Congo: la police met en place un numéro vert pour les appels d’urgence

Congo: la police met en place un numéro vert pour les appels d’urgence

Un numéro vert pour les appels téléphoniques d’urgence des populations, dénommé « 112 », a été publié lundi à Brazzaville

Un numéro vert pour les appels téléphoniques d’urgence des populations, dénommé « 112 », a été publié lundi à Brazzaville par le directeur général adjoint de la police, le colonel Albert Ngoto, au cours d’ une conférence de presse.

L’objectif de ce numéro qui a été mis en place grâce à un partenariat entre la société de téléphonie mobile MTN Congo et la direction générale de la police congolaise, est de rapprocher davantage la police des populations, lorsqu’elles sont en danger. Il sera géré par 80 policiers sélectionnés et formés par MTN Congo dans un centre d’appel équipé d’une douzaine de postes qui démarrera probablement ses activités en fin de semaine en cours, selon la particularité de ce projet qui a mis toute une année avant d’aboutir, réside dans le fait que les appels d’une localité quelconque ne seront réçus que par le centre d’appel d’urgence de police de cette localité, pour permettre aux autorités policières d’organiser et de déployer dans un délai raisonnable des équipes d’interventions auprès des populations concernées, afin de les sécuriser, a commenté Cyriaque Okoumou, représentant de la société MTN Congo.

« Ce qui veut dire que si aujourd’hui vous êtes propriétaire d’ un numéro de téléphone, si vous allez à Pointe noire et que vous appeler le 112, ce sont les services de police de Pointe noire qui vont vous répondre. Nous avons segmenté les villes et les départements du Congo de cette manière là, Pointe noire aura son 112, Dolisie, Owando, Ouesso et toutes les autres villes auront toutes le 112 » , a-t-il précisé à cette occasion.

Interrogé sur le coût de ce projet, M. Okoumou a fait savoir que ce qui est important pour sa société, c’est de sécuriser les populations congolaises sans qui MTN Congo n’ existerait pas.

« La sécurité n’a pas de coût, aujourd’hui, qu’on le veuille ou non c’est la population abonnée auprès des téléphonies mobiles qui font la survie ou le chiffre d’ affaires de ces entreprises, s’il n’y avait pas cette population, on ne vivrait pas aujourd’ hui, il y a un coût technique c’ est vrai mais, un coût qui ne peut pas être évalué face à la stabilité et au bien être des populations. On s’ est dit avec la police qu’on va prendre une partie de ce bénéfice et on va l’ intégrer dans leur sécurité », a-t-il indiqué.

« Nous nous estimons que c’est un produit que nous offrons à notre population, et un produit lorsqu’on l’offre, on veut toujours qu’il dure longtemps, nous sommes là dans un exemple de partenariat public-privé, nous ne sommes pas des aventuriers. Nous sommes heureux d’ être des acteurs et de vivre cela aujourd’ hui, car toute la génération des policiers qui sont ici, depuis que nous étions des lieutenants, nous revions toujours d’un numéro vert pour sécuriser nos populations », a dit pour sa part le colonel Ngoto.

Initié en 2009 suite à des impératifs de sécurité, le numéro vert vient compléter la liste d’autres numéro existant et enrichir les procédures de sécurité de la force publique congolaise. Il sera mis en place de manière progressif dans les autres villes ainsi qu’ au niveau de chaque département au plus tard au courant du premier semestre de 2013.

Avec (Xinhua)

 

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
congopolice

Related Articles

Congo : deux militaires tués dans une attaque armée dans le Pool

[GARD align= »center »] Le ministre congolais de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla a indiqué dimanche que

Congo: une « société » française au secours de la police et la gendarmerie congolaise pour sécuriser le FESPAM

Le gouvernement congolais a pris des dispositions sécuritaires particulières pour le Festival panafricain de musique (FESPAM) qui s’ouvre le 13

Le Congo octroie cinq hectares au groupe Teylium International

Le terrain attribué par voie de bail emphytéotique permettra de construire un complexe hôtelier cinq étoiles, un centre commercial et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*