CEMAC: Le commerce intra-régional est le plus faible du continent

CEMAC: Le commerce intra-régional est le plus faible du continent

Le directeur des opérations de la Banque mondiale (BM) au Cameroun, Gregor Binkert, a fait la déclaration à l’ouverture des travaux de la Semaine du transit dans la zone, à Douala.

CEMAC

Le commerce intra-régional entre les pays de l’Afrique centrale reste en dessous de 1%, le plus faible des cinq régions du continent. Gregor Binker justifie ce retard par de mauvaises conditions de transit dans la zone de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac).

Le représentant du ministre tchadien du Transport a justifié ces problèmes par l’insuffisance des infrastructures de transport. « Le réseau routier entre les différents pays est encore très enclavé et ne permet pas aux transporteurs de faire des échanges aisément », a-til dit. Pour participer au désenclavement de la zone Cémac, la BM a déboursé 340 milliards FCFA en 2007 pour l’amélioration des corridors Douala-Ndjamena, DoualaBangui.

« Beaucoup reste à faire », a reconnu le présentant de la BM. La sous-région connaît également des difficultés liées aux barrières physiques et non physiques, notamment des tracasseries administratives, empêchant la fluidité des échanges. Ce qui a pour conséquence de longs délais de passage au port de Douala. Selon une étude de la BM publiée en juillet 2012, la durée moyenne de passage des conteneurs à Douala est de dix-neuf jours, alors qu’à Durban, à Mombasa ou à Nairobi, elle situe entre quatre et onze jours.

Face à ce constat, les participants à la réunion de Douala ontrecommandé des travaux d’amélioration du port de Douala ; la réduction des tracasseries policières et douanières ; l’établissement des plates-formes logistiques et le renforcement des mesures douanières ; la mise en place d’un comité de concertation rassemblant les structures concernées dans le cadre du transit ; l’interconnexion des systèmes d’informations douanières dans chacun des pays de la Cémac ; la réactualisation des conventions liant le Tchad, la République centrafricaine et le Cameroun.

Le ministre camerounais des Transports, Mefito Oumarou, a appelé à la mise en œuvre des recommandations arrêtées « afin de fluidifier, faciliter et sécuriser le transport en transit » le long des corridors. « Il convient d’arrêter un calendrier de suivi systématique et périodique à court, moyen et long terme pour lamise en œuvre de ce plan d’action », a ajouté le coordonnateur du projet de facilitation des transports et du transit en zone Cémac de la BM, Peter Taniform.

Selon les mêmes études, seulement 49% des opérations de transit se déroulent dans les normes.

 

Noël Ndong


Tags assigned to this article:
afriqueCEMACcommerceinvestissement

Related Articles

Pétrole: l’Angola subit de plein fouet la chute du prix de l’or noir

[GARD align= »center »] Deuxième producteur de pétrole d’Afrique, l’Angola subit de plein fouet la chute du prix de l’or noir et

Les Béninois ne s’acquittent pas des taxes et impôts

  La majorité des Béninois n’aiment pas s’acquitter des taxes et impôts pour le développement de leur pays, a déploré

Coup d’Etat manqué en Gambie: un troisième Américain inculpé aux Etats-Unis

Le ministère américain de la Justice vient d’inculper Alagie Barrow, un troisième Américain d’origine gambienne qu’il accuse d’avoir participé au

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*