Centrafrique: «Le problème sécuritaire ne peut être réglé que par la politique », selon Jean-Yves Le Drian

Centrafrique: «Le problème sécuritaire ne peut être réglé que par la politique », selon Jean-Yves Le Drian

[GARD align= »center »]

Jean-Yves Le Drian |AFP/Archives

Jean-Yves Le Drian |AFP/Archives

Le regain de tensions en Centrafrique est lié au fait que le processus politique pour stabiliser le pays est en panne. Cette déclaration est celle de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la défense de la France qui a entamé lundi sa 7e visite en Centrafrique en sept mois.

Pour Jean-Yves Le Drian, le règlement du problème centrafricain ne peut être que politique, or la politique est en panne. Il ajoute que l’arrivée en février de la présidente de transition Catherine Samba Panza n’a pas permis la relance d’un processus politique. Le déplacement du ministre français de la défense fait suite à  la blessure d’une dizaine de soldats français de la force Sangaris la semaine dernière lors d’accrochages avec des groupes armés.  En effet, les milices à dominante chrétienne anti-balakas, se mêlent en particulier à la foule pour s’en prendre aux soldats français. Jean-Yves Le Drian indique que la gravité de ces accrochages s’accroît.

[GARD align= »center »]

« C’est quand même significatif d’une tension encore accrue, d’une part entre les communautés, d’autre part à l’encontre de ceux qui sont mandatés par les Nations Unies pour aboutir à une plus grande sérénité », a déclaré le ministre. Les tensions entre communautés restent en particulier vives dans la région de Bambari, à l’est de Bangui, où de violents accrochages ont fait des dizaines de morts fin juin. La faute à  l’absence de perspective. Ce qui conduit à la radicalisation de certains groupes.

Le ministre français exprime sa crainte par rapport au manque de relancer du processus politique de la Centrafrique pour tracer un avenir pour l’ensemble du pays. Sans pour autant mettre en cause Mme Samba Panza, Jean-Yves Le Drian pense que malgré sa bonne volonté, ça n’aboutit pas.

[GARD align= »center »]

Le ministre de la défense français s’est entretenu lundi ce avec la présidente centrafricaine de la reconstitution d’une chaîne sécuritaire dans le pays.  

« C’est un élément important surtout quand on a affaire à des groupes plus criminels que militaires. Il faut qu’il y ait une chaîne sécuritaire, des gendarmes, une justice, des prisons… », a-t-il indiqué.

©Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

RDC: l’opposition parlementaire dénonce les menaces de Kabila contre les forces politiques

[GARD align= »center »] Le discours prononcé lundi dernier par Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC), sur l’état

RDC: les trafics de ressources naturelles alimentent les conflits, selon l’Onu

Les milliards de dollars tirés des trafics d’ivoire, d’or et de bois, financent des dizaines de groupes armés dans l’est

Angola : Plus de mosquée et donc pas d’Islam jusqu’à nouvel ordre

[wp_ad_camp_3] Etes-vous musulmans ? Et bien, l’Angola n’est pas bien pour vous parce que vous n’y verrez pas de mosquée pour

1 commentaire

Espace commentaire
  1. N'guduniapoi
    N'guduniapoi 9 juillet, 2014, 11:24

    A force d’être des chèvres le paternalisme à de beau jour devant lui.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*