Centrafrique: 13 personnes brûlées vives dans le centre du pays

Centrafrique: 13 personnes brûlées vives dans le centre du pays

[GARD align= »center »]

A Bangui, la capitale, la Croix-Rouge compte ses morts

© Radio France |Archives

Au moins treize personnes ont été brûlées vives dans une maison où elles avaient été rassemblées de force dans le centre de la Centrafrique par des combattants présumés de l’ex-rébellion Séléka et des Peuls armés, selon une source de la gandarmerie à Bangui. 

Selon cette source, des hommes armés assimilés aux ex-Séléka et aux Peuls armés ont attaqué le village Dissikou dans la région de Kaga Bandoro samedi dernier. Ils ont pourchassé et capturé certains habitants, dont 13 d’entre eux ont été rassemblés de force dans une maison à laquelle les assaillants ont mis le feu après avoir barricadé les sorties.

Un habitant qui tentait de s’échapper par une fenêtre a été criblé de balles. Toutes ont péri carbonisées par l’incendie de la maison, a poursuivi la source, précisant que de nombreux autres habitants ayant réussi à prendre la fuite, sont arrivés horrifiés à Kaga Bandoro, où ils ont trouvé refuge à la cathédrale Sainte Thérèse.

[GARD align= »center »]

Interrogé mardi par l’AFP, un responsable de l’ex-rébellion a affirmé que les ex-Séléka ne s’aventurent plus depuis longtemps dans cette région, affirmant qu’il s’agissait de Peuls, dépossédés de leurs bêtes par les anti-Balaka (milices villageoises d’auto-défense, ndlr) et les villageois, qui mènent des représailles.

Depuis la prise de pouvoir de la rébellion Séléka en mars 2013, renversée en janvier 2014, la Centrafrique vit une crise sans précédent, rythmée par les exactions de l’ex-rébellion de la majorité musulmane en déroute, et celles des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka.

Les régions centre et nord sont les plus sensibles du pays depuis plusieurs semaines, au cours desquelles de nombreux villages ont été attaqués, ainsi qu’un hôpital géré par l’ONG Médecins sans frontières début mai.

[GARD align= »center »]

A Kaga-Bandoro, treize personnes, dont deux civils, ont été tuées dans des affrontements entre ex-Séléka et anti-balaka à la même période.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Nord du Mali: nouvelles amputations par des islamistes

Les islamistes qui contrôlent la ville de Gao dans le nord-est du Mali, y ont amputé deux personnes vendredi et

Nigeria: Impuissante devant Boko Haram, l’armée tire sur la presse

[GARD align= »center »] L’armée nigériane semble avoir perdu la raison devant Boko Haram, qui fait la pluie et le beau temps

Mali: Sanogo, auteur du putsch de 2012, ne dirige plus la réforme de l’armée

Le meneur du coup d’Etat du 22 mars 2012 au Mali, Amadou Sanogo récemment promu général, n’est plus le chef

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*