Changement climatique : John Kufuor nommé envoyé spécial de l’ONU

Changement climatique : John Kufuor nommé envoyé spécial de l’ONU

[wp_ad_camp_3]

L’ancien président ghanéen, John Kufuor

L’ancien président ghanéen, John Kufuor

L’ancien président ghanéen, John Kufuor rentre dans les bonnes grâces Nations Unies. Il vient d’être nommé envoyé spécial de l’ONU sur le changement climatique. C’est le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon qui a fait l’annonce ce lundi. Le ghanéen n’est pas le seul nommé, il y a aussi le Jens Stoltenberg.

L’ancien président ghanéen qui sera épaulé par l’ex-Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. John Kufuor et Jens Stoltenberg seront chargés de prendre contact avec les chefs d’État et de gouvernement mondiaux afin de mobiliser la volonté politique et d’assurer le succès du sommet sur le climat que l’ONU accueillera le 23 septembre 2014 à New York. L’ONU met tout son espoir dans le sommet de New York. Elle espère que ce sommet sera une étape importante dans les efforts pour conclure un accord sur le climat d’ici à 2015.

La communauté internationale espère conclure en 2015, lors de la Conférence Climat de Paris, un accord universel, contraignant et ambitieux sur les réductions des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Pour rappel, John Kufuor a été président du Ghana de 2001 à 2009. Jens Stoltenberg pour sa part a été Premier ministre de Norvège à deux reprises, de 2000 à 2001 et de 2005 à 2013.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
John Kufuoronu

Related Articles

Monnaie : des activistes organisent plusieurs mobilisations simultanées contre le Franc CFA

[GARD align= »center »] Un événement historique aura bientôt lieu dans différentes villes dans le monde. En effet, alors que plusieurs dirigeants africains

Société : Comment les studios photos résistent au tout numérique ?

Si Internet a révolutionné le monde les réseaux sociaux eux ont plus tôt boostés la photographie en Afrique. Ce qui était

La "Faillite" de la Libye de Mouammar KADHADI ou celle d'une Afrique se voulant "libre" ?

Par PATRICK MBEKO Comment en sommes-nous arrivés là? Près de soixante mille morts, des milliers de civils blessés, des infrastructures

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*