Les combats s’intensifient au Nord du Mali

Les combats s’intensifient au Nord du Mali
Des soldats à l'aéroport de Bamako. Les combats s’intensifient  dans les régions du Nord Mali

Image d’archives| Des soldats à l’aéroport de Bamako – AFP

Les combats s’intensifient  dans les régions du Nord Mali, après le boycotte de la CMA à signer l’accord pour la paix et la réconciliation le 15 mai dernier. Les attaques ces dernières heures contre les forces gouvernementales et les populations civiles sont d’une violence extrême. Hier lundi, trois militaires maliens surpris dans leur sommeil ont trouvé la mort à Bambara Maoudé, dans le sud de Tombouctou. L’attaque a été par la suite revendiquée par le MAA-dissident qui dit avoir agi au nom de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

Depuis ce matin, des violents combats entre les éléments de la coordination pour le mouvement de l’Azawad (CMA)et le « Gandakoye » mouvement local d’auto-défense, se déroulent à Arbichi dans le cercle de Gourma-Rharous dans la région de Tombouctou.

Plusieurs sources locales ont confirmé ces combats et font état de plusieurs morts des deux camps. Pour le moment aucun bilan officiel n’est encore disponible.

Toujours au cours de la semaine, un communiqué de l’état major de la défense de ce 19 mai, fait part d’une saisie d’important matériel de guerre au Sud de la passe Salvador.  « Un convoi de deux pick-up a été observé progressant à vive allure en direction d’un point contrôle tenu par les éléments de la force Barkhane. A l’approche du check-point, les occupants des deux pick-up ont tenté de forcer le passage, répondant aux sommations par une  ouverture brutale du feu. Au cour de ce combat, trois occupants du convoi ont été tué, trois autres faits prisonniers ont été remis aux forces nigériennes. La fouille a permis de saisir des armes de guerres (fusils mitrailleurs de type PKM et Kalachnikov), 1,5 tonnes de drogue, ainsi que de moyens de communication », indique le communiqué.

Dans le pays, les voix commencent à se lever.  « Nous ne pouvons plus accepter le cantonnement de l’armée malienne pendant que les  groupes armées hostiles a l’unité du Mali pavanent sans aucune restriction. Oui ! le Mali a besoin de la communauté internationale aux côtés de nos forces armées et non les empêcher à se défendre. Par contre, nous constatons qu’aucune pression n’est exercée sur ces groupes armées illégaux » nous a confié Mamadou Touré, un habitant de Tombouctou.

« Le Mali n’a pas de moyens pour défendre l’ensemble de son territoire, mais que ceux qui représentent la communauté internationale sachent que nous ne sommes pas des idiots. Tous les jours qui passent nous perdons un membre de nos familles, ne pouvant se défendre. Le Mali est un pays des grands empires et terre d’histoire.  Nous exhortons une fois de plus les grandes puissances (Russie, Chine…) de nous venir en aide. Nous souffrons depuis des années et commençons  à croire que la France et les Etats Unis ne sont pas pour la paix dans notre pays, mais pour leur intérêt personnel », s’est confié un autre malien, membre de la société civile.

Vu l’intensité des combats ces derniers temps, il use pour les deux parties de trouver un terrain d’attente, afin de mettre fin aux multiples exactions. A la communauté internationale qui s’est impliquée dès les premières heures dans le processus de retour de la paix au Mali, d’agir.

Clarisse, depuis Bamako

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
azawadbamakomaliNord du Mali

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: tirs entendus dans des camps militaires

[GARD align= »center »] Des tirs ont été entendus dans la nuit de vendredi à samedi dans deux camps militaires d’Abidjan et

Guinée: peine de mort requise contre 4 prévenus après l’attaque contre Condé en 2011

Le procureur d’une Cour d’assises de Conakry a requis vendredi soir la peine de mort contre quatre prévenus et la

Ebola: Le Sénégal ferme encore ses frontières avec la Guinée

 [GARD align= »center »] A partir de minuit jeudi, les frontières aériennes, terrestres et maritimes entre le Sénégal et la Guinée ont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*