CEDEAO : Le Chemin vers la Monnaie unique est fait de plusieurs difficultés

CEDEAO : Le Chemin vers la Monnaie unique est fait de plusieurs difficultés

[GARD align= »center »]

Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne a accueilli vendredi et samedi, une rencontre des experts des pays de l’Afrique de l’Ouest. A l’issue des travaux, les experts ont reconnu que la marche de la sous-région vers une monnaie unique, bute encore sur des difficultés. Au cours de leurs travaux, ces experts ont analysé les progrès individuels et collectifs des Etats dans la mise en œuvre des politiques et des critères de convergence macroéconomiques.

CEDEAO

Les drapeaux des pays membres de la CEDEAO

Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne a accueilli vendredi et samedi, une rencontre des experts des pays de l’Afrique de l’Ouest. A l’issue des travaux, les experts ont reconnu que la marche de la sous-région vers une monnaie unique, bute encore sur des difficultés. Au cours de leurs travaux, ces experts ont analysé les progrès individuels et collectifs des Etats dans la mise en œuvre des politiques et des critères de convergence macroéconomiques.

Initiées par le Bureau sous régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), les réflexions de Yamoussoukro ont permis de relever quelques difficultés dans cette marche de l’espace sous régional vers une monnaie unique. Le Bureau de l’Afrique de l’Ouest de la CEA est dirigé par Dr Dimitri Sanga.

L’expert ivoirien Patrick N’gouan, a expliqué que les critères mis en place en 1987 à Abuja au Nigeria par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), «butent sur beaucoup de contraintes ». Pour lui, ces critères indiquent que « le niveau d’inflation doit être inférieur à 3% si on est dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et si on est dans la CEDEAO, il faut que ça soit inférieur à 4% ». Il note également un le déficit budgétaire qui doit être nul ou excédentaire.

Les difficultés de la sous-région sont d’abord liées au non-respect des critères de convergences assignés aux différents pays. « Le problème, c’est qu’il y a une zone où il y a un taux d’échange flexible et une zone où il y a un taux d’échange fixe », note pour sa part, Demba Ba, un expert sénégalais qui souligne que dans la zone de l’UEMOA le taux est fixe avec l’arrimage du FCFA à l’Euro alors qu’il y a des pays où des taux d’échange sont flexibles. Pour lui, il y a des problèmes de convergence.

N’galadjo Bamba, ex-Commissaire de la CEDEAO chargé des questions macroéconomiques, le programme de la monnaie unique de la CEDEAO est un ensemble d’activités à réaliser, conformément à un calendrier donné, sous la conduite du président du Ghana, John Dramani Mahama et de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou.

Rappelons que les pays ne faisant pas partie de l’UEMOA ont mis en place une zone monétaire en vue d’accélérer leur convergence monétaire et de créer une monnaie unique en 2015 qui va fusionner plus tard avec le franc CFA pour la monnaie commune de la CEDEAO vers 2020.

[GARD align= »center »]

À l’issue de leurs travaux des recommandations adressées aux Etats, aux organisations intergouvernementales, aux communautés économiques et régionales, au secteur privé et à la société civile par les experts ouest-africains.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
CEDEAOmonnaie

Related Articles

Nigeria: le chef de Boko Haram tue l’un des commandants pour complot

[GARD align= »center »] Le leader de Boko Haram Abubakar Shekau a annoncé avoir tué l’un de ses membres éminents, accusé de

Mali: le trafic de drogue « problème majeur » qui nourrit le conflit

Le trafic de drogue est un « problème majeur » qui nourrit le conflit et entrave l’application du processus de paix au

L’Afrique du Sud reste leader économique du continent africain

Malgré les événements négatifs dans l’industrie minière et le secteur agricole, l’Afrique du Sud reste la principale économie émergente du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*