Congo-Brazzaville : Le Colonel Ntsourou arrêté après plusieurs heures de siège de sa résidence

Congo-Brazzaville : Le Colonel Ntsourou arrêté après plusieurs heures de siège de sa résidence

 [wp_ad_camp_3]

 Le Colonel Marcel Ntsourou

Le Colonel Marcel Ntsourou

Après quelques heures de résistance et de challenge avec l’armée congolaise, le Colonel Marcel Ntsourou a finalement été arrêté, selon des sources policières congolaises après que sa femme et l’une de ses filles se soient rendues en début d’après-midi aux forces de l’ordre pour des raisons de sécurité.

C’est tôt le matin que le domicile du Colonel Marcel Ntsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité été attaqué à coup de feu par les forces de sécurité congolaises à Brazzaville venu interpeller un officier recherché.Au moins 3 tirs de coup de feu ont été entendus dans la matinée. Une situation qui a suscité la panique dans le centre de la capitale congolaise.

Des dizaines de soldats de l’armée congolaise avaient encerclé la maison du colonel Marcel Ntsourou où celui-ci et plusieurs dizaines de ses fidèles armés sont retranchés dans le bâtiment et une fusillade très intense a éclaté dans la matinée. La zone avait été quadrillée depuis le lever du jour, des blindés sont même arrivés en renfort. Personne n’a le droit de franchir le périmètre. Seuls quelques habitants ont pu passer les barrières pour quitter le secteur. Certains même emportaient avec eux des affaires en fuyant le quartier. Le quartier est désert. Les écoles et administrations ont été évacuées. Les militaires ont reçu mandat du haut-commandement pour déloger le colonel Tsourou, qui n’est plus au Conseil national de sécurité. Alors il doit quitter la maison de fonction qu’il occupe.

 

D’abord, c’est un officier de l’armée qui était recherché par les forces de sécurité qui se serait caché dans la résidence du Colonel Ntsourou. Ayant été mis au courant de cette décision, le Colonel a donné l’ordre à sa garde, constituée d’une dizaine d’hommes armés, d’ouvrir le feu sur les forces de l’ordre venues mettre aux arrêts cet officier proche de lui. Ainsi l’armée congolaise se rend vite compte que le colonel Ntsourou dispose d’un « grand stock d’armes ». C’est alors que la décision d’interpeller le colonel a été prise.

 [wp_ad_camp_2] 

Ancien proche de Sassou-Nguesso, qu’il a soutenu pendant la guerre civile de 1997, cet officier téké aurait, selon certaines sources, pris ses distances, depuis quelques temps déjà, avec le pouvoir. Il aurait également mal vécu sa condamnation alors que son chef direct, Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial du chef de l’État, n’a lui pas été inquiété. Le colonel NTsourou avait été condamné en septembre 2013 à 5 ans de travaux forcés avec sursis pour l’explosion du dépôt de munitions de Mpila en mars 2013 qui avait fait près de 300 morts, plus de 2.300 blessés et 17.000 sans abris. Six militaires ont été condamnés et vingt-six autres prévenus acquittés par la justice congolaise dans le cadre de cette affaire.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
brazzavillecongoMarcel Ntsourou

Related Articles

Incidents à Gamboma suite aux législatives au Congo

Des incidents ont éclaté ce lundi dans la localité de Gamboma, dans le département des Plateaux, au centre du Congo,

Terrorisme : Un chef jihadiste mauritanien tué lors d’une attaque au Mali

[GARD align= »center »] AL-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) a annoncé lundi la mort, au Mali, de l’un de ses chefs, le

Brésil: Dilma Rousseff doit quitter la présidence dans quelques heures

[GARD align= »center »] La présidente brésilienne Dilma Rousseff s’apprêtait jeudi à céder le pouvoir à son vice-président Michel Temer, après l’ouverture

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*