Congo: la Route Kinkala-Boko menacée de coupure

Congo: la Route Kinkala-Boko menacée de coupure

Le tronçon routier Kinkala-Boko long de 56 km, dans le département du Pool, jonché par de nombreux nids de poule à certains endroits, risquerait d’être coupé dans les mois à venir, si les travaux de réhabilitation ne sont pas réalisés à temps par les pouvoirs publics, surtout avec l’arrivée prochaine de la saison des pluies, a-t-on constaté sur place.

Ces nids de poule rendant difficile la circulation, sont plus remarquables entre les localités de Yanga, Kiazi, Louingui, Songa-Ntéla, Madiba, etc., où les usagers sont contraints de prendre des déviations pour éviter d’abîmer leurs véhicules. La présence des bancs de sable sur la voie rétrécit la largeur de la chaussée provoquant ainsi des accidents.

Un autre phénomène déplorable sur cette route, c’est celui de la présence remarquable des hautes herbes qui envahissent les abords de la chaussée, réduisant la visibilité des conducteurs des véhicules qui desservent ce trajet. Ces derniers se plaignent du manque d’entretien de cette voie alors qu’ils sont assujettis au paiement de la taxe au niveau des postes de péage alimentant le fonds routier devant servir à l’entretien routier.

Un chauffeur interrogé le 8 juillet dernier au cours d’un voyage effectué dans la sous-préfecture de Boko, et qui a requis l’anonymat, souhaite que les autorités congolaises prennent des dispositions nécessaires pour réhabiliter le service du cantonnage villageois pour l’entretien permanent de cette route vitale pour la circulation des biens et des personnes.

La situation du pont sur la rivière Loufoulakari dégradé à certains endroits, notamment au niveau des traverses métalliques placées au milieu de cet ouvrage, inquiète aussi les usagers de cette route et constitue un danger pour la sécurité des biens et des personnes.

Outre le problème de l’entretien routier, ce chauffeur a déploré le phénomène de rançonnage dont sont victimes les usagers de la Route Nationale N°1 (RN1) (Brazzaville-Pointe-Noire) de la part des éléments de la force publique.

Des piquets des éléments de la force publique placés sur cette voie exigent un paiement allant de 1.000, 5.000 FCFA, voire 10.000 FCFA aux conducteurs des véhicules, selon le gabarit du véhicule. Les usagers de la RN1 qui décrient ce phénomène, interpellent les pouvoirs publics à remédier à cette situation afin de favoriser véritablement la libre circulation des biens et des personnes.

(Photo d’archive utilisée juste a titre d’illustration)

Oeildafrique.com Avec (ACI)


Tags assigned to this article:
congoInfrastructuresroute

Related Articles

Congo: l’ex-ministre et candidat à la présidentielle André Okombi Salissa arrêté à Brazzaville

[GARD align= »center »] Au Congo Brazzaville, la chasse aux opposants se poursuit près d’un an après la réélection contestée de Denis

Congo: la religion musulmane en constante progression

La fête du mouton, la Tabaski, célébrée le 15 octobre par les musulmans du Congo a montré une fois encore

Congo: Les avions n’atterrissent plus à Ouesso

Depuis le départ en révision du DC 9 de la compagnie Mistral, l’aéroport  de Ouesso inauguré au mois de   mai par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*