Congo – France : La «realpolitik», pour resserrer les liens!

Congo – France : La «realpolitik», pour resserrer les liens!

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a été reçu à l’Elysée, lundi 8 avril dernier, par son homologue français, François Hollande, près d’un an après l’élection de ce dernier à la tête de l’Etat français. Si les deux hommes s’étaient entretenus, pendant un quart d’heure, lors du sommet de la francophonie, à Kinshasa, en octobre 2012, le fait que le numéro un congolais ne soit pas reçu, jusque-là, à l’Elysée laissait percevoir qu’il y avait un certain froid dans l’axe Paris-Brazzaville. Après l’entrevue de l’Elysée, dictée par la «realpolitik», les relations entre la France et le Congo sont débarrassées des soupçons qui les entouraient.

L’élection de François Hollande en France, en mai 2012, est considérée, pour certains, comme le point de départ d’une nouvelle ère des relations entre la France et les pays du pré-carré africain; une ère débarrassée des compromissions de la «Françafrique», accusée alors d’être l’hydre de la pérennisation des pouvoirs autocratiques en Afrique. Il n’était donc pas bienséant pour le nouveau locataire de l’Elysée, aussitôt installé au palais, de dérouler le tapis rouge aux chefs d’Etat africains brillant par leur longévité au pouvoir due à des artifices électoraux et/ou constitutionnels. Cela était vu comme la preuve de la volonté de Paris de mettre l’exigence démocratique (élections libres et transparentes, respect des droits de l’homme et des libertés citoyennes, etc) au cœur des relations avec les chefs d’Etat des pays africains.

Dans un entretien sur la chaîne de télévision France 2, jeudi 28 mars dernier, le président Hollande n’a-t-il pas réaffirmé sa ligne politique qui est de tourner résolument la page de la «françafrique»? A la question de savoir si la France nommerait un chef d’Etat à la tête du Mali, comme les Etats-Unis l’ont fait en Afghanistan, il a répondu, un peu sur un ton agacé: «Non! Le temps où la France nommait des chefs d’Etats en Afrique est révolu! En revanche, des élections doivent être organisées en juillet, au Mali. Sur cette question, nous serons intraitable».

Après son installation à l’Elysée, le premier chef d’Etat africain à être reçu par le président socialiste est le Béninois Thomas Boni Yayi, en juillet 2012. Son pays, le Bénin, est considéré comme un exemple de démocratie en Afrique et lui-même, un démocrate «bien élu» qui en est à son second et dernier mandat présidentiel.

Suivront le Guinéen Alpha Condé, le Gabonais Ali Bongo Ondimba et le Sénégalais Macky Sall, tous des chefs d’Etat africains parvenus au pouvoir par la voie démocratique. François Hollande montrait ainsi qu’il tient parole. Pour combien de temps?
Limiter la politique étrangère d’un Etat qui a le souci de son rang économique dans le monde, à la seule exigence démocratique de ses partenaires, c’est oublier que «les Etats n’ont pas d’amis, mais que des intérêts».

En Afrique de l’Ouest, le gouvernement français est confronté aux menaces qui pèsent sur la sécurité de ses citoyens, avec le phénomène de prise d’otages, par les mouvements islamistes armés. Le 18 septembre 2012, François Hollande déroule son tapis rouge à l’honneur de son homologue burkinabé, Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 25 ans, médiateur dans la crise du Nord-Mali. Ceux qui n’y ont vu qu’un déni de sa ligne politique en Afrique ont beau s’indigner, les relations entre les Etats ne relèvent pas du sentimentalisme. Après les promesses de campagne électorale qu’on tente de tenir, la «realpolitik» est en marche.

Lire l’article sur:  lasemaineafricaine

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
congofrance

Related Articles

La Côte d’Ivoire accueille la 39ème session de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie du 08 au 12 juillet prochain

La Côte d’Ivoire accueille la 39ème session de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie du 08 au 12 juillet prochain ainsi

Lumumba et le jour où l’indépendance du Congo-Zaïre fut confisquée…

[GARD align= »center »] À l’occasion de la célébration de la fête d’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC), ex-Zaire, nous

Un Néerlandais arrêté à Bissau pour de fausses informations sur un projet de putsch

Le chef de l’armée bissau-guinéenne, le général Antonio Indjai, a annoncé jeudi avoir fait arrêter un homme d’affaires néerlandais, également

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*