Ces anciens « explorateurs » convertis en « démocrates »

Ces anciens « explorateurs » convertis en « démocrates »
Explorateur Samuel Baker

Explorateur Samuel Baker

Au commencement était une histoire. Dans les manuels d’Histoire, on dit que ce sont des « explorateurs ». Mais en réalité, c’était des espions. Quand ils arrivaient dans un village africain, ils se liaient d’amitié avec le Roi et ses habitants; ils les observaient, étudiaient leur mode de vie, analysaient toutes les structures sociologiques… puis repartaient chez eux. Et quand ils revenaient sur le continent, c’était pour conquérir et assujettir les populations africaines qu’ils avaient auparavant espionnées. Ils réussirent un peu partout en Afrique après d’intenses luttes armées sauf en Éthiopie.

Là bas, la ruse n’avait pas marché. Le Roi avait très vite compris que ces gens, ces fameux « explorateurs », étaient suspects; il les a fait coffrer avant de les expulser. Quelques temps après, ils sont quand même revenus et ont tenté de conquérir l’Éthiopie, mais ce fut l’échec. Échec parce qu’ils n’avaient pas assez d’informations sur les Éthiopiens qu’ils voulaient « esclavagiser » comme ailleurs. Siècles après siècles, la stratégie n’a pas changé. Aujourd’hui encore, ces « explorateurs » convertis en « démocrates » procèdent de la même manière, de manière très subtile, avec une certaine cohérence, les prétextes invoqués variant d’une époque à l’autre selon les nécessités doctrinales du moment. Tenez. Ils songeaient, depuis 1970, à avoir la peau de Mouammar Kadhafi. Ils ont tenté de l’assassiner à plusieurs reprises mais sans résultats probants. Ils ont utilisé les Nations Unies pour lui imposer des embargos mais il a résisté. Alors, ils ont procédé comme au bon vieux temps : ils se sont rapprochés de lui, l’ont accueilli chez eux avec tous les honneurs… ils ont identifié ses points faibles et ont retourné plusieurs de ses collaborateurs. Et quand ils ont sorti leurs canons, le Guide libyen fut surpris par le côté diabolique de ces gens.

Ces individus cyniques et diaboliques savent prendre leur mal en patience. Ils planifient sur le court, moyen et long terme. Le sérieux de ces impérialistes dans leurs projets macabres contre nous impose que nous nous montrions d’un séreux sans faille et d’une extrême rigueur envers nous-mêmes. Se complaire dans la médiocrité en y trouvant des prétextes à ne point finir est et restera à jamais contre-productif pour les peuples oppressés. Sur ce, je bois mon lait…

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

L'analyste des questions géopolitiques.


Tags assigned to this article:
afriqueConquêteeuropehistoirekadhafi

Related Articles

Affaire Rex Kazadi : Carton rouge aux combattants

Au soir du 12 octobre 2011, les messages reçus de la part de Roger Bongos, nous signalant sa fin de

Dialogue national en RDC : La classe politique réagit diversement à cette initiative

Très récemment, un émissaire du président de la République Démocratique du Congo, Kalev Mutond, qui plus est le chef de l’Agence nationale des renseignements (ANR), a rencontré différentes plateformes de l’opposition

ALTERNANCE EN RUSSIE : Poutine, cet Africain qui s’ignore

L’ancien président russe Vladimir Poutine a signé hier et ce, pour la troisième fois, son retour aux affaires. Pour un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*