des crimes contre l’humanité présumés commis lors des violences ayant déchiré le pays en 2010 et 2011.

Côte d’Ivoire : Blaise Compaoré a échangé avec Henri Konan Bédié à Abidjan

[GARD align= »center »] L’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire depuis octobre 2014, à la suite de son départ du

RDC : Le G7 veut l’alternance démocratique avec Moise Katumbi

[GARD align= »center »] A l’occasion de son premier conclave, le G7, la Plate-forme des partis frondeurs de la Majorité Présidentielle est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*