Combien l’Afrique est immunodéficiente!

Combien l’Afrique est immunodéficiente!

 [GARD align= »center »]

Fièvre Ebola

| Reuters

Après un semblant d’accalmie, revoilà la machine médiatique qui, affolée, relance la course à l’information sur le virus Ebola. L’épidémie menacerait cette fois-ci toute l’Afrique, voire le monde entier. Elle se propage rapidement et le bilan ne cesse de s’alourdir. La situation semble échapper à tout contrôle. Nous venons de franchir dangereusement la barre des 1000 morts, pour l’essentiel de très pauvres africains. La menace est réelle !

Parti, il y a quelques mois, du sud de la Guinée Conakry, Afrique de l’Ouest, le virus a traversé les frontières avec une facilité déconcertante. Il s’y est même installé sans difficulté aucune. Comme d’habitude, Incapable d’agir efficacement, l’Afrique subit, compte et pleure ses morts. Elle vivra désormais dans l’attente de lendemains incertains et une humiliante aide étrangère qui tombe au compte-gouttes.

Bizarrement, avant d’en arriver là, certains optimistes, irresponsables, ont eu le toupet de nous annoncer la fin de l’épidémie, alors qu’elle continuait de sévir implacablement. Depuis, c’est silence radio. Et soudain, c’est le réveil ! Puis, l’on vient nous annoncer encore le retour en force de l’épidémie. Ah le cauchemar !

A l’occasion, une brève présentation de l’acteur principal de ce mélodrame et bourreau actuel de l’Afrique s’impose. Pour les profanes, ce n’est rien d’autre que le virus le plus dévastateur au monde. Il se transmet par contact direct avec les humains et les animaux infectés, en causant des fièvres hémorragiques mortelles. Rien que ça ? Non, ce n’est pas fini, car ce tueur, venu d’un autre âge, n’a pour l’heure ni traitement ni vaccin. Vraiment très sympa !

Toutefois, le pire des scénarios imaginables c’est d’être attaqué par ce virus sans avoir la moindre chance de s’en sortir. Surtout quand cette fatalité est due essentiellement à l’ignorance et au manque de rigueur.

Je m’explique. La logique veut que l’on lance, dès l’apparition du virus, des campagnes d’information et de sensibilisation à l’endroit des populations. Au lieu de cela, on a préféré se murer dans un silence sidéral, au risque d’exposer les citoyens à la contamination. D’ailleurs, ce n’est qu’après avoir réalisé l’extrême gravité de la situation que l’on a commencé à s’agiter et crier son désarroi. Dieu seul connait la pertinence d’une telle démarche !

N’allez surtout pas croire que vous êtes en train de faire un mauvais rêve ou regarder une super production Hollywoodienne de science fiction ! C’est juste la triste réalité africaine. Et croyez-moi, nous, Africains, habitant ce continent, connaissons parfaitement ce que veut dire « la réalité dépasse souvent l’imagination ».

Le drame est que cette situation surréaliste n’est que le vieil arbre qui cache la grande forêt à problèmes ! Cela nous incite à nous poser certaines questions hautement Stratégiques.

L’épisode dramatique que nous vivons actuellement, démontre-t-il, une fois de plus, que l’Afrique est incapable d’anticiper sur l’avenir? Cela confirme-t-il que l’Afrique vit, tout bonnement, au grès des vents ravageurs? Cela prouve-t-il que l’Afrique ne sait pas encore être unie et solidaire ? Cela illustre-t-il, clairement, la vulnérabilité et la fragilité de l’Afrique ?

Commençons donc par le commencement. Depuis 1976, le virus Ebola a pu frapper, environ 14 fois, plusieurs pays africains. Causant à chaque fois des centaines de victimes. Le plus ahurissant est que nous ne disposons pour l’heure d’aucun système de sécurité régional, nous préservant d’éventuelles épidémies. Cette réalité signifie que l’Afrique n’apprend pas de son passé et ne peut, par conséquent, se projeter sur le long terme.

Mieux encore, constamment menacé, le continent ne dispose ni d’instituts de recherche ni de structures, aux normes mondiales, capables d’assurer notre sécurité contre les virus émergents. Cela veut dire que l’Afrique, comme dans bien d’autres domaines, ne tient pas encore les rênes de son destin.

[wp_ad_camp_3]

Le comble de la tristesse est que nous, Africains, n’avons démontré aucune forme de solidarité envers nos concitoyens sinistrés. Nous nous sommes même distingués par un égoïsme royal, sans que cela ne nous empêche de réclamer, haut et fort, la solidarité internationale. En agissant ainsi, nous avons piétiné une des règles fondamentales de la vie qui veut que « pour recevoir, il faut savoir d’abord donner ».

In fine, en dépit de ce chaos, j’aurais tant aimé voir se passer un certain nombre de choses qui pouvaient rehausser notre image d’Africains des temps modernes.

En guise de réconfort personnel, j’aurais tant aimé nous voir mobilisés, dès les premières heures, et agir, chacun dans son domaine, en véritables héros!

Afin de stimuler ma fierté d’africain, j’aurais tant aimé voir notre chère « Union Africaine » – UA pour les intimes – s’empresser de mettre en place un vaste réseau de solidarité et voler, promptement, au secours de ce continent, qui nous a tout donné !

Pour préserver notre dignité, j’aurais tant aimé voir nos richesses mises à disposition pour ne pas tendre la main et subir une énième humiliation !

J’aurais tant aimé nous voir accomplir, simplement, notre devoir de citoyens, unis et liés par le même destin africain !

Malheureusement, je n’ai rien vu de tout cela et mes espérances se sont évanouies, cédant la place à une affligeante désillusion, au goût bien amer…

Aujourd’hui, atterré mais désabusé, je me rends finalement compte combien notre Afrique est encore immunodéficiente, vulnérable et fragile !

Par Adel ARAB

[wp_ad_camp_3]


Tags assigned to this article:
afrique

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Afrocentricité ou Afrocentrisme ?

Beacoups parlent d’afrocentrisme ou d’afrocentristes des qu’ils entendent des noirs africains ou afrodescendants parler d’histoire de l’Afrique. De ce fait ils

Pourquoi la victoire de l’extrême droite européenne choque t-elle les Africains ?

[GARD align= »center »] Les mouvements d’extrême droite ont la côte un peu partout en Europe. Les Africains sont choqués. J’essaye de

Syrie : isolement, agacement

Dix huit mois déjà que dure la guerre en Syrie, entre un pouvoir acculé à la défensive mais déterminé à

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*