CEMAC : La Guinée Equatoriale passera outre l’accord de libre circulation des personnes et des biens

CEMAC : La Guinée Equatoriale passera outre l’accord de libre circulation des personnes et des biens
Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Le président de Guinée Equatoriale

Signé le 25 juin dernier à Libreville, c’est normalement le 1er janvier 2014 que l’accord sur la libre circulation des personnes et des biens de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) doit rentrer en vigueur dans tous les pays de l’Afrique centrale qui regroupe 6 pays à savoir Cameroun, Gabon , Guinée équatoriale, Congo Brazzaville, Tchad et Centrafrique. Normalement, parce que cet accord commence par avoir du plomb dans l’aile.

La Guinée équatoriale a décidé de ne pas appliquer l’accord de libre. C’est un communiqué du gouvernement Equato-guinéen qui l’a annoncé à l’issue du conseil extraordinaire de ministres tenu vendredi á Malabo. La décision de Malabo ne doit pas plaindre aux autres pays et surtout à Ali Bongo, le président en exercice de la CEMAC.

Le communiqué lu à la télévision publique dit exactement ce qui suit : « Le gouvernement de guinée équatoriale a décidé de ne pas appliquer l’accord de libre circulation des personnes et des biens de la CEMAC. On se rend compte qu’il y a une série d’exigences et conditions par étape que les Etats doivent atteindre et assumer à priori pour arriver à¡ la libre circulation des personnes et des biens », c’est Federico Abaga Ondo, le ministre délégué de l’information, Presse et radio et porte-parole Adjoint du gouvernement qui a annoncé la nouvelle.

Qu’est-ce qui peut bien expliquer cette décision des autorités de Malobo ? Difficile de le dire mais des observateurs bien avisés pensent que cette décision de la Guinée Equatoriale serait justifiée suite au constat de la montée de l´insécurité grandissante de ces derniers jours dans le pays. En effet, les bandits ont repris services et les assassinats, les viols, les cambriolages sont remarqués. Des actes que les autorités Equato-guinéennes pensent être du ressort des ressortissants des autres pays qui résident sur son sol.

C’est principalement pour cette raison que pour Malabo, il n’est pas question de mettre en application l’accord de libre circulation des personnes et des biens de si tôt de peur que l’insécurité ne devienne de plus en plus grandissante.

Il faut dire que cette décision de Malabo n’est pas de nature à favoriser l’intégration sous régionale. Il y a quelques jours, 1367 maliens ont été expulsés du même pays parce que soupçonnés de terrorisme.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
CEMACGuinée équatoriale

Related Articles

Centrafrique: vives tensions et échanges de tirs à Bangui

[GARD align= »center »] Des affrontements et des tirs à l’arme lourde ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans

Tanzanie-Rwanda: le torchon brûle entre les deux présidents

Les relations entre la Tanzanie et le Rwanda, tendues depuis le mois de mai, se sont encore détériorées, avec la

Madagascar : Le camp de Jean Louis Robinson menace de faire descendre ses partisans dans les rues

 [wp_ad_camp_3] Vendredi, la Commission électorale nationale indépendante pour la transition au Madagascar (CENIT) a donné comme vainqueur du second tour

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Mht Louky
    Mht Louky 13 novembre, 2013, 15:33

    Quand l’intégration nous pose problème.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*