Congo Brazza: Mathias Dzon et l’opposition réclame un dialogue national

Mathias Dzon. Capture d'écran: Youtube

Mathias Dzon. Capture d’écran: Youtube

A quelques semaines des élections gislatives, l’opposition congolaise avec à sa tête Mathias Dzon a décidé de faire entendre sa voix. Le rendez-vous démocratique ne saurait se tenir sans un consensus national. D’ou l’appel de monsieur Dzon pour la convocation d’un dialogue national. 

[GARD align= »center »]

L’ancien ministre des Finances n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer les dysfonctionnements qui prévalent dans l’organisation des élections législatives prévues le 15 juillet 2017. 

« Peu importe l’appellation. Concertation, dialogue… nous devons nous retrouver et ne pas faire honte au Congo. » Affirme monsieur Dzon.  

Au cours d’une rencontre à Brazzaville, Mathias Dzon, est revenu sur les difficultés financières qu’éprouvent les partis désireux de participer aux futures échéances. « Comment un candidat qui dépose une caution de 1 500 000 Fr CFA peut-il encore faire campagne? Avec quel argent? Nos candidats n’ont pas cette fortune. » s’interroge Mathais Dzon. 

Selon les leaders de l’opposition, il est impossible de présenter des candidats dans l’ensemble des circonscriptions. « Pour gagner le pouvoir dans ce pays, il faut présenter des candidats dans l’ensemble du pays. Il y en a 151. En multipliant la caution de chaque candidat député, on obtient 226 515 100 Fr CFA. Nous n’avons pas d’argent. Nous n’avons pas droit au chapitre au Trésor Public. A ce rythme l’Assemblée Nationale sera constituée de membres du Parti Congolais pour le Travail (PCT), [Parti au pouvoir. Ndlr] et les partis des enfants [enfants Nguesso. Ndlr]

Le ministère intérieur et le processus électoral 

Comme souvent avant une élection, les camps qui vont solliciter le suffrage des congolais n’hésitent pas à remettre en cause les instances organisatrices. Pour monsieur Dzon, l’indépendance de la commission électoral qui ne serait pas totale. Puis de dénoncer la qualité du fichier électoral. « il y a un besoin de revoir le fichier électoral. » 

Pour la coalition menée par monsieur Dzon, la priorité est d’écarter le ministère de l’Intérieur du processus électoral. Une nécessité pour permettre aux uns et aux autres d’accepter les futurs résultats. Des raisons qui poussent l’opposition à réclamer la convocation d’un dialogue national. 

Des habitués de la chaise vide 

La demande d’un dialogue national ne semble pas faire l’unanimité. Contacté par Œil d’Afrique, Thierry Moungala, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement pointe du doigt l’attitude de la coalition menée par Mathias Dzon. 

« Monsieur Dzon demande des dialogues qu’il finit par boycotter quand ils sont officiellement convoqués. En mars 2015, ils déposent un mémorandum au Président Sassou Nguesso pour demander un dialogue. Quand le Président amorce le processus ils boycottent, Ils boycottent les élections depuis 2009. » répond Thierry Moungalla. 

La position du pouvoir congolais semble claire. L’opposition va-t-elle accepter ce refus qui ne dit pas son nom?  

Roger Musandji Nzanza 
Œil d’Afrique 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
congodialogueéléctionspolitique

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Dénis Sassou N’Guesso plaide la non-ingérence de la France dans les affaires intérieures du Congo

 [wp_ad_camp_3] Dénis Sassou N’Guesso ne digère pas l’ingérence française dans les affaires internes du Congo Brazzaville. Le président du Congo-Brazzaville qui

Denis Sassou Nguesso : « L’Afrique n’a pas abandonné la Libye »

[GARD align= »center »] De retour d’Addis Abéba, la capitale éthiopienne, où s’est tenu la réunion du comité de cinq chefs d’Etat

Un soldat congolais de la MISCA tué à Bangui

[wp_ad_camp_3] Un soldat congolais de la mission africaine de soutien à la Centrafrique(MISCA) a été tué à Bangui (RCA) par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*