Congo Brazzaville : Le Colonel Ntsourou n’est pas mort, il est entre les mains de la justice

Congo Brazzaville : Le Colonel Ntsourou n’est pas mort, il est entre les mains de la justice

 [wp_ad_camp_3] 

Le colonel Ntsourou, en garde à vue à la DGST

Le colonel Ntsourou, en garde à vue à la DGST

Arrêté lundi par les forces armées congolaises, le colonel Marcel Ntsourou, en garde à vue à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a été présenté à la presse mercredi pendant une dizaine de minutes par le procureur de la République de Brazzaville, André Ngakala Oko. Le but de cette démarche de la justice est de faire taire les rumeurs sur la supposée mort du colonel.

« Nous allons visiter avec vous, la presse, M. Ntsourou Marcel, dans sa cellule, pour mettre fin à la manipulation de l’opinion entretenue par certains organes de presse qui font état de sa mort. Je vous rappelle que lorsque vous allez visiter la cellule, vous n’allez pas lui poser de questions, aucune interview », avait expliqué Oko Ngakala, le procureur de la république à la trentaine de journalistes.

Le procureur Oko Ngakala assisté du Directeur général de la police, le général Jean François NDenguet, a conduit les journalistes vers la cellule du colonel, une salle d’environ 5m2, renfermant dans un coin un petit bureau et un petit lit avec un matelas en éponge recouvert d’un pagne. A côté du lit, se trouvent quelques bouteilles d’eau minérale. Mais la fausse note qu’il faut relever est qu’il a toujours les mains menottées derrière lui dans sa cellule. Tout compte fait, il se porte bien apparemment « Allez y montrer vos images à l’opinion nationale et internationale, Ntsourou n’a donc pas été tué, il est bien en vie comme vous l’avez constaté », a indiqué Ngakala Oko à la fin de la visite des journalistes.

Le procureur a en revanche refusé de se prêter aux questions des journalistes pour expliquer les raisons de la garde à vue de l’ancien patron des renseignements. « Ntsourou est vivant, il va répondre des actes qu’il a posé. L’enquête se poursuit normalement », a laissé entendre le procureur qui a voulu faire savoir par l’opération avec les journalistes que le Colonel Ntsourou n’est pas mort mais il est entre les mains de la justice. C’est le lundi dernier que le domicile de l’ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité avait été encerclé par les forces de l’ordre pour une perquisition.

En effet, la sécurité soupçonnait qu’un véhicule ayant été utilisé par des « bandits armés » lors d’un accrochage avec une patrouille policière dimanche dernier au Plateau des 15 ans, un quartier situé dans le 4ème arrondissement de Brazzaville, avait été identifié chez lui. Mais la perquisition s’est soldée par un échange de coups de feu entre les éléments de sa garde et les policiers, faisant 22 morts selon le décompte de la morgue municipale. Ancien proche de Sassou-Nguesso, qu’il a soutenu pendant la guerre civile de 1997, cet officier téké aurait, selon certaines sources, pris ses distances, depuis quelques temps déjà, avec le pouvoir.

 [wp_ad_camp_2] 

Il aurait également mal vécu sa condamnation alors que son chef direct, Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial du chef de l’État, n’a lui pas été inquiété. Le colonel NTsourou avait été condamné en septembre 2013 à 5 ans de travaux forcés avec sursis pour l’explosion du dépôt de munitions de Mpila en mars 2013 qui avait fait près de 300 morts, plus de 2.300 blessés et 17.000 sans abris. Six militaires ont été condamnés et vingt-six autres prévenus acquittés par la justice congolaise dans le cadre de cette affaire.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
brazzavillecongojustice

Related Articles

Cameroun : 7 morts dans des affrontements entre l’armée et les combattants de Boko haram

[GARD align= »center »] La Secte islamiste nigériane Boko Haram tente d’élargir son champ d’opération. Ainsi, des combattants de Boko Haram se

Congo: environ 4000 faussaires et agents fictifs de l’Etat ont été détectés en 2012

Grâce au contrôle des agents civils et militaires de l’État effectué par le ministère des finances et du budget en

Burundi: l’Eglise catholique se retire du processus électoral

L’Église catholique se retire du processus électoral au Burundi, à une semaine des élections législatives et alors que le pays

1 commentaire

Espace commentaire
  1. yannyck chaka
    yannyck chaka 19 décembre, 2013, 01:05

    alors pourquoi gardez le les mains liées . une personne arrêtée ne peut être menotter . dans quel pays au monde garde t-on des personnes arrêtées les mains ligotées .s’il est encore en vie , c’est grâce aux connections qu’il a su se tisser durant son service a défaut il serait avec Pierre Anga . le problème est que l’homme connait trop et ne peut se taire face a l’injustice du fait qu’il a été trahi par Sassou qui lui a utilise pour massacrer le peuple congolais du sud durant les guerres de 1997 contre Pascal Lissouba et Kolekas . what goes up must comme down . la monnaie de singe .

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*