Centrafrique: le Premier ministre appelle les rebelles à négocier pour éviter un bain de sang

Centrafrique: le Premier ministre appelle les rebelles à négocier pour éviter un bain de sang

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye, figure de l’opposition au président François Bozizé, a appelé samedi les rebelles de la Séléka, parvenus aux portes de Bangui, à négocier pour éviter un bain de sang, a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Le Premier ministre demande à nos frères de la Séléka de se mettre en rapport avec le gouvernement d’union nationale pour trouver une solution pacifique et éviter un bain de sang, a déclaré à l’AFP le porte-parole, M. Crépin Mboli Goumba, réaffirmant l’attachement du gouvernement et de la communauté internationale aux accords de paix de Libreville de janvier dernier.

Il y a eu la déclaration des Nations unies, du département d’Etat américain, du président tchadien Idriss Deby, tous rappellent l’importance de l’application des accord de Libreville (signés le 11 janvier antre pouvoir, rebelles et opposition politique) et le rôle du gouvernement d’union nationale, a précisé M. Mboli Goumba, opposant au président Bozizé.

C’est fort de la réaffirmation de cette légitimité que le Premier ministre lance cet appel au Séléka, a souligné M. Mboli Goumba, également ministre de l’Equipement et des Travaux publics. Il faut réaffirmer l’attachement du gouvernement aux accords de paix de Libreville.

On peut gagner ou perdre une guerre mais il est extrêmement important de gagner la paix, a-t-il conclu.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le Conseil de sécurité des Nations unies a exprimé sa vive inquiétude face à l’avancée des rebelles de la Séléka vers la capitale centrafricaine alors qu’il avait appelé cette semaine les deux parties à respecter les accords de Libreville.

Le président tchadien, puissant voisin, a lui aussi demandé le respect de l’accord de Libreville.

La coalition rebelle a repris les hostilités vendredi après l’expiration mercredi de son ultimatum au pouvoir dans lequel elle demandait le respect des accords de Libreville avec notamment la libération des prisonniers ou le départ des troupes étrangères. La Séléka réclame aussi l’intégration de ses combattants au sein de l’armée, ce qui n’était pas dans l’accord de paix.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Soudan du Sud: un groupe armé a enlevé au moins 89 adolescents

Un groupe armé non identifié a enlevé au moins 89 adolescents, dont certains âgés d’à peine 13 ans, dans la

Congo : un nouveau Parlement construit par les Chinois

[GARD align= »center »] Le président congolais Denis Sassou Nguesso a lancé ce lundi à Brazzaville les travaux de construction d’un nouveau

Un prix des droits de l’Homme à Nnimmo Bassey, un défenseur nigérian de l’environnement

Le prix Rafto, récompense norvégienne décernée à des défenseurs des droits de l’Homme, a été attribué jeudi au Nigérian Nnimmo

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*