Centrafrique : Samba-Panza appelle de nouveau à l’aide de la communauté internationale

Centrafrique : Samba-Panza appelle de nouveau à l’aide de la communauté internationale

[GARD align= »center »]

Catherine Samba-Panza, la présidente de transition de la République centrafricaine n’en peut plus de diriger sans moyens. Elle estime que la situation dans son pays s’était « énormément améliorée » et demande l’accompagnement promis par la communauté internationale pour la stabilisation de son pays.

Samba-Panza

La présidente centrafricaine par interim Catherine Samba-Panza /Reuters

Catherine Samba-Panza, la présidente de transition de la République centrafricaine n’en peut plus de diriger sans moyens. Elle estime que la situation dans son pays s’était « énormément améliorée » et demande l’accompagnement promis par la communauté internationale pour la stabilisation de son pays.

Mme Samba-Panza qui a été élue en janvier dernier à la tête d’une RCA complètement déchirée par les conflits interreligieux entre Chrétiens et musulmans a lancé cet appel à la Communauté internationale en pleine visite à Kinshasa, la capitale congolaise. « Nous avons besoin d’un soutien massif et un accompagnement de la communauté internationale pour la stabilisation du pays et le retour de l’ordre constitutionnel dans son pays », a-t-elle déclaré.

Elle a rappelé a hérité d’un pays au bord du gouffre avec une insécurité généralisée. « L’absence de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, une catastrophe humanitaire sans précédent », a-t-elle déclaré ce lundi lors de son discours à l’ouverture du deuxième Forum mondial des femmes francophones, qui se tient lundi et mardi dans la capitale congolaise.

Lors d’un entretien qu’elle a accordé dimanche à TV5Monde et RFI, Catherine Samba-Panza  se veut rassurante et estime que la situation de son pays s’est améliorée. « Les choses se sont énormément améliorées depuis fin janvier », a-t-elle indiqué. Par contre, elle jugé insuffisantes les forces Françaises de l’opération Sangaris et Africaines de la Misca, fortes d’environ 8000 hommes au total, déployées dans le pays.

Depuis son investiture, elle a toujours sollicité des Nations Unies, le déploiement des casques bleus dans son pays pour sa stabilisation.

La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis le coup d’Etat en mars 2013 de Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, à dominante musulmane. Devenu président, Djotodia a ensuite été contraint à la démission le 10 janvier pour son incapacité à empêcher les tueries entre ex-Séléka et anti-balaka. Les violences ont déplacé près d’un million de Centrafricains, sur une population totale de 4,6 millions d’habitants, provoquant une crise humanitaire sans précédent dans un pays parmi les plus pauvres du continent, malgré son potentiel agricole et minier.

[GARD align= »center »]

Le déploiement d’une opération de maintien de la paix onusienne forte d’environ « 10.000 hommes » est prévu, pour l’heure sans date officielle, afin de soutenir les forces Africaines et Françaises à ramener l’ordre et la sécurité en Centrafrique. De son côté, l’Union Européenne est prête à déployer 1.000 soldats. Ce contingent ira s’ajouter aux 6.000 soldats de la Misca et près de 2.000 soldats français. Le total des forces internationales devra s’augmenter à 12.000 hommes si les différentes contributions de troupes sont rapidement faites.

© Oeildafrique.com

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
CentrafriqueSamba-Panza

Related Articles

RDC: recherches difficiles après des pluies diluviennes qui ont fait des dizaines de disparus

 [GARD align= »center »] Les recherches se poursuivaient mardi dans des conditions difficiles pour retrouver des dizaines de disparus après des pluies

Centrafrique: les ex-Premiers ministres Dologuélé et Touadéra qualifiés pour le 2e tour de la présidentielle

[GARD align= »center »] Deux anciens premiers ministres, Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, sont arrivés en tête au premier tour

RDC : Vive tension dans la Ville de Kasumbalesa

  Ambiance peu ordinaire ce vendredi à Kasumbalesa. Cette ville post frontalière entre la RDC et la Zambie située à

1 commentaire

Espace commentaire
  1. bareth
    bareth 3 mars, 2014, 21:19

    qu’elle aille demander aux chinois une aide bilatérale en échange de contrats miniers

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*