Congo Brazza: nouvelle équipe gouvernementale, une grande déception populaire

Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo

Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo

La publication de la nouvelle équipe gouvernementale par le Ministre d’Etat, Directeur de cabinet du chef de l’Etat ne cesse de créer la polémique entre les différentes formations politiques en général et la société civil en particulier.

Pourtant le discours à la nation du Président de la République tenu à l’orée de la fête nationale semblait déjà lancer les signaux de la mise en place d’un gouvernement dynamique et efficace, un gouvernement qui devait apporter des solutions à cette crise financière que traverse le pays. Malheureusement, en reconduisant presque les mêmes têtes, lesquelles pour la plupart n’ont pas été à la hauteur de leurs tâches et de leurs missions, le Président de la République a grandement déçu bon nombre des congolais qui s’attendaient à un véritable changement à la tête de certains départements ministériels.

Entre les discours du chef de l’Etat et le terrain politique, il y a une grande ligne de démarcation. Tout le monde se souvient de son célèbre discours de la rupture prononcé à la suite de sa réélection contestée de 2016. Un discours où l’on croyait que le Président devrait appliquer à la lettre tout ce qu’il avait dit. Peine perdue ! Le peuple était déçu de voir le Président de la République reconduire les mêmes personnes au gouvernement. Les Ministres qui n’ont pas pu donner un bon rendement par rapport à la feuille de route qu’on leur avait donnée. La nomination de cette nouvelle équipe gouvernementale ne me surprend parce que je savais que le Président devrait toujours s’appuyer sur l’ancienne équipe. Il a juste déshabillé Saint Pierre pour habiller Saint Paul. A dit un homme politique proche de la majorité.

Par rapport aux contextes politique et économique actuel, le Chef de l’Etat devrait avoir recours à une équipe des technocrates, une équipe des bosseurs, une équipe des hommes dynamiques devant relever les défis. Le gouvernement Clément MOUAMBA I n’était pas à la hauteur des attentes de la population. C’est un gouvernement qui a failli presque dans tous les domaines. Pourquoi alors reprendre les mêmes Ministres qui ont brillé dans par une incompétence notoire ? A dit un des citoyens congolais.

Avec cette crise financière que traverse le Congo Brazzaville, le train de vie de l’Etat devait être diminué ainsi que la nomination des membres du gouvernement devait être à moins de trente membres. Quand on parle d’un gouvernement efficace et dynamique devant apporter des solutions à cette crise que traverse le pays, on ne doit plus reconduire et nommer des personnages qui n’ont pas pu gérer leurs structures administratives respectives. Comment reconduire Lydia Mikolo pendant qu’elle n’a pas pu régler l’épineuse question du CHUB et celle de ses travailleurs, qui demeure toujours pendante ? Comment emmener Hugues Ngouélendele au Gouvernement quand on sait que son bilan à la tête de la Mairie de la ville Brazzaville a été catastrophique et opaque ? Comment alors nommer M. Fidèle Dimou à la tête du Ministère des transports quand on sait que ce même Dimou n’a pas pu gérer la Préfecture du Kouilou. Une Préfecture où les travailleurs avaient de sérieux problèmes de déplacements. Une Préfecture où les services d’entretien étaient presque inexistants. Et certains des agents d’entretien étaient obligés de prendre la clé des champs parce qu’ils accumulaient des retards de salaires. Une Préfecture où la saisie et le traitement de certains documents administratifs étaient fait à la cité parce qu’il manquait le carburant devant alimenter le groupe électrogène de la Préfecture. Une préfecture qui faisait plus d’une semaine sans carburant devant alimenter son groupe électrogène. S’est indigné un des travailleurs de la ville océane.

L’heure des slogans, des propagandes inlassables et des théories politiques et politiciennes doit maintenant s’éteindre. Les Congolais bien que déçus de cette nouvelle équipe gouvernementale qu’il qualifie de la routine, les attend plutôt au travail, à la réalisation et aussi à la matérialiser des préoccupations du peuple.

Oeil d’Afrique.


Tags assigned to this article:
congogouvernement

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Congo : le président Sassou Nguesso justifie la longévité des dirigeants au pouvoir

[GARD align= »center »] La longévité des dirigeants au pouvoir dépend de « la volonté des peuples », a assuré mardi le président congolais

Congo: début du 2e tour des législatives, des retards par endroits

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche pour le deuxième tour des législatives au Congo avec des retards par endroits,

Congo : le pouvoir accusé de solder des comptes politiques en utilisant la Justice

[GARD align= »center »] En République du Congo, l’opposant André Okombi Salissa arrêté en début d’année après plusieurs mois de cabale a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*