Congo: la population dénonce les recouvrements de porte-à-porte instaurés par la Société Nationale d’Electricité

Congo: la population dénonce les recouvrements de porte-à-porte instaurés par la Société Nationale d’Electricité

Le manque de local serait à l’origine de cette situation mal appréciée par la population dans ce district du département du Pool

Si à Brazzaville et dans d’autres grandes villes du pays, la Société nationale d’électricité (SNE) interdit le paiement des factures aux agents ambulants, à Ngabé, c’est l’inverse. Un agent, qui résiderait à Brazzaville, passe de maison en maison pour effectuer les recouvrements, même les jours fériés. « Le 1er janvier, ils sont venus nous distribuer des factures, j’ai failli arrêter l’opération, mais cela s’est poursuivi. La population est quelque peu frustrée parce qu’elle ne s’attendait pas à cela, même moi en tant qu’administrateur-maire je ne m’attendais pas à cela. Je m’oppose à cette pratique, il faut que nous trouvions une solution arrangeant les deux parties », nous confiait l’administrateur-maire de la communauté urbaine de Ngabé, Pélagie Mounguendé.

Interrogé sur cette pratique, le directeur de la distribution et de la commercialisation à la SNE, Henri Paulin Inokomis, a indiqué que c’était une situation transitoire. Selon lui, la société ne peut pas installer des agences partout dans les villages. « Il y a une façon de servir la clientèle, nous n’allons pas demander à une dame âgée de se déplacer pour venir payer sa facture », a-t-il expliqué.

Quant aux risques du porte-à-porte dans le cadre de cette opération de recouvrement, il a martelé que c’était un problème interne à la SNE. « À Ngabé, nous n’avons qu’une centaine de clients. C’est un problème interne à l’entreprise et s’il y a une plainte contre un agent de la SNE, au regard de son comportement, il y a le procureur. Je suis persuadé qu’à Ngabé, il y a la gendarmerie, la police qu’ils peuvent saisir. En outre, l’agent de la SNE à Ngabé est connu », a vanté Henri Paulin Inokomis.

Les autres problèmes auxquels les populations dans le district de Ngabé font face, sont liés au paiement des factures à la fin de chaque mois et le fait que la SNE soit passée à la facturation et à la pose de compteurs sans aucune campagne de sensibilisation. « Quand quelqu’un est habitué à la gratuité, il faudrait associer les autorités locales et sensibiliser la population avant de procéder au paiement des factures. Je souhaiterais que nous nous retrouvions afin de regarder cette affaire avec les autorités de la SNE », souhaitait Pélagie Mounguendé.

Bientôt la facturation mensuelle à Brazzaville

« Nous sommes dans un milieu rural, il faut tenir compte du pouvoir d’achat du paysan. J’insiste, il faut un terrain d’entente : d’un côté la SNE fait des bénéfices et de l’autre, le paysan doit être à l’aise chez lui. Les factures vont même au-delà de 11 000 FCFA ; moi, j’ai reçu une facture de près de 40 000 FCFA », a conclu l’administrateur-maire.

Expliquant la situation d’électrification de Ngabé, le directeur de la distribution et de la commercialisation a souligné que les premiers bénéficiaires avaient passé presque un an sans payer les factures alors que les compteurs avaient été posés. Quant à la périodicité, il s’est interrogé sur la qualité des revenus de la population qui veut passer au bimensuel. « Je crois qu’elle se trompe. À Brazzaville, nous nous battons pour ramener tous au mensuel comme à Dolisie. Ce sont des paysans qui paient la consommation du mois, il ne serait pas mieux de payer celle de deux mois sur la base des revenus d’un mois. Par expérience et en analysant les revenus de nos parents, la facturation mensuelle est moins pénible à supporter que la facture bimensuelle », a conseillé Henri Paulin Inokomis.

Concernant les plaintes sur la facture et l’index qui seraient faux par rapport à ce que le compteur indique, Henri Paulin Inokomis a demandé aux clients de démontrer que la facturation était fausse, surtout ceux qui ont des compteurs. « Nous allons travailler avec la population, mais ceux qui ont le courant à Ngabé ne sont pas des gens qui tombent du ciel. Il faut considérer l’électricité comme tout autre produit : la bière, le pain, le foufou, la mangue, planté dans la parcelle de quelqu’un. Nous ne pouvons pas favoriser qui que ce soit », a conclu le directeur de la distribution et de la commercialisation à la SNE.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
congoélectricité

Related Articles

RDC: deux assaillants brûlés vifs après une attaque contre la ville de Beni

[GARD align= »center »] Deux assaillants ont été brûlés vifs par la population après une attaque menée dans la nuit de vendredi

Pétrole : Brazzaville cherche des repreneurs pour trois permis de Total

[GARD align= »center »] Le gouvernement de Brazzaville cherche des repreneurs intéressés par trois licences d’exploitation pétrolière en mer que le groupe

RDC: Un journaliste de la télévision publique abattu

 [GARD align= »center »] Un journaliste de la Radio-Télévision Nationale congolaise (RTNC) a été tué par balle vendredi soir à Goma, capitale

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*