Centrafrique : Le sommet de N’Djamena scelle le sort de Michel Djotodia ; la transition se réorganise

Centrafrique : Le sommet de N’Djamena scelle le sort de Michel Djotodia ; la transition se réorganise

 [wp_ad_camp_3]

Michel Djotodia

Le désormais-ex chef de l’Etat de transition de la RCA, Michel Djotodia

Plus de Michel Djotodia à la tête de la Centrafrique depuis ce vendredi 10 janvier 2014. Le président par intérim de la République centrafricaine, Michel Djotodia, et son Premier ministre, Nicolas Tiengaye, ont annoncé leur démission au cours du sommet de l’Afrique Centrale consacré à la crise en Centrafrique et qui se déroule au Tchad. L’annonce des démissions a mis fin au sommet de la CEEAC à Ndjamena.

Au début du sommet quelque peu marathon, le président tchadien, Idriss Déby a réclamé que les répressions exercées sur les civils, les exécutions sommaires, la haine contre les étrangers cessent en Centrafrique. Mais déjà le président tchadien indiquait « toute solution aux problèmes centrafricains ne peut provenir que des Centrafricains eux-mêmes ».

« Les autorités qui ont eu la charge de mener cette transition n’ont pas su répondre aux attentes des Centrafricains. Il vous appartient de prendre la mesure de la gravité de la situation en choisissant librement vos dirigeants », a indiqué Idriss Déby comme feuille de route. La démission de Djotodia actée, les 135 membres du Conseil national de transition vont prendre le chemin du retour.

Ces membres doivent se rencontrer pour organiser la suite du pouvoir dans le pays. Mais les observateurs les plus avisés interprètent la démission de Michel Djotodia comme un coup de la France et du Tchad. Selon la procédure, inscrite dans ce qu’on appelle la Charte constitutionnelle de transition, la démission de Michel Djotodia doit être formellement remise à Alexandre Ferdinand Nguendet, le président du Conseil. Il doit ensuite faire constater la vacance du pouvoir par le président de la Cour constitutionnelle de transition. Alexandre Ferdinand Nguendet a quinze jours pour convoquer une session extraordinaire du CNT en vue d’élire un successeur.

A Bangui les réactions sont mitigées suite à la démission de Djotodia, certains sont repli d’espoir et espèrent que le pays retrouvera enfin sa sérénité quand d’autres restent sceptiques et attendent encore le désarmement des combattants de la séléka et des milices anti-balaka pour croire à une paix retrouvée. Depuis le renversement de Bozizé en mars 2013 par Michel Djotodia, la Centrafrique est plongée dans le chaos. On assisté à des représailles des ex-rebelles Séléka majoritairement musulmans qui ont rencontré la riposte des groupes d’autodéfense ; ce qui s’est transformée ces derniers mois en violences interconfessionnelles. Depuis décembre, on a dénombré plus de 1000 morts et de milliers de déplacés à Bangui et en région.

A propos de Michel Djotodia ! L’homme est considéré comme un personnage énigmatique. Ancien fonctionnaire centrafricain au ministère du Plan et au ministère des Affaires étrangères, l’homme a fait ses études dans l’ex-Union soviétique où il a vécu pendant 14 ans. Il a par la suite été nommé consul à Niala au Soudan, un poste qu’il aurait obtenu en raison de sa proximité avec François Bozizé, selon un ancien conseiller du président déchu. M. Djotodia s’est présenté à deux reprises aux élections législatives sans succès, ce qui n’avait en rien entamé ses ambitions politiques. En 2005 Michel Djotodia entre en rébellion et devient un des membres fondateurs de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement, une fusion de plusieurs petits groupes.

 [wp_ad_camp_2] 

En 2007, il s’exile au Bénin où il a été emprisonné pendant quelques semaines. Retourné dans son pays en 2012, l’homme a réussi à reprendre le contrôle de son mouvement et à diriger la Séléka, une coalition de groupes rebelles. Il était chef de délégation de la Séléka lors des discussions de Libreville en janvier 2013. Michel Djotodia a été nommé ministre délégué chargé de la Défense après la signature des accords. C’est à ce poste qu’en mars 2013, il organise la descente des rebelles sur Bangui pour renverser François Bozizé.

Didier Assogba
Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

BlackBerry 10 : premières images de l’écran d’accueil

RIM a présenté les principales nouveautés de BlackBerry 10 lors du dernier BlackBerry World à Orlando. Lors des démos sur

L’Angola adopte une loi limitant les pouvoirs du futur président

[GARD align= »center »] Le parlement angolais a voté vendredi une loi limitant les pouvoirs militaires et sécuritaires du futur président de

Le directeur de l’ARTP limogé par Macky Sall suite à une sombre affaire d’enlèvement

[GARD align= »center »] Aboul Lô, directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a été démis de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*