Congo: la Communauté internationale appelée à « mettre la pression » sur Sassou Nguesso

[GARD align= »center »]

Sassou Nguesso / congo

Le président congolais Denis Sassou Nguesso

La  Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) a lancé mercredi un appel «pressant» à l’Union Africaine (UA), à l’Organisation des Nations Unies (ONU) et à toute la Communauté internationale afin qu’elles exercent la pression sur le gouvernement et l’opposition du Congo «pour le retour à une paix définitive» dans le pays.

Dans un communiqué rendu public mercredi soir à Dakar, la RADDHO s’est dit «vivement préoccupée» par la crise post-électorale qui prévaut au Congo. Selon l’ONG, l’Union Africaine (UA), l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la Communauté internationale doivent «mettre la pression» sur le gouvernement de la République du Congo et les opposants pour «le retour à une paix définitive sur l’ensemble du territoire national». L’organisme de défense des droits humains exhorte «vivement» les Organisations Non-gouvernementales (ONG) et la Société civile africaine et internationale à «œuvrer pour la restauration» de l’Etat de droit et le respect des droits humains et des libertés fondamentales des Congolais.

Le président réélu, Denis Sassou Nguesso doit prêter serment samedi 16 avril, malgré les violences de lendemain du scrutin du 20 mars dernier, qui ont fait 17 morts, selon les autorités de Brazzaville. Claudine Munari, ancienne ministre du Commerce de Sassou Nguesso entre 2009 et 2015, malheureuse candidate à la présidentielle, a appelé à une manifestation vendredi pour «défendre la liberté, la démocratie, la République, et l’unité nationale». Beaucoup d’ONG ont commencé à exprimer leur inquiétude face à la montée de la violence causée par la réélection contestée du président sortant, après 32 ans au pouvoir.

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme condamne avec «fermeté» la décision du Président Denis Sassou-Nguesso de modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat de cinq ans.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
congoSassou N’Guesso

[fbcomments]

Related Articles

Centrafrique: la présidente Catherine Samba Panza nie toute malversation

[GARD align= »center »] La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, a nié avoir détourné de l’argent depuis son arrivée

Centrafrique: au moins 60 morts dans des combats

Au moins 60 personnes ont été tuées dimanche et lundi dans l’ouest de la Centrafrique au cours de combats opposant

Centrafrique : Le regain de violences de vendredi fait tuer 3 personnes

[GARD align= »center »] Des manifestations qui se sont déroulées vendredi à Bangui contre le pouvoir et les forces internationales avec la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*