Centrafrique: La Séléka dément avoir créé un Etat indépendant dans le Nord

Centrafrique: La Séléka dément avoir créé un Etat indépendant dans le Nord

[GARD align= »center »]

Michel Djotodia

L’ex chef de l’Etat de transition de la RCA, Michel Djotodia

Des informations ont fait croire que l’ex-rébellion centrafricaine Séléka a proclamé un Etat indépendant dans le nord de la République centrafricaine (RCA). Mais, l’ex rébellion a démenti ces informations et indiqué que son leader, l’ex-président par intérim Michel Djotodia, en exil au Bénin n’a jamais créé un Etat indépendant du nom de Dar el Kouti.

C’est le Chef d’Etat-major de l’ex-rébellion qui a démenti mardi les informations de création d’un Etat au Nord de la Centrafrique.  «Je ne confirme pas cette information. Ce sont des manipulations provenant de personnalités mal intentionnées qui écrivent n’importe quoi sur internet au nom du président. Cela ne vient pas du président Djotodia», a déclaré le général Joseph Zindeko.

[wp_ad_camp_3]

La Séléka à dominante musulmane avait menacé de se retirer dans le Nord et de provoquer la partition du pays en deux Etats distincts. Et depuis le début de la semaine, un décret déclarant la création de l’Etat de Dar el Kouti et attribué à l’ex-chef rebelle et éphémère dirigeant centrafricain (mars 2013-janvier 2014) a fait sensation.

Le texte qui a fait le buzz sur la toile a fait de Michel Djotodia, chef de l’Etat du présumé Etat musulman, est aussi investi comme chef du gouvernement provisoire et leader du Front populaire pour la renaissance de la RCA (FPRC).

Mais son chef d’Etat-major pense qu’il s’agit de manœuvres qui sont le témoignage d’une campagne de diabolisation de l’ex-alliance rebelle et son dirigeant, au moment où la RCA tente de mettre en œuvre un fragile cessez-le-feu conclu le 23 juillet à Brazzaville (Congo) pour une sortie de crise symbolisée par la formation d’un nouveau gouvernement d’union nationale.

Michel Djotodia, porté au pouvoir après la chute du régime de François Bozizé le 24 mars 2013, a dirigé la RCA à titre intérimaire avant d’être poussé à la démission, en janvier dernier, par les chefs d’Etat d’Afrique centrale et la France, exaspérés par la persistance des violences dans le pays.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_3]


Tags assigned to this article:
CentrafriqueSéléka

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Centrafrique: Hollande appelle l'ONU et l'UA à agir

Le président François Hollande a appelé mardi l'ONU et l'Union africaine à se saisir de la situation en Centrafrique, pays,

Gabon: l’Etat veut reprendre en main l’exploitation de l’or

[GARD align= »center »] Profond de quatre mètres, le trou a été creusé à la force du poignet comme des dizaines d’autres

Centrafrique: la présidente Catherine Samba Panza nie toute malversation

[GARD align= »center »] La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, a nié avoir détourné de l’argent depuis son arrivée

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*