Congo-Angola : libération des militaires congolais pris en otage par les forces angolaises

Congo-Angola : libération des militaires congolais pris en otage par les forces angolaises
Des militaires congolais

Des militaires congolais (Image d’archives)

Cinquante-cinq militaires congolais capturés lundi par l'armée angolaise, lors de son incursion dans le sud-ouest du Congo, ont été libérés vendredi, a-t-on appris de source officielle congolaise.

« Nos militaires […] viennent d'être libérés. Nous sommes en train de rentrer avec eux à Dolisie » (350 km au sud-ouest de Brazzaville), siège de la deuxième région militaire d'où ils étaient partis, a déclaré Jacques Mouanda, président du Conseil départemental du Niari.

Ces éléments des Forces armées congolaises (FAC) avaient été envoyés à Kimongo, chef lieu de district près de la frontière avec l'Angola, où des militaires venus de Luanda avaient fait une incursion dimanche.

« Pour les libérer nous avons utilisé la voie diplomatique. Il y a eu d'âpres négociations », a expliqué M. Mouanda.

L'armée angolaise a mis fin à son incursion en territoire congolais jeudi, et M. Mouanda a souligné que tous les militaires congolais faits prisonniers au cours de ce raid avaient finalement été libérés.

Les soldats prisonniers avaient été emmenés en Angola.

Peu avant leur libération, le chef d'état-major des FAC, le général Guy-Blanchard Okoï s'était rendu dans la zone où s'étaient produits les incidents.

Le district congolais de Kimongo est frontalier de l'enclave angolaise du Cabinda. Riche en pétrole, celle-ci est coincée entre le Congo et la République démocratique du Congo (RDC). Un groupe armé, les Forces de libération de l'enclave du Cabinda (Flec) revendique depuis longtemps son indépendance.

Un journaliste local, Hermann Bouess, avait expliqué jeudi que les militaires angolais poursuivaient des éléments du Flec « sur le territoire congolais qui leur sert de base arrière ».

Le Congo, l'Angola et la RDC ont conclu au début des années 2000 un pacte de non-agression.

En 1997, les troupes angolaises ont aidé le président congolais Denis Sassou Nguesso à reconquérir le pouvoir après plus de quatre mois de guerre civile.

Oeildafrique.com avec l'AFP

zp8497586rq
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Angolacongo

Related Articles

Le Cameroun sortira « vainqueur » du combat contre Boko Haram

Le président camerounais Paul Biya a réaffirmé que le Cameroun allait vaincre les islamistes nigérians de Boko Haram, dans une

Centrafrique: la rébellion attaque deux villes du sud

Des éléments de la coalition rebelle Séléka, qui participe au gouvernement d’union nationale à Bangui, ont attaqué lundi matin les

Cameroun: première attaque-suicide attribuée à Boko Haram, 11 morts

Deux femmes kamikazes ont fait subir au Cameroun sa toute première attaque-suicide: au moins 11 personnes sont mortes dimanche soir