Comment je me suis fait virer de la fête nationale du Cameroun à Paris !

Comment je me suis fait virer de la fête nationale du Cameroun à Paris !

[GARD align= »center »]

Amobe Mevegue

Amobe Mevegue (personnalité des médias/directeur de la chaîne UbizNews) relate comment il s’est fait virer de la soirée de Célébration de la Fête Nationale du Cameroun au Pavillon Dauphine à Paris, car il était en élégant boubou africain.

« Il y a quelques jours, je reçois l’appel courtois d’une personne de l’ambassade du Cameroun me proposant, car regrettant de ne l’avoir fait plus tôt, de me faire acheminer un carton d’invitation pour la célébration de la fête nationale du Cameroun au pavillon Dauphine à Paris.

Ce à quoi, je réponds favorablement, car bien que de nationalité camerounaise, il m’arrive souvent d’être invité dans de nombreuses cérémonies identiques données par les États africains.

À 18 heures précises, je me présente donc au lieu dit, j’y salue plusieurs personnes, amis et connaissances et me dirige vers le service de protocole.

Ce dernier, m’interpelle avec vigueur pour me signifier l’impossibilité pour moi d’entrer dans l’enceinte du pavillon ! Par courtoisie, je ne souhaite pas nommerait les personnes qui s’opposent à mon entrée, pour éviter toute forme de polémique inutile.

Raison invoquée : « Votre habillement Monsieur, ne correspond pas au standing de nos invités » !

Je précise que comme à l’accoutumée, je suis paré d’étoffes africaines que je juge nobles. J’encaisse le coup, reste zen, parle avec courtoisie et feint d’être surpris, quelques personnalités connues passent, me saluent gênées, et pénètrent dans le lieu de tant de convoitises.

Un molosse me lance, « Monsieur allez vous changer, vous pourrez entrer » !
Je lui réponds que pour rien au monde, je ne changerai ma nature ! Qu’il me semblait hallucinant, que le jour d’une fête nationale d’un pays africain, le citoyen que je suis, souhaitant honorer ses ancêtres, chaque jour parce ce que c’est son choix, en portant les étoffes des peuples et des civilisations d’Afrique, se voit expulser pour non conformité prétendue avec l’exigence de la fameuse locution « Tenue correcte exigée » !

[GARD align= »center »]

J’aimerai savoir sur cette terre qui fixe les codes d’une tenue correcte ? Qui exige ? Qui ?

J’ose avancer que mes tenues africaines m’ont accompagné dans le monde entier, sur tous les continents à la rencontre des plus grandes personnalités.

Je m’entends dire que chaque nation à ces codes ! Lesquels donc, en résonance à quoi, à qui ?

Comble de l’ironie, je tente alors d’expliquer à mes détracteurs que 4 jours auparavant au même endroit, j’ai présenté avec des étoffes semblables, un gala devant le président Abdou Diouf, le Ministre français de l’intérieur Bernard Cazeneuve, l’ambassadeur du Sénégal, la procureure de la CPI – cour pénale internationale, sans que cela ne suscite le moindre émoi.

Réponse du protocole, le- » Cameroun, c’est le Cameroun »! Ne voulant susciter aucune esclandre, j’ai demandé à ce que Mr l’ambassadeur soit informé de mon départ, ayant refusé d’aller troquer mes « guêtres » pour des tenues plus « indiquées ».

La vie m’a donné la chance de visiter beaucoup de pays, et d’être reçu par les plus grandes autorités de ces derniers. Ma fierté, était aussi souvent d’y arborer des tenues africaines de tous nos pays, parfois même indiennes dont j’apprécie particulièrement le style. J’entends bien ricaner une certaine bourgeoisie africaine décomplexée à qui je rétorque, pourquoi pas si tel est mon choix.

Je n’impose pas à mes contemporains d’opter pour tel ou tel orientation vestimentaire, aussi je revendique le droit à assumer mes choix. Ne souhaitant faire aucun prosélytisme, je ne vois pas en quoi, un Obom du pays BETI, le Ndop du pays Bamiléké, le Bogolan du Mali et tant d’autres étoffes et chaussures légués par nos ancêtres, seraient moins nobles que le costard cravate ou le smoking, pour celui qui en fait le choix ?

Il semble que ce mal qui s’apparente à une aliénation chronique soit plus profond en Afrique centrale qu’en Afrique de l’ouest. C’est ce que je constate avec dépit. 
Nombreux sont les pays où les tenues et chaussures traditionnelles ont droit de citer dans les chancelleries !

Se faire éconduire pour une si ridicule raison me conforte dans l’idée de poursuivre cette forme de résistance à l’uniformisation de nos modes de vie.

Il se trouve que dans quelques jours, je serai l’un des invités d’honneur du festival ciné droit libre au Burkina Faso, aux côtés de l’ancien chef d’état Jerry Rawlings, croyez moi, plus que jamais je serai habillé de la même sorte, « boubouifié » jusqu’aux dents !

[GARD align= »center »]

Sans invective, je propose de lancer le débat sur ce thème qui selon moi en dit long sur les maux d’une certaine Afrique. Merci de réagir dans l’apaisement à cette histoire qui ferait sans doute rire un extra terrestre, celle d’un africain chassé de la fête national de son pays, parce qu’il s’habillait librement comme ses ancêtres !

Viré de la fête nationale du Cameroun du pavillon Dauphine de Paris pour cause de « tenues non conformes au standing requis« , alors que quelques jours auparavant, je présentais un gala dans le même pavillon dauphine, avec les mêmes « tenues non conformes au standing requis » devant un ancien chef d’Etat, la représentante du président Macky Sall, le ministre français de l’intérieur, de nombreuses personnalités….qui est fou ?? »

Par Amobe Mevegue


Tags assigned to this article:
Amobe MevegueCamerounFête nationaleparis

Related Articles

D’ici 2025 : la FAO voit la famine disparaitre d’Afrique avec plus d’attente à l’agriculture

Selon l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et  l’agriculture (FAO) la faim pourrait se conjuguer au passé en 2025 en Afrique,

Entretien avec Ayden présentatrice sur Direct Star

Présente dans le paysage audiovisuel depuis presque dix ans où elle anime les grands rendez-vous de la mode afro-caribéenne, Ayden

Cap-Vert: la lave du volcan Pico do Fogo détruit deux villages

[GARD align= »center »] La lave du volcan Pico do Fogo au Cap-Vert, en éruption depuis le 23 novembre, a détruit deux

90c ommentaires

Espace commentaire
  1. BOUADY
    BOUADY 21 mai, 2014, 12:17

    Yako mon frère tu as fait les frais du complexe du Nègre qui pense qu’il être en costume pour faire civilisé au détriment de nos tenues traditionnelles ô combien nobles de nos cultures ancestrales. Pauvre Afrique quand est ce que tes enfants sauront que tu as de la Valeur

    Répondre à ce commentaire
    • KONTCHE NOKKY
      KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 09:36

      Nous avons adopté Jésus comme le fils de notre Dieu. Nous avons adopté la Bilble comme le livre qui symbolise LA VERITE. Qui a vu l’air surpris qu’un européen affiche, lorsqu’un africain se prénomme Pierre, Paul, Jacques. Et tout récemment Bryan, Steven,Carla, Mazarine. Le français et l’anglais seront, si elles ne le sont déjà, des langues « africaines ». Suivis de la mercedes, la rav4 qui seront des voitures africaines .etc. Courage fuyons.

      Répondre à ce commentaire
  2. cheicky
    cheicky 21 mai, 2014, 12:22

    se sont des perdus ils s’embrassent une culture qui n’est pas la leur . Continue comme ça nous je dis bien nous les bon africains te soutenons. c’est une tres grande honte pour l Afrique

    Répondre à ce commentaire
    • CHIMI Mireille
      CHIMI Mireille 21 mai, 2014, 17:41

      Mon très cher AMOBE je terassure, tu n’es pas fou.
      En fait, je crois et je suis convaincue que le molosse a reçu des instructions fermes sur le type d’habillement d’invités.Généralement dans nos pays, c’est soit tenue d’apparat, soit traditionnelle.Sauf que dans ton cas, les instructions ont dues être très très fermes sur le costard comme seule tenue.Sinon, je ne vois nulle part écrit par toi »j’ai aperçu un gars qui avait le même type d’habillement que moi » Et le mal avec nous c’est que nous restons campés sur nos positions de colonisés,le camerounais principalement. »ET si l’Afrique refusait réellement le développement »comme le soulignait Axelle KABOU?

      Répondre à ce commentaire
  3. Wara Musso
    Wara Musso 21 mai, 2014, 13:15

    Eh bien… Le cancer du « colon » n’a pas fini de ronger les chairs…

    Répondre à ce commentaire
  4. Peter (MASAO)
    Peter (MASAO) 21 mai, 2014, 13:23

    ci j’ai bonne mémoire je pense déjà avoir vu le Grand Manu Dibango avec un haut de tissu Africain au Pavillon Dauphine je me souviens plus exactement l’année c’est la folie il me manque vraiment les mots pour qualifier ce geste.

    Répondre à ce commentaire
  5. Tamba Tolno
    Tamba Tolno 21 mai, 2014, 13:43

    Ce sont vraiment des rénegas??? qui font honte au continent….

    Répondre à ce commentaire
  6. yabassi
    yabassi 21 mai, 2014, 14:12

    Et vos enfants qui ne parlent pas le patois parce que tout le monde cause en français, vous trouvez cela normal.inacceptable d’être refoulé pour sa tenue.aujourd’hui la culture Africaine se calque sur le modèle occidental, c’est la grand mère qui apprend le français pour converser avec les petits enfants

    Répondre à ce commentaire
  7. AGUIAR Lancelot
    AGUIAR Lancelot 21 mai, 2014, 14:19

    C’est le complexe de l’homme noir par rapport à l’homme blanc. Et ce problème est plus accentué effectivement en Afrique Centrale qu’en Afrique de l’Ouest. Au Mali les autorités portent le Bazin avec fierté en toutes circonstances, l’ancien ambassadeur du benin à Paris n’a jamais porté le costume cravate en poste; toujours en grand Boubou dit 3 pièces avec le Gobi. Mais que le protocole de l’ambassade du Cameroun à Paris se comporte ansi le jour de la fête nationale fait craindre sur l’immensité de la tâche relative à la décolonisation des esprits.
    54 ans après les indépendances, c’est triste et lamentable.

    Répondre à ce commentaire
    • KONTCHE NOKKY
      KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 09:58

      Mr, LANCELOT, c’est un nom africain? Il faut, ne fût-ce par intelligence primaire, commencer par balayer devant sa porte. Trouvez-vous pire colonisation de l’esprit que d’écrire en français, après avoir formulé sa pensée……en français?Même votre nom est un fake, il devrait être africain, pour l’illustration de cause: se décoloniser l’esprit. Donc, au travail!

      Répondre à ce commentaire
      • N'GAL MULUME
        N'GAL MULUME 22 mai, 2014, 19:21

        Mr Kontche Nokky, restons courtois et gardons nous de faire des remarques déplacées aux autres par rapport aux origines de leurs noms et aux langues parlées. La preuve, nous sommes entrain d’échanger dans cette langue étrangère et cela n’enlève rien à nos profondes convictions et valeurs Africaines. L’histoire étant ce qu’elle est, la colonisation est passé par là. Et ce que dit Mr Lancelot est vrai et nous le savons tous. Moi je suis originaire de l’Afrique central, du Congo Kinshasa mais vivant à Paris, je peux confirmer sans trop me tromper que les Africains, même ceux qui portent nos tenues Africaines sont très complexés devant les blancs. Cette histoire que nous raconte Mr Amobe Mevegue est invraisemblable. Sa tenue vestimentaire est impeccable et noble pour honorer l’Afrique partout dans le monde. En plus il le porte très bien.

        Répondre à ce commentaire
  8. BOSS YAKINI KIESSE
    BOSS YAKINI KIESSE 21 mai, 2014, 14:44

    Cher AMOBE MEVEGUE, premièrement je tiens à vous remerciez de la sagesse que vous vous êtes comporté sur cette affaire qui doit en dire long avant tout permettez-moi d’écrire ceci et d’attiré l’attention de tout un chacun:  » Tout Peuple coupé de sa culture, de sa tradition ancestral est semblable à un arbre déraciné,tôt ou tard ce Peuple sombrera dans le vide culturel qui favorisera toute domination » Luttons massivement que certaines idéologies qui n’ont pas de sens puisse prendre le vrai sens. Tout doit-être corrigé et être témoin de notre époque ainsi que d’écrire une bonne et vrai histoire. Revendiquons, dénonçons mais toujours avec fermeté avec une sagesse exigée. A bientôt sur les antennes car les genres de ses sujets sont multiples.

    BOSS YAKINI KIESSE

    Artiste

    Répondre à ce commentaire
  9. Veneno Maliza
    Veneno Maliza 21 mai, 2014, 15:35

    Tout le mal de notre continent est là…. Parce que nous avons oublié d’où nous venons, comment pouvons nous savoir où nous allons? L’Afrique et ses enfants se sont égarés. Une triste réalité dans un monde qui se veut multiculturel…..

    Répondre à ce commentaire
    • chantal
      chantal 23 mai, 2014, 02:26

      entièrement d’accord. Sauf erreur ou omission,meme la bible nous rappelle toujours nos origines et nous dit de se faire enterrer sur la terre de nos ancetres.

      Répondre à ce commentaire
  10. pascal
    pascal 21 mai, 2014, 15:40

    La tenue africaine est originale et nous devons etre fier et fort

    Répondre à ce commentaire
  11. Jacques Tchibozo
    Jacques Tchibozo 21 mai, 2014, 16:09

    Votre retrait dans le calme et la dignité est certainement une bonne chose ; mais si ça avait été moi, je serais rentré me changer effectivement pour mettre le costume exigé, j’aurais rangé ma tenue africaine dans un sac, et une fois à l’intérieur, je serai allé me changer dans les toilettes pour remettre exactement les mêmes tenues africaines, afin de faire la nique à ces vigiles acculturés.

    Répondre à ce commentaire
    • KONTCHE NOKKY
      KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 10:10

      Je suis vigile et je ne supporte pas ce regard méprisant que les gens portent sur nous. Vigile acculturé? A lire votre texte mal fagoté, on n’imagine que votre doctorat vous a été transmis par correspondance. Puis, votre proposition relève de la pleutrerie la plus abjecte, celle dont font preuve toutes les personnes sans consistance ni fierté, qui adoptent des comportements reptiliens pour atteindre leurs objectifs. Quelle jeunesse!

      Répondre à ce commentaire
  12. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 21 mai, 2014, 16:14

    Comment pouvons-nous nous vanter d’avoir une culture, lorsque nous nous exprimons en français? Ne pourrions-nous pas utiliser le « camerounais » pour mieux la marquer, cette culture?Au Cameroun à part l’ouest du pays et le nord où on tissait du coton, qui peut se targuer de la présence de tissus nationaux que nous attribuons logiquement à nos ancêtres? Dans le centre et le sud, le vêtement originel était le cache-sexe, confectionné avec des écorces d’arbre.. les tissus dont nous faisons aujourd’hui un fonds culturel sont d’origine coloniale. Ce sont les hollandais qui les ont imposés aux nègres par le biais des comptoirs coloniaux. Si aujourd’hui, ils sont considérés comme étant d’origine africaine, donc un patrimoine culturel, c’est réaliser que les colons ont bien réussi leur travail. Il en a été de même aux antilles françaises, où ils ont imposés le madras. Combien de français de métropole en porte, même sous 40° à Paris? Aucun: si oui, marqué par des origines d’outre-mer. Tout simplement parce que c’est la tenue attribuée aux esclaves, pour marquer la différence d’avec les maîtres. Quand on sait que nos gouvernements, pour faire fonctionner leurs affaires, nous imposent ces stygmates de ma soumission, que l’on ne trouve qu’en afrique, je comprends que la jeunesse, même la plus intellectuelle, ne soit pas à mesure de se poser la moindre question sur l’origine du tissu qui l’habille..

    Répondre à ce commentaire
  13. GREG
    GREG 21 mai, 2014, 16:47

    C4EST TOUT SIMPLEMENT UNE HONTE POUR CE PAYS LE CAMEROUN. JE PENSE QUE CES GENS QUI NE SAVENT PAS QUE L’AFRIQUE DOIT GARDER SON IDENTITE NE SONT QUE DES PROFITEURS PRETS A TOUT POUR SURVIVRE. CONTINUE TA VOIE TU AS NOTRE SOUTIEN

    Répondre à ce commentaire
  14. Ngoma Désirée Hermione
    Ngoma Désirée Hermione 21 mai, 2014, 16:57

    Franchement çà craint quoi pr qlq qui met en valeur son identité et de surcroit le jour de la fete nationale de son pays i lest écarté.SHAME!!!! à eux.suis dégoutée.Comme a su le souligner Amobe cette tare est fréquente en afrique centrale!

    Répondre à ce commentaire
  15. ahmadou ahidjo mounchili
    ahmadou ahidjo mounchili 21 mai, 2014, 17:05

    O bosso Mon compatriote.Ils sont fois et alienes.Je t’encourage!!

    Répondre à ce commentaire
  16. patrick
    patrick 21 mai, 2014, 17:24

    Avoir une ideologie ,

    Répondre à ce commentaire
  17. patrick
    patrick 21 mai, 2014, 17:32

    Moi, je suis d`avis que chacun peut avoir son opinion, et ses idéologies,mais sauf que le respect veut aussi que nous n`imposions pas nos pensées aux autres, si vous êtes invité quelque part et que cette personne exige une tenue ou une autre chose soyez humble de vous y conformer c`est tout. je prend l`exemple des musulman qui ne prennent pas d`alcool,si vous êtes invité a une fête chez un
    musulman vous n`allez lui exiger de l`alcool ,si vous ne prenez que de l`alcool, par contre vous tacherez de vous conformer a ses exigences! il y a des soirées de gala ou des tenues sont exigés ,alors M. Mevegué je pense que c`est inutile de remuer ciel et terre ,vous n`aviez qu`a vous conformer surtout que c`était repris sur votre invitation, et d`ailleurs çà fait grand.

    Répondre à ce commentaire
  18. kadhafi
    kadhafi 21 mai, 2014, 17:48

    pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font!

    Répondre à ce commentaire
  19. Rodrigue
    Rodrigue 21 mai, 2014, 18:44

    au fil des annees j’ai compris une chose que mon père repetait tout le temps…. »Nul n’est prophète chez soi »

    Répondre à ce commentaire
  20. Obossa Boniface
    Obossa Boniface 21 mai, 2014, 18:48

    A ces soi-disant intellectuels qui se croient au paradi, je les dédie ce pro erbe Africain : UN TRONC D’ARBRE A BEAU SEJOURNER DANS LE FLEUVE, IL NE SE TRANSFORMERA JAMAIS EN CROCODILE

    Répondre à ce commentaire
  21. Badarou
    Badarou 21 mai, 2014, 20:40

    Vraiment yako mon frère,le plus chochant de tout ça c est que tu sois toi même camerounais.Prions afin que le sens des vraies valeurs reprenne le dessus et non celui du complexé.Pourquoi ignorer ses origines?,dommage à ceux là et vive la culture africaine.Alain merçi

    Répondre à ce commentaire
  22. Sankara
    Sankara 21 mai, 2014, 21:54

    Oui..ça passe tres bien…l’ennemi de l’Afrique c’est l’africain……Cette histoire me donne la nausée. Où se trouve actuellement cet ambassadeur de l’horreur? hont à lui…un sale rénegat !!!!!

    Répondre à ce commentaire
  23. Bernard
    Bernard 21 mai, 2014, 22:16

    « Résister à l’uniformisation de nos modes de vie… », j’aime bien cela. Car qui oublie son identité – ce n’est pas seulement ce qui figure sur une pièce d’identité – arrêté de vivre!

    Répondre à ce commentaire
  24. Flory Kiasuka Kiangu
    Flory Kiasuka Kiangu 21 mai, 2014, 22:41

    Mon frère, sois fière de tes origines. Aussi, cela ne m’étonne surtout pas venant d’un pays africain, tant que l’africain sera toujours dans son costume d’aliénation il sera très difficile que l’afrique puisse avancer. Cessons de nous masturber l’esprit avec ce genre de complexité car nous sommes tous égaux.

    Répondre à ce commentaire
  25. sidibe
    sidibe 21 mai, 2014, 22:48

    Cela est bien triste mais c est aussi la realite cachee de pas mal d africains .et tant que nous penserons pas etre nous meme nous ne nous en sortirons pas.

    Répondre à ce commentaire
  26. Salomon Tim
    Salomon Tim 21 mai, 2014, 23:05

    C’est complètement scandaleux, ubuesque… Merci Amobe Mevegue d’avoir partagé sa mésaventure. C’est riche d’enseignement et ça mérite un réel débat sur le sujet. C’est d’un ridicule achevé et je trouve que devant la situation notre narrateur a eu une réaction très digne. C’est décevant pour notre pays…

    Répondre à ce commentaire
  27. NTCHATCHO
    NTCHATCHO 21 mai, 2014, 23:07

    JE SUIS CAMEROUNAIS MAIS ,CERTAINS DÉPASSE, OU SON EN DESSOUS DU RAISONNEMENT MATÉRIEL DE L´ OCCIDENT. (LE PAUVRE CAMEROUNAIS DEVENUS RICHE CROIRE QU´IL ES BLANC , ET REJETTE CES COMPATRIOTES)

    Répondre à ce commentaire
  28. narmer71
    narmer71 22 mai, 2014, 00:53

    Je n’en crois pas mes yeux et mes oreilles! En tout cas pour Ciné Droit Libre dont l’ouverture est prévue le dimanche 1er juin, tu seras dans ton élément puisqu’il n’y a aucune tenue exigée et notre parrain, Le Président Jerry John Rawlings est conne comme un des meilleurs promoteurs de la tenue traditionnelle le FASO DANFANI. On t’attend avec impatience à Ouaga! A bientôt !

    Répondre à ce commentaire
  29. Louis-Philippe
    Louis-Philippe 22 mai, 2014, 00:55

    On est tenté de rire et de pleurer en même temps. On a connu cette situation pendant longtemps au Gabon. Il demeure encore des endroit notamment de soirée où il est écrit tenue correcte exigée ! Heureusement, depuis quelques années, on peut accéder à la présidence, dans les autres administrations en costard cravate ou en « boubou de fête ». Désormais, dans les ambassades on exige la tenue de soirée ou traditionnelle. Sur ce point Il faut dire que c’est Ali Bongo qui a initié la nouvelle donne…

    Répondre à ce commentaire
  30. Guy Kodzo Alovor
    Guy Kodzo Alovor 22 mai, 2014, 00:59

    Je suis surpris. Je suis Togolais, un ewe pur sang. J’ai eu l’heur d’assister à Buéa à un magnifique défilé célébrant le cinquantenaire de la réunification du Cameroun. Plusieurs hautes personnalités de l’État camerounais étaient en tenues variées typiquement africaines. Donc je ne crois pas que la personnalité camerounaise soit inexorablement aliénée vestimentaire. Ma compagne camerounaise ne porte que des pagnes à ses jolis reins au Cameroun. Je ne m’explique pas dès lors ce qui a pu se passer au pavillon Dauphine où je n’ai jamais eu l’honneur d’être invité. A ce que je sache, c’est une tradition que le Cameroun y organise une soirée cossue pour célébrer sa fête nationale et nul autre État africain, à ce qui se dit, ne l’emporte sur lui. Dès lors, les habitués doivent être au parfum des codes vestimentaires. Je ne crois pas qu’il faille s’auto-flageller sur le mal aussi vaste que le ciel que l’occupant colonial nous a causé. Certes il est grand, ce malheur aussi immense que l’océan sans limites. Nous nous soignons, la guérison est lente. La vie, avec son drame cosmique est comme une pièce de théâtre parfois psycho-dramatique au mieux et tragi-comique au pire. J’invite mon frère Amobe qui est un parfait artiste à comprendre et à analyser cette vexation inutile et dommageable pour notre lutte commune. L’Afrique vaincra en tout état de cause, c’est la seule certitude qui puisse nous consoler face à ce type de coup, de surcroît ayant le masque d’une attaque fratricide. Le pur ewe Rawlings sera peut-être en batakali ou en kente, qui sait, si cela peut réconforter.

    PS: J’ai pris la peine de lire tous les commentaires pertinents et il me semble qu’un intervenant s’est mépris de croire que le vêtement authentiquement africain est le cache-sexe fait avec des écorces. Et d’ajouter que le coton nous est apporté par le colon hollandais. Je suppose que c’est de l’ironie, sinon il ne faut rien exagérer. Je renvoie notre intervenant aux témoignages des premiers explorateurs qui ont eu la surprise de voir en Afrique des peuples civilisés jusqu’à l’os avec de beaux vêtements même en velours fabriqués par eux-mêmes. J’ai du mal à me retenir d’ajouter que durant la haute antiquité où l’Européen était encore couverte de peau de bête et tatoué tel un véritable sauvage, l’Africain de la vallée du Nil et du reste du continent était déjà divinement vêtu de tissus en lin, en laine et en coton. C’est un témoignage de J-F Champollion. J’ai pu le constater de mes propres yeux lors de mes voyages en Égypte actuelle dans le tombeau de Ramsès III. On ne vous le montrera pas souvent mais si vous en avez l’occasion sachez que c’est au début de l’entrée du couloir à gauche de cette demeure d’éternité comme les ancêtre l’appellent.

    Dr Guy ALOVOR. contact@docteuralovor.fr

    Répondre à ce commentaire
    • KONTCHE NOKKY
      KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 10:48

      La joker culturel de l’Afrique sub-saharienne, c’est souvent l’Egypte.Les égyptiens se considèrent-ils comme africains? Au mieux, ils se disent maghrébins, ces derniers désignent les autres occupants du continent comme « africains ». Parlant de cache-sexe: dans la région centre, cela s’appelait « OBOM ». Le terme « obom » était encore utilisé par les premiers footbaleurs camerounais, pour qualifier ce que l’on appelle aujourd’hui « petit pont ». seuls les camerounais me comprennent; les aparentés(égyptologues) moins..Pourtant,il y en a qui en sont revenus au nudisme: la ville de hambourg a décrété normale la pratique du nudisme; tandisque nous nous déchirons pour faire prospérer des industries textiles européennes. Vive l’Afrique.

      Répondre à ce commentaire
  31. Onana Philippe
    Onana Philippe 22 mai, 2014, 06:58

    C’est de la jalousie tout simplement ,mon frère. Ces gens ont raté l’occasion qui s’offrait à eux de t’avoir comme invité .

    Répondre à ce commentaire
  32. Bodyguard
    Bodyguard 22 mai, 2014, 07:29

    Allons, allons, si le code vestimentaire est smoking noeud papillon chemise blanche expliquez à qui vous voulez que vous avez le droit d’entrer avec un costume cravate… On confond les genres je pense ! Que ceux qui fréquentent les événements de ce genre me jettent la première pierre si je dis faux.

    Répondre à ce commentaire
  33. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 09:11

    c’est humain et mondial. Les riches entre -eux, simple question de parler même langage. Problème: les pauvres se croient souvent riches. Ce qui justifie certaines portes fermée.

    Répondre à ce commentaire
  34. Berchet
    Berchet 22 mai, 2014, 09:18

    i’m shame.Très triste; Afrique mon Afrique

    Répondre à ce commentaire
  35. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 09:22

    « Donc je ne crois pas que la personnalité camerounaise soit inexorablement aliénée vestimentaire ».
    Je n’ose pas vous apprendre que votre conclusion abien l’air de se baser sur une observation déformée par l’amour pour votre camerounaise, surtout pour ses reins. Très belle considération de la femme ‘camerounaise).
    Vous qui êtes DR, iriez-vous à la plage avec un costume trois pièces noeud papillon? Cet invité qui semble se targuer de sa considération de « personnalité des médias/directeur de la chaîne UbizNews » n’a certainement pas maîtrisé tous les canaux de la communication dans les hautes sphères camerounaises. Son humilité lui en apprendra davantage, tellement il est jeune!

    Répondre à ce commentaire
  36. Ewodo
    Ewodo 22 mai, 2014, 09:46

    MEVEGUE de quoi te plaints-tu? Tu leur ressembles. C’est la même honte que j’ai éprouvée lors des obsèques de ton père à SA’A où tu as été incapable de prononcer son oraison funèbre en éton. On reconnaît un Français parce qu’il parle sa langue de même pour un Allemand. Meveg commence par parler correctement ta langue et enseigne la à tes enfants, nous saurons ainsi que tu es vraiment fière d’etre Camerounais.
    Qu’on ne se méprenne pas je ne suis pas en train de défendre ceux qui t’ont refusé l’entrée. Je dis tout simplement que vous faites partie du même groupe.

    Répondre à ce commentaire
  37. Gilles GOHY
    Gilles GOHY 22 mai, 2014, 09:50

    Et voilà! Résistons et défendons vaillamment nos cultures africaines! C’est dommage que le crime vienne de la famille elle-même! M. Amobe Mevege: vous avez tout mon soutien! Trop, c’est trop!

    Répondre à ce commentaire
  38. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 22 mai, 2014, 10:22

    Si le ver est dans le fruit, c’est que le fruit est pourri. Il faut donc commencer par le traiter. Cultures africaines, oui. Culture africaine, non!

    Répondre à ce commentaire
  39. Vianney ASSANI
    Vianney ASSANI 22 mai, 2014, 11:24

    on aurait aimé avoir la photo de ladite tenue pour nous faire une meilleure idée.

    Répondre à ce commentaire
  40. salma Amadore
    salma Amadore 22 mai, 2014, 12:01

    hum très grave ce genre de comportement je pensais que la colonisation n’était que mentale mais là si elle est vestimentaire et empêche à un compatriote de célébrer la fête qui le concerne c’est grave, Hélas nous sommes encore bien derrières où la veste de 300F vaut plus que le riche Bazin de 75000f pauvres de nous

    Répondre à ce commentaire
  41. KENS
    KENS 22 mai, 2014, 13:38

    je m’excuse pour nos pauvres frère qui n’ont rien compris a rien; en tant que Camerounais j’en ai honte. juste envie de te dire Alain de continuer sur ton chemin, peut être comme le disais Nelson Mandela ta lumière éclairera les autres et leur donnera de la lumière pour eux aussi éclairer.

    Répondre à ce commentaire
  42. Immer Yan
    Immer Yan 22 mai, 2014, 15:44

    Va de l’ avant dans ta ligne AMOBE : « l’ennemi de l’Afrique c’est l’africain ». Les camerounais ne vont cessez de nous surprendre. Si nous ne savons pas venter notre culture , nos valeurs, qui a notre place le fera?

    Répondre à ce commentaire
  43. Pauline Bend
    Pauline Bend 22 mai, 2014, 15:52

    Cest assez bizarre car ces tenues dites « traditionnelles » sont acceptées sans problème dans les cérémonies publiques y compris même dans « les plus hautes sphères » au Cameroun

    Répondre à ce commentaire
  44. Princesse KAMATARI
    Princesse KAMATARI 22 mai, 2014, 16:00

    La bêtise n’a pas de limite…
    cher Alain, je salue ta détermination et t’encourage pour amorcer le débat !

    Répondre à ce commentaire
  45. DAGOUDO
    DAGOUDO 22 mai, 2014, 16:16

    Ne vous en faites pas grand frère. Vous fêtes honneur à la jeunesse consciente!!! Continuez de montrer le chemin et vous verrez une foule derrière vous. On est ensemble!!!

    Répondre à ce commentaire
  46. arnaudkarljob
    arnaudkarljob 22 mai, 2014, 16:52

    Cher Alain, vous n’avez pas été victime d’une « certaine Afrique » mais plutôt des fâcheuses conséquences de la parfaite assimilation culturelle de quelques « africons ». Et si vous voulez savoir ce que c’est qu’un « africon », je me ferai un plaisir de vous le décrire … Yako.

    Répondre à ce commentaire
  47. Fretom
    Fretom 22 mai, 2014, 18:00

    Dites-moi, comment étiez-vous habillé, M. Amobe? C’est comme sur votre photo là? Si c’est le cas, quelle région du cameroun accepterait sans gène, qq habillé comme ce que je vois sur cette photo à une de ses SOIREES DE GALA? Surtout si le code vestimentaire est prescrit sur le carton d’invitation. Retenez, si vous voulez faire « évoluer » les choses, qu’on ne change pas les règles du jeu au cours d’un match. Merci.

    Répondre à ce commentaire
  48. Mendjiwa
    Mendjiwa 22 mai, 2014, 19:09

    Cet incident est regrettable et malheureux. Cependant il faut savoir raison garder! Les généralisations intempestives n’apportent rien au débat. Pour ma part je reste convaincu qu’il s’ agit d’un excès de zèle d’un vigile abruti et mal luné qui, parce qu’il se trouve investi d’un petit pouvoir, en abuse ad nauseam. Au Cameroun les tenues traditionnelles sont bien admises dans des manifestations officielles. Cet incident en dit long non pas sur un problème de culture mais surtout et essentiellement sur la mentalité de petit chef très répandu au Cameroun et hélas exportable sous d’autres cieux.
    Blaise Mendjiwa

    Répondre à ce commentaire
  49. cedsrt
    cedsrt 22 mai, 2014, 19:43

    Certains africains sont très complexés. Merci d’avoir partagé

    Répondre à ce commentaire
  50. wank
    wank"s 23 mai, 2014, 01:22

    Nous avons procédé le 10 mai à la commémoration de l’abolition de L’esclavage physique.Ton histoire nous montre l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour parvenir à l’abolition de l’esclavage mental.Ta réaction a été exemplaire dans ce sens. . Ceux qui ont compris doivent faire pareil……pour espérer libérer nos frères et soeurs encore enchaîné(e)s….faut pas les juger …… . IL FAUT LES COMPRENDRE ET LES AIDER.
    .
    Bravo pour ta détermination et ton fairpay.,

    Répondre à ce commentaire
  51. chantal
    chantal 23 mai, 2014, 02:42

    Si Dieu a crée des noirs, des blancs, des jaunes etc, c’est bien pour un but. Sinon pourquoi ce serait il fatigué à créer une telle variété de couleurs et de types ? Il n’a pas crée que des blancs, et des européens. Alors portons nos coleurs et nos modèles très haut !
    Viva Africa !

    Répondre à ce commentaire
    • nkoueis
      nkoueis 24 mai, 2014, 07:27

      Va donc savoir pourquoi Dieu a créé quoi, qui sait, aurais-tu une these aussi concernant sa nature genetique, ethnique et voir raciale. Et lorsque tu auras retrouvé tes pas refait le voyage intellectuel une deuxième fois ou mieux retire ton affirmation, tres chere.

      Répondre à ce commentaire
  52. norvo
    norvo 23 mai, 2014, 02:57

    tu es un bon africain Mev.car c’est ce qui sort de la bouche qui fait l’homme et l’apparence ou le costa comme pense certains aliénés qui considèrent la mode du blanc comme une référence. Africain reconnais tes vrais valeurs là on saura ton identité …

    Répondre à ce commentaire
  53. Régine ESSAKA
    Régine ESSAKA 23 mai, 2014, 05:09

    C’est incroyable le complexe que nous africains nous avons je le vis actuellement partout en AFRIQUE où je propose mes Kimora BY IVY avec ma trouvaille géniale pour éradiquer l’obésité en AFRIQUE on me demande de mettre en avant le blanc dans mes locaux c’est déplorable
    MAIS ÇA NE CHANGE RIEN TU ES UN GRAND HOMME

    Répondre à ce commentaire
  54. Pini-Pini Nsasay Ta'sar
    Pini-Pini Nsasay Ta'sar 23 mai, 2014, 11:42

    Etant donné cet incident et pour y mettre fin, et redorer ainsi notre image ternie, je vous propose d’initier dès à présent une action d’envergure pour que l’année prochaine, lors de la célébration de cette même fête, tous les Africains présents soient en costume traditionnelle ; que cela devienne même une coutume aussi pour les autres ambassades africaines. Car nous devons à tous pris combattre la pensée unique, elle est violente, meurtrière et suicidaire.

    Répondre à ce commentaire
  55. mem alexandre
    mem alexandre 23 mai, 2014, 12:49

    ça ne m étonne pas d un camerounais c est leur nature soit fier de toi AMOBE

    Répondre à ce commentaire
  56. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 23 mai, 2014, 14:32

    Ceux-là même qui se présentent aux yeux du monde comme étant des africains défenseurs de la « culture africaine » sont en fait une version de la culture occidentale dont les langues nous servent de vecteur de communication. L’Afrique est devenue l’alibi non-avoué pour se donner de la cosnsistance, se faire « mousser », faire du « buzz » voire de l’existence.

    Répondre à ce commentaire
  57. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 23 mai, 2014, 23:18

    le bazin est fabriqué dans quel pays d’Afrique?

    Répondre à ce commentaire
  58. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 23 mai, 2014, 23:27

    « Car nous devons à tous pris combattre la pensée unique, elle est violente, meurtrière et suicidaire. » dites-vous. Et voilà comment évolue l’Afrique: une pensée unique chasse l’autre, avec les mêmes intentions, les mêmes objectifs, et les mêmes contours: « violente, meutrière et suicidaire ». El la tolérance de la différence?

    Répondre à ce commentaire
  59. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 23 mai, 2014, 23:49

    De quel « Dieu » parlez-vous? De Allah, Bouddah, Vishnou? Votre « Dieu » est-il africain? Jérusalem est-elle toujours au ciel?.Et la Mecque pas loin de Kano? Nos ancêtres avaient-ils des chaussures? Pour préserver notre « africanité », ne devrions-nous pas aller à la fête de l’ambassade les pieds nus, comme le sont les moines bouddhistes, par temps enneigé ou ensoleillé? Eux, ils ont un dieu, une tenue , une langue écrite et parlée. Bref, une culture diffusable, et véhiculable par des canaux spécifiques. Au lieu de nous engueuler sur les revandications d’une « culture africaine » encore mal définie à cause de la diversité et de l’immensité du continent, nous devrions nous ateler à dépoussiérer nos comportements des legs de l’esclavage, du colonialisme, et de l’impérialisme. C’est là que se situe le vrai combat, et non dans ses épiphénomènes..

    Répondre à ce commentaire
  60. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 24 mai, 2014, 10:37

    Quand on est entré dans le monde des affaires; quelle que soit la qualité du produit que l’on propose, il faut tenir compte de l’environnement dans lequel on va commercialiser son produit. Nous venons à peine, de tolérer qu’une femme contrôle les papiers de notre véhicule, nous passe les menottes et qu’elle soit chef de service. La suite viendra….au siècle des siècles.

    Répondre à ce commentaire
  61. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 24 mai, 2014, 10:46

    Enfin une position dépassionnée.Preuve que la démocratie en Afrique, si elle est un mirage, reste envisageable.

    Répondre à ce commentaire
  62. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 24 mai, 2014, 11:21

    Cher N’GAL MULUME, nous sommes absolument d’accord. Lorsque deux africains(zairois, congolais, ivoirien, centrafricain etc) parlent de culture africaine chacun est seul à savoir de quoi il parle La logique universelle veut que l’on parle bien de ce dont on est exhonéré. N’est pas Oscar Pistorius qui veut. Les congolais peuvent parler de culture, congolaise(dont ils abusent souvent), mais pas africaine. Parce qu’ils ont déjà une possibilité de communauté de langue nationale, le lingala. Cet affichage de culture « africaine » frôle parfois l’imposture. Lorsque Dieudonné, pour sortir de la nasse qui se resserait sur lui se présente sur la scène avec une tenue qu’il présente comme une tenue « africaine », c’en est une. La tenue de Dieudonnée est caractéristique de l’ouest du cameroun. Ce n’est pas une tenue communément portée, parce qu’elle est celle du roi et de certains dignitaires de haut rang. Or Dieudonné est du Centre-sud. S’il voulait exhiber la tenue de ses ancêtres, il se serait présenté sur scène, en cache-sexe.Puis, lorsqu’un congolais parle de tenue africaine, à quoi pense-t-il? A l’ABACOST? Serait-il la tenue admise comme officielle par le Nigéria, du Cameroun, du Tchad? Il y a du boulot.

    Répondre à ce commentaire
  63. parfait cédric mayombo
    parfait cédric mayombo 24 mai, 2014, 13:35

    ça s’appelle » l’assimilation » c’est un comportement sociale qui fait l’objet d’étude de la psychologie interculturelle. c’est un comportement qu’adoptent des individus en pays d’accueil, ils se fondent dans la culture de ceux qui les accueil en calquant de façons irréfléchi leur cultures, croyances,attitudes… la conséquence est qu’ils terminent par perdre la leur propre culture au détriment de celle du pays d’accueil. le cas le plus désolant est que lorsqu’ils rentre au bled! ils tendent à vouloir marginaliser les leurs!

    Répondre à ce commentaire
  64. Vargas
    Vargas 24 mai, 2014, 18:43

    surtout le prendre avec sourire et continue d etre vous …l Afrique Centrale a tout Herite de la France et a oublie qu elle avait une culture a defendre et cela nous desole .La classe politique ne fait rien pour changer les choses …HELAS j ai envie de dire

    Répondre à ce commentaire
  65. Guy Kodzo Alovor
    Guy Kodzo Alovor 24 mai, 2014, 22:43

    Herve Yonkeu témoignage très intéressant :  »
    « L’affaire » AMOBE MEVEGUE

    Diplomatie de la tenue, on pourrait dire ! Témoin des faits, voici ma version et mon avis

    J’ai lu la lettre ouverte d’AMOBE MEVEGUE, d’autant plus que j’ai vécu la scène. Ce soir du 20 mai, à l’entrée du Pavillon Dauphine à Paris, écrin de la réception diplomatique de l’Ambassade du Cameroun en France, en enjambant les marches, je m’aperçois que deux connaissances, Hilaire Gnontsoye, journaliste, Directeur de la publication de la Nouvelle Vision au Cameroun et AMOBE MEVEGUE, figure majeure de la diaspora médiatique africaine de France sont refoulées à l’entrée par le cordon de sécurité à l’entrée constitué d’un quarteron d’élèves officiers, de deux agents de sécurité et du personnel de l’Ambassade.
    L’un en style reporter est vêtu d’un blouson, d’un jean et porte des tennis. Le patron d’UBIZNEWS, fidèle à sa mise, arbore une tunique traditionnelle, chaussé de crocs, sorte de sabots en plastique, popularisés par Georges W. Bush ou encore la ministre française Roselyne Bachelot et des vedettes de la mode, du cinéma et de la télévision.
    Dépité, le DP de la Nouvelle Vision se retire et insistant AMOBE me demande de signaler, une fois dans la salle, à M. L’Ambassadeur qu’il est bloqué à l’entrée. L’officier de service explique alors qu’il agit sur instructions fermes.
    Je me presse. AMOBE MEVEGUE est un professionnel de qualité. Une référence pour notre diaspora. Innovateur et défricheur de concepts, sa culture prodigieuse a donné du relief à Plein Sud sur RFI et ses collaborations à TV5, France 24, etc. Sa vision donne du sens et de la consistance au projet de la chaîne dite d’Infomusement Ubinews. Ses positions sur la renaissance africaine, les liens entre la diaspora noire et son engagement sont exemplaires. Il a contribué à décomplexer beaucoup à travers son usage de tissus africains et donner de la visibilité aux velours du Kassai, bogolan et autres ainsi qu’aux étoffes du Cameroun, le ndop, l’obom ou le batik.
    Sur le chemin, j’interpelle quelques responsables ainsi que le présentateur et homme de télévision Pascal Pierre. Il se démène et en fait part au Conseiller culturel de l’Ambassade. Les agents de sécurité justifient leur attitude par le port de ces fameuses « crocs » et l’exigence du respect par tous des règles.
    On pourrait penser alors à un paradoxe : dans la salle, deux chefs traditionnels et de nombreux invités sont vêtus de tenues traditionnelles. Mieux, au Cameroun, les étoffes du patrimoine ont court dans les cérémonies officielles. Dans l’effervescence actuelle du renouveau de l’autorité traditionnelle et plus généralement lors des réceptions au Palais de l’Unité, des convives portent beau des textiles traditionnels. Au gouvernement, le ministre Jean Pierre Fogui s’est approprié le style des notables de l’Ouest Cameroun comme ses collègues du Nord. A l’Assemblée nationale, les travées et le perchoir sont bariolés de tuniques, boubous, pagnes et chéchias.
    Je pense que dans la mesure où AMOBE MEVEGUE, avec le même style, avait été admis dans la salle lors de précédentes réceptions, il aurait fallu lui en parler de façon claire et directe. On connait ses positions et il est coutumier d’événements de grande importance. En faisant le choix de l’inviter, s’il ne peut sacrifier aux exigences, il faut en tirer les conclusions. Sinon, gare aux tempêtes dans des verres d’eau de cérémonies.

    Répondre à ce commentaire
  66. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 25 mai, 2014, 00:03

    Voilà enfin un témoignage qui nous apporte un éclairage plus qu’éloquent de la situation. Lorsqu’on est leader d’opinion, dire la vérité relève de la déotologie la plus élémentaire. le contraire c’est de la manipulation, de la désinformation. Que tous ceux qui se sont fendus en commentaires insultants, désobligents et injurieueux envers des « vigiles » et leur QI de mollusques des profondeurs fassent amende honorable, s’ils en ont intellectuellement les moyens. Monsieur, merci pour votre apport à ce qui est devenu le procès du complexe colonialiste adopté par des « africons ». On ne crache jamais innocemment en l’air.

    Répondre à ce commentaire
  67. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 25 mai, 2014, 19:20

    La colonisation a mis àpeu près 150 ans pour se retirer de la scène et prendre les commandes des marionnettes. La « classe politique » est-elle déjà affranchie de ce bât pour pouvoir envisager une action de libération des esprits?On ne connaît le vertige que lorsqu’on est en haut d’une l’échelle.

    Répondre à ce commentaire
  68. DS
    DS 26 mai, 2014, 00:56

    Moi je suis triste car tu as refuse de nommer ces Monsieurs,nous voulons les connaître pour mieux les juger et leur dire que eux ont perdu tout dans leur vie.mais pas toi qui gardes ta culture ton identité…merci de nous les signaler enfin qu’ils soient bannis du continent et de ses festivités….honte à eux..

    Répondre à ce commentaire
  69. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 26 mai, 2014, 14:06

    Nous voilà pris à témoin pour un conflit qui oppose un entregent à ses comparses. Si tout s’était déroulé comme d’habitude, ce seraient des caresses dans le dos, des salamalek, comme diarait l’autre. Quel africain serait appelé à se désigner comme témoin pour juger de la haine de l’ambassade du cameroun à paris pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à la culture africaine? Si ce monsieur avait été admis à assister aux agapes, aurait-il préféré du vin de palme au champagne, le kwata au vin rouge? Tout ceci n’est que caprices d’enfants pourris, gâtés. Quand ça tourne au vinaigre, le continent entier est pris à témoin; et quand il y a à partager, on choisit les siens. Pourquoi l’ambassade n’a-t-elle pas choisi d’inviter un paysan camerounais, afin qu’il vienne voir comment s’organise une fête du nationale à Paris?

    Répondre à ce commentaire
  70. Peg
    Peg 30 mai, 2014, 21:16

    Je pense qu’il est temps que les africains que nous sommes arretions de flipper le complexe . Comment garderons nous notre culture et nos civilisations si lors des nos ceremonies africaines, nous foulons au pieds ce que nos ancetres nous ont inculqué.Le boubou ou le pagne africain est un moyen de garder en memoire nos origines , la beauté et la particularité meme de notre Afrique. Et si Amobe etait un indien , se presentant en tenue traditionelle indienne; comment aurait reagis le » voisin  » chargé au protocole.? Et si c’etait un « Toubabou » qui s’etait presenté en tenue d’Afrique?… j’aimerais voir la reation du « Voisin ». Arretons et Valorisons notre Afrique sinon elle s’eteindra a petit feu .

    Répondre à ce commentaire
  71. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 31 mai, 2014, 11:26

    Cette discussion devrait se dépoussiérer un peu si nous commencions par définir ce que nous entendons par culture africaine. Vous l’illustrez ci-bien; par la nuance que vous faites des termes  » culture …… civilisations » comme si l’un est synonyme de l’autre. Vous le faites si bien que vous mettez « civilisations » au pluriel. L’indien fait partie d’une communauté de langue, de culture, d’histoire. Qu’en est-il de l’Afrique? Nos ancêtres avaient-ils des chaussures? Portaient-ils des parfums?La « culture africaine » d’un zaïrois est-elle celle d’un sénégalais? Ah! la culture africaine, un mirage dont chacun imagine les contours, à son image. A nos méninges et que vive l’Afrique!

    Répondre à ce commentaire
  72. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 31 mai, 2014, 11:44

    L’adresse suivante noys donne un élément du débat.: http://www.afrik.com/article7904.html

    Répondre à ce commentaire
  73. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 31 mai, 2014, 11:51

    Voici un texte qui va nous éclairer.

    LE PAGNE: ORIGINE ET HISTORIQUE
    27 mai 2010, 20:48
    Le nom pagne vient du mot espagnol Paño (pagno) qui veut dire « morceau d’étoffe » ou pan d’étoffe
    dont les Noirs et les Indiens se couvrent de la ceinture aux genoux. Il est lié à la volonté des hommes à
    un moment de leur histoire de se vêtir, pour se cacher les parties génitales en laissant les torses nus
    surtout dans les régions chaudes.

    Le pagne est donc un morceau de tissu ou de matière végétale tressée (ex raphia) de forme
    rectangulaire avec lequel une personne se couvre les hanches jusqu’aux cuisses ou aux genoux ; ou du
    nombril aux chevilles. Il peut être simple, tissé, coloré, imprimé, brodé ou décoré de plusieurs manières.
    C’est le vêtement de tissu le plus simple que l’homme ait créé et porté.
    Selon les époques, les cultures et les étapes de la vie, le pagne est mixte porté par les hommes, les
    femmes et les enfants, dehors ou à l’intérieur.
    On distingue deux catégories de pagne :
    -le tissu-pagne imprimé
    – le tissu-pagne tissé

    En Afrique, particulièrement dans sa partie occidentale, le tissu et le vêtement sont des moyens
    d’expression culturelle, regroupant la tradition, les pratiques populaires et la vie urbaine. Le tissu-pagne
    c’est la rencontre entre deux mondes, l’Afrique et l’Europe, entre les artisans et les industriels, entre les
    producteurs et les consommateurs. L’histoire du tissu-pagne africain fabriqué en Europe, est l’histoire
    des relations entre l’Afrique et l’Europe pendant cette période coloniale.
    Mais avant cette rencontre marquée par des soubresauts de l’histoire, quels sont les modes
    vestimentaires traditionnels.

    – Les recherches nous rapportent qu’au temps préhistorique en Afrique, comme partout dans le
    monde, notamment au paléolithique, l’homme a commencé d’abord par se couvrir de peaux de bêtes,
    puis d’écorces et de feuilles ou de fibres d’écorce tressés, des éléments prélevés à la nature
    – Avec l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, au néolithique, l’homme a tiré profit des
    matières premières, la laine et le coton, pour se tisser des vêtements. Ces nouvelles inventions sont
    étroitement liées à un outil: le métier à tisser.
    – Bien avant l’importation des tissus en provenance d’Asie, notamment, des Indes et d’Europe en
    Afrique Occidentale en particulier, nos ancêtres maîtrisaient les techniques de filage, teinturerie et
    tissage de coton. Ils utilisaient les plantes tinctoriales telles que l’indigo pour obtenir le fameux «Ahovo».
    – C’est la maîtrise des teintures naturelles obtenues par le traitement des écorces d’arbre, par des
    décoctions de feuilles, de racines ou même l’utilisation des terres argileuses pour obtenir, par exemple :
    « le bogolan ».
    – Ces méthodes artisanales ancestrales existent encore aujourd’hui.
    Tout ce que vous aimeriez savoir sur l’origine du PAGNE… Article à lire!

    Répondre à ce commentaire
  74. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 31 mai, 2014, 12:01

    veuillez aller sur ces liens pour élargir notre débat: http://sikafrika.cowblog.fr/l-histoire-du-pagne-wax-3206785.html, sikafrika.cowblog.fr
    http://www.teheran.ir/spip.php?article989

    Répondre à ce commentaire
  75. Bikoumou Patrick
    Bikoumou Patrick 1 août, 2014, 18:19

    Amobe , continue ton combat , suis avec toi a 100% . L’émergence de nos pays Africains passera aussi par la !

    Répondre à ce commentaire
  76. alphadi.seidnaly@gmail.com
    alphadi.seidnaly@gmail.com 1 août, 2014, 21:11

    TRES CHER AMI AMOVE MEVEGUE JE TE COMPTREND J ETAIS A CETTE FETE AVEC SON EXELLENCE ABDOU DIOUF OU TU ETAIS TRES BIEN HABILLE DS DU TEXTILE AFRICAINE ET SURTOUT CREE PAR UNE CREATRICE AFRICAINE CLAIRE KANE N OUBLI JAMAIS QUE NOUS SOMME DES MILLIONS QUI SE BATTENT POUR LA RECONNAISSANCE DE NOTRE IDENTITE ET AUSSI SAVOIR LES CREATEURS AFRICAINS SONT LA ONT EST PRET A SE BATTRE POUR CELA MAIS TU DOIT AU MOINS NOUS CITER UNE ETOUFE SE PORTE PA TOUS SEUL IL FAUT SAVOIR LA CONSTRUIRE C EST QUI S EST PASSE EST PLUS QUE HONTEUX MAIS TU DOIT RENDRE A L AFRIQUE TES ANCETRES MAIS LES CREATEURS QUI SE BATTENT TOUT SEUL POUR UNE RECONNAISSANCE ALPHADI

    Répondre à ce commentaire
  77. KONTCHE NOKKY
    KONTCHE NOKKY 3 août, 2014, 23:01

    Même lorsqu’on écrit sur internet, cher monsieur, on doit respecter une certaine déontologie dont les plus élémentaires composantes sont la ponctuation et l’utilisation adaptée des majuscules. Un texte tout en majuscules ni ponctuation fait mauvais genre, fausse une argumentation quelle que cohérente qu’elle soit, et, de surcroît ne permet pas de donner à la lecture, le sens , tel que l’auteur veut le faire ressentir par le lecteur.Quant à la défense de « identité africaine » que vous faites avec une langue autre que camerounaise, sur internet, elle demande à être définie. On ne peut pas défendre « sa culture » avec la langue d’un autre.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*