Centrafrique : Les Séléka et les anti-balaka s’accordent pour une médiation pour la paix

Centrafrique : Les Séléka et les anti-balaka s’accordent pour une médiation pour la paix

[GARD align= »center »]

Anti-balaka En RCA

Des membres d’un groupe « Anti-Balaka » (AP)

En Centrafrique, un grand pas vient d’être posé pour le retour de la paix dans les communautés. Lundi à Bangui, des responsables de l’ex-rébellion séléka et la milice anti-balaka se sont accordés sur le principe d’une médiation pour une sortie de crise sous la médiation d’une ONG.

La signature de l’accord entre les rebelles de la séléka et les responsables de la milice anti-balaka a été possible avec la médiation de l’ONG nationale Pareto (Paix Réconciliation Tolérance) par l’intermédiaire de l’ancien porte-parole de la seleka, Eric Massi, et de Patrice Edouard Ngaissona, coordinateur des anti-balaka.

Par cet accord, la séléka et les anti-balaka s’accordent sur un principe de médiation et notamment la mise en place d’un comité mixte de réflexion composé des Seleka et des anti-balaka pour sortir la Centrafrique de la crise qui dure depuis la chute du régime du président Bozizé par la rébellion séléka en mars 2013.

[GARD align= »center »]

Depuis mars 2013, Séléka et Anti-Balaka, les deux groupes armés responsables s’affrontent régulièrement et sont responsables d’exactions envers la population dans le pays en dépit de la présence des forces internationales Africaines(Misca) et Françaises(Sangaris).

Les exactions étaient telles que les forces internationales ont qualifié, il y a quelques mois, les anti-balaka des ennemis de la paix. Les Séléka ne sont pas épargnés. Il y a environ trois semaines, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza a dénoncé la reconstitution de la Séléka qui a établi son quartier général dans le Nord du pays depuis la démission forcée de Michel Djotodia sous l’égide de la France et du Congo Brazzaville.

La Rébellion Séléka, majoritairement musulmane est désormais installée dans le centre et le nord du pays continue de faire sa loi dans cette partie du pays.

Les milices chrétiennes anti-balaka pour leur part, contrôlent le sud du pays et notamment la capitale Bangui où ils font des décentes régulières dans les quartiers à majorité musulmans pour s’en prendre aux communautés musulmanes accusées d’être des soutiens à la rébellion.

[GARD align= »center »]

Espérons seulement que cet accord, inédit pourra amener les deux mouvements à mettre fin aux hostilités qui ont causé trop de dégâts en termes de pertes en vies humaines et de déplacement des populations entières.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
Anti-BalakaCentrafriqueSéléka

Related Articles

Congo : Le pouvoir veut changer la Constitution mais exclut un «après Sassou en 2016»

 [GARD align= »center »] Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) a manifesté le 31 décembre 2014 son intention de changer

Centrafrique : la Séléka a exclu de ses rangs les ministres censés la représenter au gouvernement

 [GARD align= »center »] L’ex-rébellion centrafricaine Séléka a exclu pour « haute trahison » les ministres censés la représenter au sein du nouveau gouvernement

Congo: ouverture du procès de Marcel Ntsourou, ex-chef adjoint du Renseignement

[GARD align= »center »] Le procès de Marcel Ntsourou, ancien chef adjoint des services de renseignement congolais, s’est ouvert mercredi matin devant

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*