Congo: les autorités en guerre contre la cybercriminalité

[GARD align= »center »]

Un cybercafé en Côte d’Ivoire. (Photo : AFP)

Le ministre congolais des Postes et télécommunications Léon Juste IBOMBO, a procédé, jeudi 2 février 2017, à Brazzaville, au lancement de la campagne nationale de lutte contre la mauvaise utilisation des réseaux sociaux.

Les autorités entrent en guerre contre la mauvaise utilisation des réseaux sociaux. Depuis le 2 février 2017, elles ont procédé au lancement d’une campagne sur le thème: «Soyons responsables et citoyens dans l’utilisation des réseaux sociaux». Et c’est le ministre des Postes et télécommunications Léon Juste Ibombo, qui a présidé l’événement. “Plusieurs Congolais, en majorité les jeunes, utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux comme une mode. Ils propagent des informations qui peuvent être fausses et même attentatoires à la vie privée des autres, et pour lesquelles, s’ils étaient interpellés, ils ne pourraient en apporter la preuve et seraient donc, seraient passibles d’être  condamnés par la justice», a expliqué le ministre.

La campagne invite à la responsabilité et à la citoyenneté qui, selon les autorités, “n’est pas une manière de reteindre la liberté de communiquer et d’utiliser les réseaux. Elle est, plutôt, une interpellation au respect de l’éthique et de la morale dans l’usage de l’internet”.

Pour  Léon Juste Ibombo, les réseaux sociaux «offrent des opportunités d’épanouissement de tout ordre à tous, et en particulier à notre jeunesse qui doit en faire une utilisation citoyenne et responsable». 

Un autre motif qui justifie le lancement de cette campagne d’invite à la responsabilité et citoyenneté,  c’est le harcèlement et de la traque en ligne. Etant donné que les sites de réseautage social sont très peu réglementés, la conséquence est telle, qu’ils peuvent être un motif très facile pour les personnes mal intentionnées de se venger d’une personne ou de la diffamer.

Au Congo, malgré les investissements consentis par les pouvoirs publics dans la construction des infrastructures  de couverture nationale en fibre optique, les réseaux sociaux opèrent sans licence et ne paient aucune taxe, ni à l’Etat, ni aux opérateurs qui ont consenti des investissements très lourds.

Aussi le Congo opte-t-il, dès aujourd’hui, pour une campagne d’éducation et de sensibilisation à la responsabilité et citoyenneté en direction des internautes qui distillent des fausses informations sur les réseaux sociaux.


Tags assigned to this article:
congoCybercriminalité

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Tchad: Boko Haram revendique le double attentat de N’Djamena

Boko Haram a revendiqué sur Twitter le double attentat-suicide commis le 15 juin à N’Djamena, qui avait fait 38 morts.

Congo : Le général Jean-Marie Michel Mokoko de nouveau inculpé

[GARD align= »center »] Le général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, inculpé et détenu depuis mi-juin

RDC: un ancien député accusé d’incitation à la haine tribale et écroué

[GARD align= »center »] Un ancien député congolais, membre de la majorité opposé à une révision de la Constitution qui permettrait au

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*