Centrafrique: deux Indiens tués par des soldats français

Centrafrique: deux Indiens tués par des soldats français

Deux Indiens ont été tués lundi par erreur par des soldats français chargés de la protection de l’aéroport de Bangui, a annoncé lundi soir le ministère français de la Défense, qui a déploré un drame survenu dans une situation particulièrement confuse.

Un autre Indien et un Tchadien ont également été blessés, a-t-on ajouté.

Les forces françaises sont intervenues dans une situation particulièrement confuse contre trois véhicules qui menaçaient de pénétrer dans l’aéroport alors même qu’elles venaient d’être l’objet de tirs d’origine inconnue, écrit le ministère.

Ces véhicules transportaient notamment des ressortissants tchadiens et indiens. En dépit des tirs de semonce lancés par les militaires gardant le site, les véhicules ont poursuivi à vive allure. Deux ressortissants indiens sont morts. Les blessés indien et tchadien ont été immédiatement pris en charge par les forces françaises et conduits vers une unité de soin, poursuit-il.

Dans ces circonstances tragiques, la France, partenaire et amie de l’Inde, partage la douleur des familles et leur adresse ainsi qu’aux autorités indiennes ses sincères condoléances. Le président de la République a adressé un message de solidarité au Premier ministre indien. Le ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, doit s’entretenir dans les prochaines heures avec son homologue indien, ajoute le ministère de la Défense.

Regrettant profondément ce drame, le ministre de la Défense a demandé le déclenchement d’une enquête visant à en déterminer les circonstances exactes. Toute la lumière sera faite en liaison et en transparence avec les autorités indiennes et tchadiennes, écrit le ministère de la Défense.

Environ 300 soldats français ont été envoyés ce week-end en renfort à Bangui pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers présents en Centrafrique, portant à environ 550 hommes la présence française en République Centrafricaine.

Les rebelles de la coalition Séléka ont annoncé samedi leur entrée dans Bangui, demandant aux Forces armées centrafricaines (Faca) de ne pas combattre et au président François Bozizé de quitter le pouvoir.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Burkina Faso : une marche de protestation de l’opposition réprimée dans la violence.

A l’initiative de l’opposition politique dirigée par Zephirin Diabré, une trentaine de partis politiques ont marché contre la politique du

Cameroun: Paul Biya ordonne le rétablissement de l’internet dans les régions anglophones

[GARD align= »center »] Le président camerounais Paul Biya a ordonné jeudi le rétablissement d’internet dans les deux régions anglophones du pays

Cameroun: Un documentaire et un livre pour soutenir les filles aux seins repassés

[GARD align= »center »] Au Cameroun, 1 fille sur 10 est victime  repassage des seins. Ce qui représente 800 000 personnes sur une population

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*