Congo-Brazzaville : La deuxième raffinerie bientôt mise en marche par Berven Group

Congo-Brazzaville : La deuxième raffinerie bientôt mise en marche par Berven Group

[GARD align= »center »]

|Archives

|Archives

Selon le journal français Le Point, la société américaine Berven Group International Development a signé en fin de semaine dernière une convention de partenariat avec l’État. Cette convention signé entre le président-directeur général, Mardochee Loubove de cette société et le ministre congolais du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé, Isidore Mvouba et celui des Hydrocarbures, André Raphaël Loemba, porte sur la création d’une société anonyme, régie par la loi congolaise.

Cette société est dénommée Benver Raffinage Congo. Elle va exercer ses activités dans le secteur du raffinage de pétrole brut pour la production des produits pétroliers. « L’accord concerne la construction d’une nouvelle raffinerie, qui serait une bonne chose parce que nous avons aujourd’hui besoin, de plus en plus, de produits pétroliers raffinés pour développer notre pays avec toutes les infrastructures que nous mettons en place ; il y a un grand appel à la distribution des produits pétroliers », a déclaré le ministre Loemba.

Selon mes clauses convenues entre les deux parties, l’accord sera mis en œuvre immédiatement pour satisfaire la demande. « Nous repartons aux États-Unis et, dans les semaines qui suivent, nos ingénieurs vont revenir avec nous pour aller à Pointe-Noire, ville pétrolière et capitale économique du Congo (au sud du pays), identifier le terrain et discuter avec les partenaires du domaine pétrolier », a précisé le ministre Mardochee Loubove.

[GARD align= »center »]

Le groupe Berven va donc prochainement s’implanter au Congo. Il va investir également dans le secteur agropastoral en dehors du secteur pétrolier. Sa future raffinerie rejoindra la raffinerie déjà existante, la Congolaise de raffinage (Coraf).

La capacité nominale actuelle de la production de Coraf est d’un million de tonnes par an ; ce qui n’arrive pas à répondre à la demande nationale, évaluée à environ 450 000 tonnes métriques de produits raffinés. L’unique raffinerie congolaise, inaugurée en décembre 1982 n’a jamais dépassé les 600 000 tonnes par an.

[GARD align= »center »]

La Coraf a engagé des projets de développement qui devraient augmenter son traitement de brut à 1 200 000 tonnes par an. Le but est d’améliorer la productivité de ses installations. Elle est une filiale à 100% de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC).

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
congo

Related Articles

Alibaba: la plus importante introduction en Bourse de l’histoire

  68 dollars par action, c’est par ce prix qu’ Alibaba, le géant du commerce en ligne chinois devrait réaliser

Interview – Paule Renée Etogo « Le RAF appelle à une large concertation sur le défi de l’industrialisation »

[GARD align= »center »] A quelque deux mois de la tenue, les 13 et 14 octobre à Bruxelles, de la troisième édition

Accord de partenariat Air France pour l’envol d’Air CEMAC

Vers la finalisation de l’accord de partenariat avec Air France pour l’envol d’Air CEMAC – Les ministres des Transports des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*