Conflit ethnique en RDC : au moins trente personnes tuées dans l’Est

Conflit ethnique en RDC : au moins trente personnes tuées dans l’Est

[GARD align= »center »]

|AFP/Archives

|AFP/Archives

Trente personnes au moins ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi au Sud-Kivu, victimes d’un conflit foncier persistant entre deux ethnies dans cette région de l’Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources locales.

« Au moins trente personnes ont été tuées cette nuit à Mutarule, dans la plaine de la Ruzizi », a indiqué à l’AFP un responsable associatif local joint par téléphone de Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu.

Un édile a parlé pour sa part de 33 morts : « huit hommes, quatorze femmes, dix enfants et un militaire ». Vingt-huit personnes ont également été blessées, a-t-il ajouté.

Mutarule est située à environ 50 km au sud de Bukavu, tout près de la frontière avec le Burundi.

Selon ces sources, les victimes, de l’ethnie Bafuliru, ont été tuées à l’arme blanche et par balles, pour la plupart alors qu’elle dormaient dans une église protestante après avoir participé à une assemblée générale de fidèles.

[GARD align= »center »]

On ignore l’identité des auteurs de la tuerie mais les Bafuliru sont en conflit depuis une dizaine d’années avec une autre ethnie, les Barundi, pour des questions foncières et coûtumières.

Ils reprochent notamment à ces derniers, originaires du Burundi voisin, de ne pas être de véritables Congolais et d’accaparer leurs terres. Les violences entre les deux communautés sont régulières.

Contacté par l’AFP, le ministre de l’Intérieur du Sud-Kivu, Jean-Julien Miruho, a indiqué qu’il n’avait pas encore tous les éléments concernant le massacre nocturne de Mutarule, mais qu’on pouvait parler d' »assassinats ».

« Il s’agirait d’un problème de vaches [volées] et un camp est allé se venger », a-t-il dit. Des sources locales ont confirmé un vol récent de cheptel dans la région.

[GARD align= »center »]

L’Est de la RDC, en particulier les provinces du Nord et du Sud-Kivu, est déchiré par les conflits depuis vingt ans.

La faiblesse de l’Etat permet à des dizaines de groupes armés de prospérer dans cette région densément peuplée et au sous-sol très riche et convoîté, et favorise la perpétuation de conflits interethniques vieux souvent de plusieurs générations.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
RDC

Related Articles

RDC: Affaire Nord et Sud Kivu, l’audition à huis clos de deux ministres

La question orale initiée en rapport avec l’insécurité prévalant au Nord et au Sud-Kivu a été débattue hors caméras, en raison

Présidentielle au Gabon: deux candidats importants se rangent derrière Ping pour défier Bongo

  [GARD align= »center »] Deux des principaux candidats de l’opposition gabonaise ont accepté de se ranger derrière un troisième poids lourd,

RDC : Le M23 dénonce un rapport irréaliste de l’ONU sur les crimes au Nord-Kivu

[GARD align= »center »] Le dernier rapport du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) publié récemment accuse le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*