Centrafrique: Washington a évacué le personnel de son ambassade

Centrafrique: Washington a évacué le personnel de son ambassade

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi soir avoir fermé leur ambassade en Centrafrique pour des raisons de sécurité, les rebelles étant aux portes de la capitale, Bangui. Leur ambassadeur et son équipe ont quitté le pays.

Patrick Ventrell, du département d’Etat, a ajouté que « cette décision était uniquement due aux inquiétudes sur la sécurité de notre personnel et n’était en rien liée à nos relations diplomatiques continues et de longue date avec la République centrafricaine ».

Washington avait déjà exprimé mercredi sa « profonde inquiétude » face aux troubles en Centrafrique, poussant tous ses ressortissants à quitter le pays et demandant aux autorités centrafricaines de protéger leur ambassade et à la rébellion de cesser les combats.
Violente manifestation

« Les Etats-Unis encouragent toutes les parties en Centrafrique à participer au dialogue sous l’égide de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) », laquelle va tenter d’obtenir un cessez-le-feu, a insisté le département d’Etat.

La décision d’évacuer Bangui intervient au lendemain d’une manifestation violente de plusieurs centaines de personnes, proches du pouvoir, qui avaient lancé mercredi des projectiles sur l’ambassade de France. Ces manifestants avaient auparavant fait un sit-in devant l’ambassade des Etats-Unis.
Appel à l’aide

Le président centrafricain François Bozizé, menacé par une rébellion aux portes de Bangui, a appelé jeudi à l’aide les Etats-Unis et l’ex-puissance coloniale française, mais Paris a indiqué qu’elle n’interviendrait pas.

La coalition rebelle du Séléka, qui a pris les armes le 10 décembre, réclame « le respect » d’accords de paix conclus entre 2007 et 2011, auquel le pouvoir centrafricain ne s’est pas plié selon elle. En deux semaines, elle s’est emparée de villes stratégiques, s’approchant dangereusement de Bangui.

 

Avec (ATS)

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafriquepolitique

Related Articles

Côte d’Ivoire: 60 morts dans une bousculade la nuit du Nouvel An à Abidjan

Au moins soixante personnes sont mortes et une cinquantaine au moins ont été blessées à Abidjan dans une bousculade durant

RDC: Un journaliste de la télévision publique abattu

 [GARD align= »center »] Un journaliste de la Radio-Télévision Nationale congolaise (RTNC) a été tué par balle vendredi soir à Goma, capitale

L'Angleterre veut coopérer avec le Congo sur la résolution des crises dans la région des Grands Lacs

L'ambassadeur de la Grande Bretagne en République du Congo, Diane Corner, a indiqué mercredi à la capitale congolaise que son

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*