Centrafrique : Bozizé soupçonné de soutenir les anti-balaka pourrait voir ses avoirs gelés

Centrafrique : Bozizé soupçonné de soutenir les anti-balaka pourrait voir ses avoirs gelés

[GARD align= »center »]

Mais d’où est-ce que les milices anti-balaka tire leur pouvoir et l’assurance qui leur permet de se foutre de tous les appels à déposer les armes et  se comporter comme des hors la loi en Centrafrique ? Cette question, beaucoup de personnes se la posent depuis que les anti-balaka ont viré dans des exactions contre les populations musulmanes.

L’ancien président centrafricain, François Bozizé

L’ancien président centrafricain, François Bozizé

Mais d’où est-ce que les milices anti-balaka tire leur pouvoir et l’assurance qui leur permet de se foutre de tous les appels à déposer les armes et  se comporter comme des hors la loi en Centrafrique ? Cette question, beaucoup de personnes se la posent depuis que les anti-balaka ont viré dans des exactions contre les populations musulmanes.

Après les ex-rebelles Séléka qui ont fait la loi en commettant des exactions et des représailles sur des populations civiles et majoritairement chrétiens au moment où ils avaient pris le pouvoir de François Bozizé, c’est désormais les combattants de la milice chrétienne, anti-balaka qui sèment la terreur en Centrafrique.

En effet, des pistes mènent à l’ancien président centrafricain, François Bozizé qui a été renversé par les rebelles Séléka en mars 2013. Il est soupçonné par la France d’être derrière les milices anti-balaka qui sont dans une campagne d’extermination des populations musulmanes de la Centrafrique. François Bozizé en exil à Kampala serait derrière les leaders des anti-balaka. C’est le Journal Le Monde qui fait cette révélation, s’appuyant sur des sources militaires françaises.

François Bozizé ainsi que des membres de sa famille, dirigeraient et manipuleraient les milices anti-balaka qui commettent des meurtres, exactions et pillages contre les musulmans. Pour nos confrères du Monde, un enregistrement audio circulant depuis plusieurs jours sur Internet confirme les liens de l’ancien président avec des commandants de la milice.

Dans une récente interview accordée à la Radio Rfi, François Bozizé a démenti toute accusation de soutien aux anti-balaka. Toutefois, il ne les considère pas comme des milices mais comme des résistants.

[GARD align= »center »]

François Bozizé qui a été récemment expulsé par les autorités du Cameroun, où  il s’est rendu après avoir quitté le Bénin, suite à la démission de Michel Djotodia qui a décidé lui aussi d’aller vivre au Bénin, se trouve actuellement en exil à Kampala, capitale Ougandaise.

Pour l’empêcher à continuer d’apporter du soutien aux Anti-balaka, la France serait en train de pistonner les réseaux au Conseil de sécurité de l’ONU pour le gel des avoirs de la famille Bozizé qui aurait placé au moins 156 millions d’euros dans des comptes à travers le monde. Il pourrait être également décidé l’interdiction de voyage pour huit personnalités centrafricaines, dont François Bozizé et son fils Jean-Francis, ancien ministre de la défense.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Anti-BalakaBozizéCentrafrique

Related Articles

Bowao, ancien ministre congolais: « C’est dommage que Sassou puisse en arriver là…»

L’ancien ministre congolais de la défense, Charles Zacharie Bowao a condamné mercredi au micro de TV5 Monde, l’organisation le 25

RDC: l’UE exhorte gouvernement et opposition à ouvrir « rapidement le dialogue »

[GARD align= »center »] La délégation de l’Union européenne en République démocratique du Congo (RDC) a exhorté mardi les autorités congolaises et

Gabon : un prêt chinois de 64,8 milliards de FCFA pour construire une route

L’Etat chinois a offert au gouvernement gabonais, un prêt préférentiel de 64,8 milliards de FCFA (plus de 133 millions USD)

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*