Centrafrique: Les hommes en armes doivent se faire identifier avant 18h

Centrafrique: Les hommes en armes doivent se faire identifier avant 18h

Tous les hommes en armes doivent se faire identifier, a annoncé mercredi le ministre de la Communication centrafricain et porte-parole du Séléka Christophe Gazam Betty, pour tenter de mettre un terme à la situation d’insécurité à Bangui.

Tous les hommes en armes ont jusqu’à 18h pour se faire identifier sur deux sites militaires. Ils leur sera délivré un badge d’identification. Tous ceux qui ne l’ont pas fait enfreindront la loi. Une loi qui sera appliquée sans ménagement, a annoncé M. Gazam Betty à la radio nationale.

Cette mesure, qui risque de poser des problèmes d’application en raison du délai très court, vise à faire cesser les pillages et les rackets qui ont lieu dans la capitale centrafricaine depuis la prise de pouvoir de la rébellion dimanche.

Le gouvernement veut ainsi empêcher que des hommes armés se réclamant du Séléka ou des forces de l’ordre puissent abuser de leur pouvoir. Le Séléka a arrêté ces derniers jours de nombreux pillards se faisant passer pour des éléments du Seleka.

Les effectifs du Séléka sont estimés à entre 1.000 et 3.000 hommes alors que les Forces armées centrafricaines sont estimées à plus de 1.000 hommes. Tous ne se trouvent toutefois pas à Bangui.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Habré porte plainte contre le ministre de la Justice et le procureur auprès des chambres africaines extraordinaires

buy cigarettes Les avocats de Hisséne Habré, placé sous mandat de dépôt à Dakar depuis juillet dernier et inculpé de

Somalie: au moins 18 tués dans une attaque shebab à Mogadiscio

[GARD align= »center »] Au moins 18 personnes ont été tuées jeudi lors de l’attaque de deux restaurants de la capitale somalienne

Tchad: face à la menace Boko Haram, N’Djamena en état d’alerte

Multiplication des patrouilles, contrôles d’identité, fouilles: alors que le Tchad a ouvertement déclaré la guerre au groupe islamiste nigérian Boko

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*